Les trois vitesses de Valéri Kharlamov


14 novembre 2005 à 0h00

Le 7 novembre dernier, au Temple de la renommée du hockey à Toronto, a eu lieu un événement très important pour la vie sportive du Canada et du monde: l’intronisation des nouvelles étoiles de hockey. Cette fois-ci, parmi eux, (l’intronisation posthume) se trouvait une grande légende du hockey russe – Valéri Kharlamov.

Valéri Kharlamov est né à Moscou le 14 janvier 1948 d’une mère espagnole et d’un père russe – ouvrier dans une usine de Moscou. Au cours de sa carrière sportive, Valéri a joué 14 saisons avec le club de l’Armée Rouge (Soviétique). Il a marqué 293 buts et fait 214 passes en récoltant 5O7 points. Il a pris part à 11 championnats sportifs d’envergure internationale. Il possède huit médailles d’or, deux d’argent et une de bronze. Il a pris part aux Jeux olympiques de 1972 et 1976 en apportant à son équipe deux médailles d’or.

On dit que Valéri fut créé pour le hockey qui exige une vitesse incroyable, une intelligence sportive exceptionnelle, un courage et une abnégation inouïe. En jouant au hockey, Valéri se confrontait aux plus grands sportifs du monde et il était toujours au même niveau qu’eux et, parfois même, plus fort et plus brillant qu’eux.

Quand il a été invité au Canada, pour la Coupe Stanley, les spectateurs restant debout l’ont accueilli avec une ovation qui a duré plusieurs minutes. On reconnaissait le sportif légendaire dans les rues de Montréal et de Prague, de Stokholm et de Moscou, de même que d’autres villes du monde qu’il visitait.

Mais malgré son talent exceptionnel et sa gloire, Valéri restait toujours modeste et simple, aimable et gentil, bon, patient et indulgent. Il était un vrai chevalier et ambassadeur du hockey aimé, admiré et respecté non seulement par ses amis et coéquipiers mais aussi par ses adversaires.

Valéri respectait beaucoup les spectateurs. Il jouait toujours de son mieux, en pleine forme. Il pouvait pendant des heures entières poser sa signature sur des cartes de hockey des amateurs, distribuer des souvenirs pour les enfants, répondre aux questions des journalistes. Il était une vraie idole du public. Grâce a sa maîtrise professionnelle, sa parfaite technique, son intelligence sportive, son courage et abnégation il a su transformer le sport en une sorte d’art plein d’inspiration, de beauté et de grâce.

La vie de Valéri Kharlamov était brillante, mais, malheureusement très courte. Il est mort le 27 août 1981 dans un accident de route avec sa femme Irina, pas loin de Moscou.

En arrivant au Canada j’ai apporté le livre sur Valéri Kharlamov Les trois vitesses de Valéri Kharlamov écrit par Boris Lévine, publié par la maison d’édition La culture physique et le sport en 1984. Je l’avais avec moi pendant la réception. Je l’ai montré au membres du Temple et aux journalistes. L’intérêt vers ce petit livret imprimé sur papier gris, un peu endommagé, avec des photos dans la plupart des cas en blanc et noir était énorme.

On me posait des questions, on le feuilletait, on le photographiait. C’est pourquoi j’ai un grand désir de parler de ce célèbre sportif russe aux lecteurs francophones de Toronto, d’autant plus qu’il y a très peu de littérature en français sur le hockey. Pendant la cérémonie, nous avons reçu des calendriers très beaux et pittoresques, un magnifique bulletin du Temple, beaucoup de programmes et littérature informative, mais tout ça était en anglais.

Pendant la cérémonie d’intronisation, c’était les enfants de Valéri qui le présentaient: son fils Alexandre et sa fille Bégonita. Alexandre a beaucoup remercié le gouvernement du Canada et les dirigeants de la Ligue nationale de hockeypour l’honneur offert à son père. Plusieurs joueurs du hockey, anciens coéquipiers de Valéri venus de la Russie, assistaient à la cérémonie d’intronisation.

Vers la fin de la soirée, Alexandre a signé un autographe au bas de mon exemplaire du livre. Je l’ai remercié les larmes aux yeux.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Sherif américain et tueur en série

Roy Braverman
Hunter montre comment un tueur en série peut en cacher un autre… tandis que L’esquive est une enquête des plus noires sur l’enlèvement d’un...
En lire plus...

17 décembre 2018 à 9h00

Le perroquet est aux oiseaux ce que l’humain est aux grands singes

On savait déjà que le perroquet était un animal intelligent. Voilà qu’on lui trouve des caractéristiques génétiques qui, chez nous, sont associées au développement...
En lire plus...

17 décembre 2018 à 7h00

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur