L’Ontario va accueillir la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans le cadre des activités qui marquent les 400 ans de présence française en Ontario, notre province va accueillir la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne (CMFC), les 17 et 18 juin prochain, à Toronto.

Ce sera alors la 20e fois que les ministres de la francophonie canadienne se rencontrent depuis la création de cet organisme intergouvernemental en 1994. La CMFC regroupe les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables de la francophonie canadienne. Elle traite de diverses questions liées à la francophonie canadienne, oriente des démarches de coopération intergouvernementale et exerce un rôle rassembleur en appui à la francophonie canadienne.

Croyant fermement que les francophones doivent pouvoir vivre et s’épanouir individuellement et collectivement en français partout au Canada, les membres ont reconnu les principes de leadership gouvernemental suivants:

• L’importance de l’engagement et du leadership gouvernemental dans le domaine des affaires francophones;

• L’importance de promouvoir un plus grand usage et une plus grande visibilité de la langue française partout au Canada;

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

• La valeur de la contribution de la francophonie au tissu social canadien;

• Le caractère essentiel du dialogue et de la collaboration entre chaque gouvernement et sa communauté francophone ou acadienne pour l’épanouissement de celle-ci;

• Le besoin de flexibilité et d’options pratiques dans la planification et la prestation de services en français, compte tenu des différentes réalités de leurs provinces et territoires;

• La nécessité de favoriser la coopération intergouvernementale pour faciliter l’avancement des dossiers des affaires francophones;

• L’importance d’assumer un rôle individuel et collectif de catalyseur par rapport à l’évolution des affaires francophones;

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

• L’importance de leurs efforts et de leur appui pour assurer l’offre active de services de qualité en français et l’essor des communautés francophones et acadienne du Canada.

Étant donné que l’ordre de la rencontre n’est pas public, en se fondant sur ces principes, on peut présumer que les membres échangeront sur des sujets comme une éventuelle mise en œuvre de la recommandation faite le 14 février 1970 par la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme pour que, dans la capitale fédérale, le français et l’anglais aient un statut d’égalité totale, et que l’ensemble des services dispensés au public soit partout accessible dans les deux langues.

Les ministres pourraient avoir une discussion sur la nécessité que la partie de la Constitution du pays qui n’est pas encore disponible en français le soit avant les célébrations du 150e anniversaire de la fédération canadienne.

Les ministres pourraient aussi discuter de l’effet qu’ont les coupures imposées à Radio-Canada sur nos communautés.

Un point à noter pour cette rencontre est qu’il y a de nouveaux membres. À la suite d’élections provinciales, notamment en Alberta et à l’Île-du-Prince-Édouard, de nouvelles personnes seront assises autour de la table pour représenter ces provinces.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur