L’expo Lascaux à Montréal: étonnante et décevante à la fois

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’exposition La grotte de Lascaux: Chefs-d’œuvre de la préhistoire à l’affiche du Centre des sciences de Montréal jusqu’au 14 septembre 2014 est étonnante pour le regard privilégié sur l’Homme de Cro-Magnon qu’elle offre, mais décevante, car seulement cinq petits fragments des fresques préhistoriques sont présentés.

L’exposition itinérante dévoilée à Bordeaux en 2012 s’est arrêtée avant à Chicago et à Houston, pour se rendre ensuite à Bruxelles et à Tokyo.

La grotte de Lascaux dans le sud-ouest de la France est l’un des sites de peintures et gravures préhistoriques les plus riches au monde, avec 915 animaux, remontant à près de 18 000 ans. L’Égypte ancienne date de 5 000 ans, quatre fois moins. Découverte à Lascaux, en Dordogne, en 1940, la grotte compte sept salles.

«Retournez aux origines de l’humanité à la découverte de fresques créées il y a 20 000 ans, avant les balbutiements de la civilisation. Profitez d’un accès inédit à la grotte la plus riche en art préhistorique à travers des reproductions pleine grandeur, uniques au monde», annonce le Centre des sciences de Montréal.

Si la première phrase est fidèle à la réalité, la seconde crée des attentes loin d’être concrétisées. Gare au marketing sensationnaliste.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les Cro-Magnon étaient les ancêtres de l’humain moderne et fort similaires d’aspect physique. D’excellentes vidéos de quelques minutes reconstituent la fabrication de divers outils de base. Ces innovations technologiques illustrent l’inventivité du cerveau de l’Homo Sapiens et le terrain que notre espèce a parcouru depuis 180 siècles.

Pour coudre des vêtements, les Cro-Magnon utilisaient des aiguilles à chas – qui n’ont guère évolué — faites en os d’animaux. Pour s’éclairer, les humains évidaient une grosse pierre, où de la graisse fondue alimentait des mèches en feuilles d’arbre.

Une autre vidéo reconstitue une scène de chasse, le dépeçage de la proie et la fabrication de vêtements avec la peau, éclairée par une lampe à graisse, le tout sous une tente ressemblant à un tipi amérindien.

Un film (en 3D à Bordeaux et en 2D à Montréal) projette une modélisation de la grotte et un survol de l’art rupestre. Apparemment, car ce film n’était pas diffusé lors de ma visite, et ce, deux jours de suite.

Autre atout majeur de cette expo, la technologie numérique qui vient donner vie à ces peintures murales venues de la nuit des temps, à l’aube de l’humanité. Quatre écrans tactiles interactifs décortiquent certains motifs, vaches, chevaux, bouquetins…

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le début de l’exposition survole la triste histoire de l’exploitation de la grotte. L’afflux de visiteurs et l’installation d’un système de climatisation ont amené la formation de moisissures sur les fresques. Lascaux est fermée au public en 1963 et la réplique intégrale de deux des salles (Lascaux 2) ouvre en 1983. Lascaux 3 est l’exposition itinérante qui reproduit des motifs d’une autre salle, la Nef. Lascaux 4 ouvrira en 2016 avec une reproduction intégrale de toutes les salles.

Dans Lascaux 3, les cinq fragments sont présentés dans une structure sombre et close, chacun séparé par de fausses poutres et affublés de quatre statues de cires (présentées ailleurs à Bordeaux) d’êtres aux visages étonnamment contemporains.

Pouvoir admirer une énorme vache noire sur une paroi rocheuse (en résine) ou des chevaux grandeur nature reste captivante. Mais cela reste un fragment de copie et loin de son contexte.

Lascaux 3 comporte certes une maquette des diverses parties de la grotte. Mais seul un diagramme minuscule difficilement discernable dans la pénombre situe chaque fragment dans la grotte et sur la paroi rocheuse.

Sans parler du vacarme incessant du flot d’écoliers (la principale source de visiteurs du centre en semaine), car les fragments sont situés sous un balcon et baignés par les cris des enfants au-dessus. On est loin du silence et du recueillement d’une grotte.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Renseignements

www.centredessciencesdemontreal.com 21 $ par personne ou 58 $ par famille.

Une visite virtuelle permet de se représenter les fragments de l’exposition Lascaux à Bordeauxdans leur contexte

Vidéos (version WEB)

La genèse de Lascaux 3

Images de synthèse expo Bordeaux

Charles-Antoine Rouyer était l’invité de Tourisme Montréal, de Tourisme Québec et du Centre des sciences de Montréal.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur