Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.


16 octobre 2017 à 8h45

72%. C’est le pourcentage de femmes autochtones réalisatrices qui présenteront leurs courts et longs métrages à la 18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE, qui se tiendra du 18 au 22 octobre prochain à Toronto.

ImagiNATIVE est le plus grand festival du film autochtone au monde. Y sont représentées non seulement les communautés canadiennes, mais aussi de toute la planète, comme les Maoris de Nouvelle-Zélande.

L’Express a pu rencontrer Caroline Monnet, une réalisatrice autochtone québécoise qui participe pour la huitième fois au festival. Son court-métrage Creatura Dada figure parmi les 115 courts et longts métrages à l’affiche.

Public élargi

Selon Caroline, ce festival représente l’occasion pour les différentes communautés de présenter leurs œuvres à «leur famille», mais aussi à un public plus large, dans une logique d’ouverture au monde, afin d’être plus fortes. La notion de réconciliation est donc d’actualité dans le festival.

Caroline Monnet
Caroline Monnet

«Il y a 20 ans, lors de la première édition du festival, les conditions d’acceptation des communautés autochtones au Canada n’étaient pas les mêmes. À cette époque, le festival était politique. Aujourd’hui, c’est différent, le festival s’inscrit dans la réconciliation actuelle, il n’est pas question de revendication, mais d’ouverture. Le but est d’offrir un contenu autochtone de l’intérieur à un public large.»

Si, cette année, la réalité virtuelle et les jeux vidéos sont des nouveautés pour le festival – de plus en plus de créateurs et créatrices de jeux vidéos sont issus des communautés autochtones – le vrai sujet de cette 18e édition, ce sont les femmes.

Le but n’est pas d’aller dans le sens des polémiques actuelles concernant les femmes autochtones victimes de violence, mais au contraire de casser les représentations.

Révolution au champagne

Dans son court-métrage Creatura Dada, Caroline Monnet filme six femmes autochtones assises autour d’une table, dans un décor gargantuesque et élégant. Elles préparent leur révolution du monde, en mangeant des huîtres et buvant du champagne.

Le désir de Caroline – qui se revendique comme féministe autochtone – à travers ce court-métrage, c’est de montrer les femmes autochtones dans leur élégance et leur exubérance, de souligner leur force.

Sa représentation va à l’encontre des clichés de femmes autochtones victimes et faibles «qui ne font pas la fête».

Caroline souligne que, contrairement au milieu de l’industrie cinématographique, le cinéma autochtone se voit investi par une majorité de femmes. Elle l’explique par une forte culture matriarcale dans certaines des communautés.

Double marginalisation

Son court-métrage est en anglais, et la participation francophone est assez faible cette année.

«Pour nous, les autochtones québécoises, il y a une double marginalisation, en tant qu’autochtones et francophones, quand la majorité des communautés sont anglophones.»

Pourtant, le festival essaie de pousser au contenu francophone, notamment cette année avec la participation de Diane Obomsawin et son documentaire J’aime les filles.

Les billets pour assister au festival et la programmation sont disponibles sur le site d’ImagiNATIVE.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Écosystème caché en Antarctique

Écosystème Antarctique
Pour les biologistes, c’est comme partir à la découverte d’une nouvelle planète: une mer qui était cachée sous la glace de l’Antarctique depuis 120 000...
En lire plus...

23 février 2018 à 9h30

Centre d’innovation en agroalimentaire: si vous le construisez, ils viendront…

Ontario Agri-Food Venture Centre
Il y a près de deux ans, l’Ontario Agri-Food Venture Centre (OAFVC) ouvrait ses portes pour favoriser la croissance de l’industrie agrolimentaire dans l’Est...
En lire plus...

23 février 2018 à 7h00

La campagne «Bonjour Welcome» gagne Durham-Peterborough

Bonjour Welcome Durham
Après la région de York, au nord de Toronto, c’est la région de Durham-Peterborough, à l’est, qui se met au «Bonjour Welcome». Le mercredi...
En lire plus...

22 février 2018 à 18h22

Débat sur l’Université franco dans l’atrium de Radio-Canada

L'atrium de Radio-Canada accueillera le Grand débat sur l'Université de l'Ontario français.
#universiteONfr le 6 mars
En lire plus...

22 février 2018 à 14h00

Droits constitutionnels: les francophones doivent-ils envier les Autochtones?

Justin Trudeau Premières Nations
Beaucoup d'engagements, peu d'actions
En lire plus...

22 février 2018 à 13h00

Maven rejoint la course de l’autopartage à Toronto

Les voitures Maven arrivent à Toronto
Un nouvel acteur de l’autopartage, Maven, associée à General Motors, vient d’arriver à Toronto. On comptait déjà des entreprises comme Zip Car, Car2Go ou Car...
En lire plus...

22 février 2018 à 12h30

Le sel de mer pas plus santé que le sel de table

sel de mer
On tire de plus en plus la sonnette d’alarme quant à notre consommation de sel: un Canadien moyen avalerait 3400 mg de sodium par jour,...
En lire plus...

22 février 2018 à 11h00

La Cour supérieure de justice augmente sa capacité bilingue

Sandra Nishikawa
Une magistrature davantage en mesure d'utiliser les deux langues officielles
En lire plus...

22 février 2018 à 9h30

La valeur d’une entrevue d’information

access-employment-speed-mentoring
L’une des meilleures sources d’information sur les actualités d’une profession ou d’une industrie consiste à parler aux personnes qui travaillent dans le domaine.
En lire plus...

22 février 2018 à 7h00

À la découverte de la francophonie canadienne

Corridor patrimoine
Le Corridor patrimonial, culturel et touristique ouvert dès ce printemps
En lire plus...

21 février 2018 à 18h08

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur