L’utilité des religions

Partagez
Tweetez
Envoyez

Vous la connaissiez déjà, la chanson. Mais le pape vient tout juste de nous la rappeler dans sa deuxième Encyclique (C’est donc une vérité): «C’est l’athéisme qui est la plus grande cause de la cruauté et de l’injustice, dans le monde».

Oui, il aurait pu ajouter, vous avez raison: la «connerie». Mais il n’aime pas les gros mots. La suite logique de la proclamation du pape est que c’est la religion qui est source de vertu et de paix. Ben, voyons !

Des mauvais esprits disent que les Croisades, l’Inquisition, comme les conquêtes de Mahomet et toutes les autres colonisations de l’histoire, au nom d’un dieu, n’ont pas toujours été à sa gloire. En mourant, les combattants ennemis de la guerre Iran-Irak criaient tous, de chaque côté: «Allah est Grand!».

Allah devait être bien embêté à faire le tri pour savoir quels étaient les bons et les mauvais musulmans qui s’écharpaient en son nom.

Depuis, on nous répète que l’Islam est une religion de paix. Je le crois volontiers pour un certain nombre de musulmans raisonnables qui, en Angleterre et aux États-Unis, viennent de trouver qu’on avait un petit peu exagéré en arrêtant l’enseignante Gillian Gibbons, à Kartoum.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais vous la connaissez cette histoire. Résumons tout de même. Les petits musulmans sont volontiers appelés Mahomet, qui est un joli nom et symbolique puisqu’il est celui du prophète, homme valeureux, conquérant et grand trucideur d’infidèles. À côté, Jésus fait figure un peu minable de hippie qui veut se rendre intéressant avec des tours de magie et finit atrocement mal sur une croix, comme les voleurs du temps.

Or s’il est souhaitable de donner le nom de Mahomet à un petit musulman, c’est un péché grave, dit-on à Kartoum, appeler ainsi un petit ours en peluche. C’est pourtant ce qu’ont fait les élèves de Madame Gibbons! Les malheureux!

Cet acte a été jugé condamnable et, selon le Coran – qui n’a jamais dit ça, mais qu’on peut toujours interpréter comme la Bible ou la Torah, c’est la beauté des Livres Saints – il fallait punir!

Théoriquement, on aurait donc dû châtier de manière exemplaire les enfants coupables d’un si grand crime. Mais il était plus simple d’emprisonner leur institutrice en rappelant au monde qu’on ne rigole pas avec le prophète. Les écrivains comme les caricaturistes le savent bien et, il y a quelques semaines, Taslima Nasrin, exilée du Bangladesh, a failli être tuée à Calcutta par une foule d’intégristes musulmans. L’institutrice anglaise aurait sans doute dû recevoir 40 coups de fouets et être pendue après. Une foule religieuse déchaînée réclamait sa mort.

Mon cher pape, on voit bien là le bienfait de la religion. C’est vraiment une chance pour la justice que tous ces bons croyants ne soient pas des athées? Ils auraient été capables de cruauté!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La tragédie de l’institutrice anglaise se termine bien pour elle. On imagine que ce sont tout de même les voix de musulmans raisonnables qui ont fait céder les fanatiques. Or, la raison mène tout droit l’athéisme. Attention, mes Frères!

Peut-être aussi quelques arguments frappants des politiciens britanniques auront aidé à la libération de Madame Gibbons. En tout cas, si le Père Noël lui apporte un ours en peluche, elle ne va sûrement pas l’appeler Mahomet. À moins que l’humour ne se mette à entrer dans la religion. Mais ce serait la fin des religions!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur