«L’Ontario: le secret bien gardé de la francophonie au Canada»


25 juin 2007 à 17h12

Alors que la Conférence de Montréal battait son plein la semaine dernière dans le chic hôtel Hilton du centre-ville de Montréal, Madeleine Meilleur, ministre ontarienne responsable des Affaires francophones, réunissait sur la terrasse de l’hôtel des représentants de la francophonie ontarienne et quelques-uns de leurs confrères québécois. La raison d’être de cette réception: faire connaître aux Québécois la francophonie ontarienne.

La Conférence de Montréal, également appelé Forum économique international des Amériques, est l’un des événements économiques les plus prestigieux du continent et qui offrait une tribune idéale à la ministre Meilleur pour vanter les mérites ontariens et faire connaître la francophonie ontarienne à des Québécois influents et souvent sceptiques quant à cette réalité.

«Nous voulons défolkloriser la francophonie ontarienne dans l’esprit des Québécois», expliquait en aparté Charles-Jean Sucsan, conseiller auprès de la ministre Meilleur. «C’est la première fois que l’Ontario participe à la Conférence de Montréal et nous voulions mettre en valeur certaines de nos initiatives et de nos réalisations en matière de francophonie.»

Le message de la ministre Meilleur à l’attention de ses convives était à cet effet on ne peut plus clair: «Je suis ici pour vous dire que le gouvernement de l’Ontario est fier de promouvoir le dynamisme de sa francophonie et l’avantage concurrentiel qu’elle lui procure.»

«Ce que l’Ontario offre au monde, c’est l’occasion unique de s’épanouir et de prospérer en français dans une province à l’économie forte et très active dans le domaine du commerce international», a-t-elle poursuivi. «Dans un contexte de mondialisation croissante, la capacité bilingue de la population ontarienne est un atout de taille qui garantit la compétitivité non seulement des entreprises mais aussi des services publics.»

La ministre Meilleur était accompagnée d’une riche délégation de représentants francophones, notamment de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), du Forum francophone des affaires (FFA), du Comité aviseur pour les services en français et de l’hôpital Montfort. Quelques invités de marque, dont l’ancien ministre canadien responsable de la Francophonie, Jacques Saada, étaient également présents pour démontrer leur appui à l’initiative de la ministre Meilleur.

Le Forum économique international des Amériques a réuni pendant quatre jours à Montréal le gratin du milieu économique et politique international, parmi lesquels figuraient Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, Rodrigo de Rato y Figaredo, directeur général du Fonds monétaire international, Jaap de Hoop Sheffer, secrétaire général de l’OTAN, et bien d’autres.

La réception de la ministre Meilleur, qui a rassemblé une quarantaine de personnes, ne réussira certes pas à modifier la perception québécoise quant à la francophonie canadienne. Mais ce geste démontre clairement l’intention du gouvernement ontarien de faire connaître «le secret bien gardé de la francophonie au Canada».

Cette démonstration de foi est d’autant plus pertinente que des négociations sont en ce moment en cours pour organiser une conférence économique similaire à Toronto, négociations auxquelles des représentants du milieu des affaires francophones ont déjà été conviés.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur