Les savanes ne sont pas toutes en Afrique

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Canada protège une «savane» dans le parc national de la Pointe-Pelée. C’est l’une des composantes de sa mosaïque d’écosystèmes considérée comme l’une des plus importantes au pays.

Ce mardi 8 octobre, un projet de restauration de la savane du cordon sablonneux du lac Érié, sous l’égide de Parcs Canada, comprend une récolte de graines par des étudiants et bénévoles de la région.

Cette oasis de douceur possède une flore et une faune variées, uniques et fragiles telle que, entre autres, l’oponce de l’Est, une plante de la famille des cactus, et le papillon monarque.

Selon la chargée de projet Valérie Minelga, on cueille des graines d’espèces indigènes du parc national «surtout des graminées et des fleurs», qu’on fera ensuite germer dans des serres d’écoles secondaires de la région. Au printemps, elles seront transplantées dans d’autres parties de la savane remises en valeur.

La savane de Pointe-Pelée, qui faisait 245 hectares en 1940, n’en fait plus que 80, à cause des feux et du gel. Mais Valérie Minelga se dit optimiste, ce projet de 5 ans ayant déjà permis de «regagner du terrain».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur