Luminato: de l’art partout dans la ville


8 juin 2010 à 12h08

Préparez-vous à voir des concerts, des opéras, du théâtre un peu partout dans les rues de Toronto. Le festival Luminato arrive cette semaine et compte bien mettre la Ville-Reine à l’heure de la créativité. La 4e édition du festival des arts aura lieu du 11 au 20 juin.

Pas moins de 1000 artistes seront à Toronto pour le festival Luminato.

Cette année, l’accent sera mis sur l’Afrique contemporaine, comme fil rouge de ces 10 jours de spectacles.

«Le thème de cette quatrième édition est l’Afrique contemporaine et les relations entre les différentes cultures.

Ce qui est très intéressant, surtout dans une ville aussi multiculturelle que Toronto», explique Chris Lorway, directeur artistique du festival. Pendant l’année, Chris Lorway parcourt le monde à la recherche d’artistes de tous les genres.

Car c’est là que réside la particularité de Luminato: c’est un festival pluridisciplinaire. Toutes les formes d’art sont représentées comme l’opéra, la danse, le théâtre, la musique, le cinéma mais aussi la mode, la littérature ou la gastronomie.

Le but est de créer des rencontres improbables entre des artistes aux univers très différents, mais aussi de convier le public à participer puisque le festival a lieu partout dans la ville, et souvent dans les rues ou dans l’espace public.

Certaines représentations sont même gratuites. Luminato transforme alors la ville pour en faire un gigantesque décor artistique.

Par exemple, l’installation Ship’O Fools va transformer le parc Trinity Bellwood. Les artistes canadiens Janet Cardiff et George Bures Miller vont y reconstituer une jongue chinoise renflouée de 9 mètres de long. «Nous allons encore plus loin cette année dans l’habillage de la ville. Cela fait partie des nouveautés de la 4e édition», confie le directeur artistique.

Autre nouveauté, la présence de magiciens de renommée internationale pour une série de spectacles qui remettront en cause toutes nos certitudes. Juan Tamariz, venu d’Espagne, Max Maven et Mac King nous feront voir des choses insoupçonnées comme des manteaux qui rendent invisibles.

Et quand on demande au directeur artistique quel spectacle il ne faut pas rater, il cite sans hésiter la pièce en trois parties The African Trilogy, en première mondiale au festival. «C’est une pièce écrite par trois dramaturges et dirigée par trois metteurs en scène de six pays différents. Ils offrent un point de vue très intéressant sur la rencontre entre l’orient et l’occident», détaille Chris Lorway.

Les artistes francophones

Plusieurs artistes francophones seront présents à Luminato. Et notamment Rufus Wainwright qui sera mis à l’honneur à travers deux spectacles: tout d’abord l’opéra Prima Donna, le premier composé par l’artiste francophone. Il raconte une journée de la vie de Régine Saint Laurent ancienne soprano adulée qui décide de revenir sur le devant de la scène.

Et Rufus Wainwright sera également en concert pour présenter son nouvel album All days are night : songs for Lulu. Attention, il ne sera là qu’un soir, le 15 juin au Elgin Theatre.
www.luminato.com

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur