Les vendeurs d’Eaton et Simpson, pionniers du Village gai?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Après la Nécropole et la rivière Humber, c’était au tour du Village gai de révéler ses facettes peu connues grâce au troisième Historitour de la Société d’histoire de Toronto, dimanche dernier.

Cette visite animée par Ronald Dieleman et Gilles Huot se tenait à la veille de la Fierté gaie mondiale à Toronto.

Un premier arrêt s’est fait dans le parc George-Hislop (16, rue Isabella), nommé en l’honneur d’un des tout premiers militants gais au Canada. Né en 1927, George Hislop a mené une bataille pour les droits des gais et lesbiennes aux niveaux municipal, provincial et fédéral. Il est décédé en 2005.

Les droits de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) sont bien documentés aux Canadian Lesbian and Gay Archives (34, rue Isabella), où il a été possible de visiter la bibliothèque et d’examiner quelques documents.

Dans le bureau du directeur, on peut voir deux affiches de langue française, don de notre collaborateur Paul-François Sylvestre. La première montre une tapette à mouche et dit «Ceci est une tapette». La seconde montre un caniche et dit «Fifi est le nom d’un chien».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les deux guides ont expliqué que le Village gai a d’abord commencé sur la rue Yonge, près de la célèbre taverne St. Charles. Il s’est ensuite déplacé à l’angle des rues Church et Wellesley, jusqu’au sud de la rue Carlton.

La concentration d’une population gaie vers les années 1980 s’expliquerait par le nombre élevé d’hommes célibataires qui travaillaient comme vendeurs ou décorateurs chez Eaton et Simpson et qui logeaient dans de nouveaux blocs appartements conçus pour des célibataires.

Un arrêt émouvant a eu lieu dans le parc Cawthra, juste derrière le centre communautaire The 519. C’est là que se dresse un monument à l’honneur des victimes du sida. The 519 fait partie des centres communautaires de la ville et accueille activement les gens LGBT.

Le prochain Historitour aura lieu le dimanche 13 juillet et présentera la «Reine des Villes» dans la mire de l’écrivain Paul-François Sylvestre. Départ à 14 heures devant le Collège français (100, rue Carlton).

Une bannière franco

Le Festival Franco-Fierté invite les intéressés à s’inscrire pour marcher dans les rues de Toronto sous une bannière francophone, dans le défilé de Pride Toronto du dimanche 29 juin. On peut écrire à [email protected] Calendrier des activités

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur