L’Université d’Ottawa souhaite être désignée sous la LSF

Le recteur de l’Université d’Ottawa, l’ancien ministre fédéral Allan Rock.

31 janvier 2012 à 11h34

Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, a rencontré des représentants de l’Université d’Ottawa pour discuter de la possibilité que l’Université soit désignée en vertu de la Loi sur les services en français (LSF). La rencontre a eu lieu le 27 janvier dernier à Toronto, dans les bureaux du Commissariat, à la demande du recteur Allan Rock, qui a dirigé la délégation de l’Université.

L’Université d’Ottawa étudie la possibilité de demander une désignation en vertu de la LSF. Le paragraphe 9(2) de cette loi reconnaît explicitement qu’une université peut être désignée, mais seulement si elle y consent.

Une désignation de l’Université d’Ottawa aurait nécessairement une influence sur les autres institutions de haut savoir qui ont le mandat de répondre aux besoins éducatifs et culturels de la francophonie ontarienne. Ainsi, le Collège Glendon, l’Université de Hearst et l’Université Laurentienne pourraient également demander une telle désignation.

«La rencontre d’aujourd’hui constitue le premier pas d’un processus qui, nous l’espérons, nous permettra de voir clair et de décider de la recommandation à faire à notre Bureau des gouverneurs», a déclaré Allan Rock.

Parmi les questions qui ont été discutées, une première série a trait aux effets d’une désignation sur l’offre de programmes et de cours.

L’Université a adopté un Règlement sur le bilinguisme qui prévoit diverses modalités touchant l’offre de programmes dans les deux langues ou dans l’une d’entre elles.

Il n’y a pas de symétrie parfaite entre l’offre de cours et de programmes dans les deux langues: certains cours peuvent n’être offerts qu’en français, alors que d’autres ne sont offerts qu’en anglais.

De plus, il est normal, dans la vie d’une université, que des programmes soient créés pour répondre à de nouveaux besoins, et que des programmes soient abolis lorsqu’ils n’attirent plus d’étudiants ou qu’ils ont perdu leur raison d’être.

La délégation de l’Université d’Ottawa a aussi demandé des précisions sur les répercussions de la LSF sur les différents services de l’Université.

Bien que les services aux étudiants soient généralement offerts dans les deux langues, l’Université se pose certaines questions quant aux effets d’une désignation sur le fonctionnement interne de certains services. Une troisième série de questions a porté sur les effets de la LSF sur la gouvernance de l’Université.

Invité à prononcer le discours d’ouverture du colloque sur les 25 ans de la LSF, le commissaire aux langues officielles Graham Fraser a déclaré le 17 novembre dernier: «L’Université d’Ottawa est la plus grande institution d’enseignement postsecondaire francophone d’Amérique du Nord, hors Québec. Pour protéger les services en français au sein de l’université, il serait important, sur le plan symbolique pour faire rayonner et développer la culture francophone en Ontario, de désigner l’Université d’Ottawa comme organisme assujetti à la Loi sur les services en français.»

Le 31 mai 2008, le Collège Boréal a été la première et, jusqu’ici, la seule institution postsecondaire désignée sous la LSF. Son président, Denis Hubert-Dutrisac ne manque aucune occasion de publiciser les avantages d’une telle désignation.

Allocution du commissaire aux langues officielles

Résumé d’une intervention de Denis Hubert-Dutrisac

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur