«L’Ontario: le secret bien gardé de la francophonie au Canada»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que la Conférence de Montréal battait son plein la semaine dernière dans le chic hôtel Hilton du centre-ville de Montréal, Madeleine Meilleur, ministre ontarienne responsable des Affaires francophones, réunissait sur la terrasse de l’hôtel des représentants de la francophonie ontarienne et quelques-uns de leurs confrères québécois. La raison d’être de cette réception: faire connaître aux Québécois la francophonie ontarienne.

La Conférence de Montréal, également appelé Forum économique international des Amériques, est l’un des événements économiques les plus prestigieux du continent et qui offrait une tribune idéale à la ministre Meilleur pour vanter les mérites ontariens et faire connaître la francophonie ontarienne à des Québécois influents et souvent sceptiques quant à cette réalité.

«Nous voulons défolkloriser la francophonie ontarienne dans l’esprit des Québécois», expliquait en aparté Charles-Jean Sucsan, conseiller auprès de la ministre Meilleur. «C’est la première fois que l’Ontario participe à la Conférence de Montréal et nous voulions mettre en valeur certaines de nos initiatives et de nos réalisations en matière de francophonie.»

Le message de la ministre Meilleur à l’attention de ses convives était à cet effet on ne peut plus clair: «Je suis ici pour vous dire que le gouvernement de l’Ontario est fier de promouvoir le dynamisme de sa francophonie et l’avantage concurrentiel qu’elle lui procure.»

«Ce que l’Ontario offre au monde, c’est l’occasion unique de s’épanouir et de prospérer en français dans une province à l’économie forte et très active dans le domaine du commerce international», a-t-elle poursuivi. «Dans un contexte de mondialisation croissante, la capacité bilingue de la population ontarienne est un atout de taille qui garantit la compétitivité non seulement des entreprises mais aussi des services publics.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La ministre Meilleur était accompagnée d’une riche délégation de représentants francophones, notamment de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), du Forum francophone des affaires (FFA), du Comité aviseur pour les services en français et de l’hôpital Montfort. Quelques invités de marque, dont l’ancien ministre canadien responsable de la Francophonie, Jacques Saada, étaient également présents pour démontrer leur appui à l’initiative de la ministre Meilleur.

Le Forum économique international des Amériques a réuni pendant quatre jours à Montréal le gratin du milieu économique et politique international, parmi lesquels figuraient Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, Rodrigo de Rato y Figaredo, directeur général du Fonds monétaire international, Jaap de Hoop Sheffer, secrétaire général de l’OTAN, et bien d’autres.

La réception de la ministre Meilleur, qui a rassemblé une quarantaine de personnes, ne réussira certes pas à modifier la perception québécoise quant à la francophonie canadienne. Mais ce geste démontre clairement l’intention du gouvernement ontarien de faire connaître «le secret bien gardé de la francophonie au Canada».

Cette démonstration de foi est d’autant plus pertinente que des négociations sont en ce moment en cours pour organiser une conférence économique similaire à Toronto, négociations auxquelles des représentants du milieu des affaires francophones ont déjà été conviés.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur