L’U. d’Ottawa à Toronto: 20 ans d’éducation à l’éducation

Partagez
Tweetez
Envoyez

Jeudi dernier, la faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, basée à Toronto, fêtait son passage à la vingtaine. Une conférence sur le thème de l’éducation en français était organisée à cette occasion au campus Glendon de l’Université York.

Depuis deux décennies, un programme de formation à l’enseignement est disponible en plein cœur de Toronto, à l’initiative de l’Université d’Ottawa.

Un fort besoin d’enseignants

«L’université d’Ottawa a également le mandat de faciliter le développement de la communauté francophone, ce qui est inscrit dans la charte même de l’université», précise Michel Laurier, doyen de la faculté d’éducation.

L’offre de formation, qui encadre une cinquantaine d’étudiants par année, répondait notamment à la demande de plus d’enseignants francophones des conseils scolaires du centre-sud de l’Ontario, suite à l’accroissement de la demande de services en français.

«Une demande est venue au départ des conseils scolaires qui avaient du mal à recruter des enseignants sur le long terme. Les enseignants francophones étaient formés dans des facultés anglophones et n’avaient donc pas toute la réflexion nécessaire sur l’enseignement en milieu minoritaire et tout ce que ça implique, en matière d’identité, au niveau de la langue, etc. Cette offre manquait et n’était pas disponible», précise le doyen.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Formation de deux ans

Dispensée sur 8 mois et disponible après un premier grade universitaire, la formation accueille ainsi une cinquantaine d’étudiants par année, pour mieux intégrer ensuite les écoles de langue française. Mais suite à l’annonce du ministère de l’Éducation, la formation s’étendra désormais à deux ans, dès la rentrée, en septembre 2014.

«La formation est portée à deux ans, mais conserve le même nombre d’étudiants, ce qui veut dire concrètement qu’il y aura deux fois moins de finissants», constate Michel Laurier, qui a appelé les conseils scolaires, qui eux ont des besoins grandissants, à «se serrer les coudes».

Une conférence retraçant le choix de l’éducation en français en Ontario a par ailleurs été donnée par Nathalie Bélanger, professeure à l’université d’éducation d’Ottawa, qui mène actuellement une recherche sur le sujet.

Un panel de discussion composé de professeurs, d’étudiants et de diplômés de la formation a suivi la conférence, abordant la contribution de la faculté d’éducation à la satisfaction des besoins dans le centre-sud de l’Ontario.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur