L’Ontario légifère sur les pesticides

Partagez
Tweetez
Envoyez

TORONTO – L’Ontario a adopté mercredi 22 avril le règlement le plus sévère au pays sur l’usage des pesticides, une mesure qui pourrait entraîner la province au coeur d’un litige commercial international.

Après le Québec, c’est au tour de l’Ontario de restreindre l’usage des pesticides. Mais l’Ontario va plus loin en interdisant la vente et l’usage à des fins esthétiques de plus de 80 ingrédients et 250 produits, avec quelques exceptions, disent les experts.

La science n’a pas encore démontré les effets, s’il y en a, des pesticides sur la santé, mais étant donné les risques, mieux vaut adopter le principe de précaution, a indiqué Lisa Gue, représentante de la Fondation Suzuki à Ottawa

Le Québec et l’Ontario interdisent même le 2,4-D, en dépit du fait que Santé Canada le considère sans danger – une décision qui a été à l’origine d’une contestation de l’interdiction québécoise par le fabricant du produit en vertu de l’ALENA.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La compagnie n’a pas dit si elle contesterait le règlement ontarien. Par ailleurs, les municipalités ontariennes n’ont pas le droit d’adopter des règlements antipesticides, ce qui se fait au Québec.

Des experts, comme le Collège des médecins de famille de l’Ontario, disent que les effets à long terme de l’exposition aux pesticides peut être grave, particulièrement pour les femmes et les enfants.

L’Ontario autorisera encore l’emploi des pesticides dans l’agriculture, la foresterie ou pour des raisons de santé et sécurité, comme le contrôle des moustiques susceptibles de transmettre des maladies comme le virus du Nil occidental. Les terrains de golf pourront encore épandre des pesticides, mais en respectant certaines conditions, pour minimiser leurs effets sur l’environnement. pesticides.

Le Québec interdit depuis 2003 l’usage et la vente de 20 ingrédients utilisés sur les pelouses, et impose des limites encore plus sévères à l’usage de ces produits à l’extérieur d’établissements comme les garderies et les écoles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur