Les Raptors touchent le fond face aux Celtics

114-126

Raptors OG Chris
La défaite est venue gâcher l'anniversaire de Chris Boucher (28 ans) auteur d'un gros match. Photo: Chris Young
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le score final de 114-126 est très flatteur pour les Raptors de Toronto, lundi soir. Dans une revanche face aux Celtics de Boston, qui les avaient éliminés des séries éliminatoires dans la bulle d’Orlando, les hommes de Nick Nurse ont une nouvelle fois extrêmement déçu. Après un premier quart de feu, la flamme s’est éteinte en deuxième pour ne se rallumer qu’en toute fin de match quand tout était déjà fini. Boston ayant compté jusqu’à 26 points d’avance…

Pascal Siakam et ses coéquipiers n’ont joué réellement que 12 minutes sur 48 et ont subi les foudres du duo Tatum (40 points)/ Brown (19), bien soutenu par le jeune débutant Payton Pritchard, auteur de 23 points et 8 passes décisives. Pour couronner le tout, ils ont été hués par le maigre public autorisé à l’Arena Amalie de Tampa Bay, censé être leur domicile…

Avec cette nouvelle défaite, Toronto affiche désormais un bilan de 1 victoire pour 5 défaites avant de débuter un voyage sur la côte ouest avec quatre rencontres face à Phoenix (5-2), Sacramento (3-4), Golden State (4-3) et Portland (3-3). Difficile de voir une éclaircie dans le ciel sombre de la franchise canadienne actuellement. Les Suns de Phoenix pourraient très bien porter leur nom en l’apportant, mais le niveau actuel des Raps ne pousse pas à l’optimisme.

Le fil du match

Les Raptors suivent l’exemple de Lowry en début de match. Le meneur inscrit rapidement 5 points. Siakam en met 6 tout comme VanVleet (17-5). La réussite offensive continue. Un nouveau tir primé de FVV donne 12 points d’avance (22-10). Les rotations des Celtics emmenées par la bonne entrée du rookie Payton Pritchard, parviennent à revenir à -8 (28-20).

Le jeu offensif torontois est poussif sur la fin du premier quart, mais la défense permet de maintenir une avance de 9 points après les 12 premières minutes de jeu (32-23).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Toronto va connaître son désormais passage à vide habituel en attaque en début de deuxième quart. Cela permet à Boston sur un 3-points de Tatum de revenir à -4 (36-32).

Le temps mort de Nick Nurse n’y fait rien, Pritchard marque a deux reprises pour compléter un 10-0 et égaliser (36-36). VanVleet met fin à la série bostonienne (38-36). Tatum prend ensuite les choses en main et Boston passe devant (40-41).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Tatum en feu

Les Celtics dominent ce deuxième quart pendant que les Torontois à l’image de Baynes ratent des paniers faciles. Les visiteurs concluent un 27-6 pour mener (42-51). L’écart monte jusqu’à +15 (61-46) après des lancers de Tatum, auteur de 16 points dans la période.

C’est sur cette marque que les deux équipes rentrent aux vestiaires à la pause. Après avoir démarré la rencontre par un 5/6 à 3-points, les Torontois affichent un 2/13 sur le reste de la première mi-temps.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Siakam semble retrouver des couleurs avec 7 points en troisième quart. C’est malheureusement le seul point positif de cette troisième période. La défense torontoise ne parvient pas à stopper le duo Tatum/Brown. Boston compte jusqu’à 17 longueurs d’avance (62-79). Tatum est en feu. Il marque encore de loin, +20 (62-82). Au terme de ce troisième quart à sens unique, le match est plié (81-100).

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le quatrième quart ne changera rien à la rencontre dont le vainqueur était connu, en réalité, à la mi-temps. Les Raptors s’inclinent sur le score de 114-126.

Un petit retour à -10 à 2 minutes de la fin n’aura finalement pas servi à grand-chose, avec de nouveau beaucoup d’erreurs dans les instants décisifs et les retours de Tatum et Brown sur le terrain pour sécuriser la victoire des Celtics.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les chiffres

Raptors Celtics stats

Réactions

Fred VanVleet (arrière des Raptors): « Pour être honnête avec vous, on peut se faire une longue liste d’excuses. Nous ne pouvons pas nous contenter de cet état d’esprit. La saison ne va pas s’arrêter, nous n’allons déménager nulle part. Nous allons rester ici à Tampa. Ce n’est pas notre maison, les fans vont encourager les autres équipes, c’est la réalité de notre situation. Donc, on peut s’asseoir et pleurer ou se lever et trouver un moyen de s’en sortir. »

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Kyle Lowry (meneur des Raptors): « Nous avons juste besoin d’avoir un peu plus de cran, d’être plus durs, plus méchants et d’avoir un peu plus de fierté. A présent, nous n’avons aucune fierté. Nous n’avons rien. Nous n’avons rien pour nous. Les équipes nous regardent et se disent « on va les manger ». Ce n’est pas un sentiment agréable. Nous devons utiliser cela et alimenter notre flamme d’une manière ou d’une autre. Ce voyage à l’ouest doit être le début de quelque chose, sinon cela risque d’être une très mauvaise expérience. »

Analyse

Les « plus »:

  • Le premier quart temps réalisé par les Raptors remporté 32-23 a été très encourageant et a laissé entrevoir le potentiel offensif et défensif de l’équipe. L’adresse à 3-points était insolente, la défense bien organisée. Malheureusement cela n’a duré que 12 minutes.
  • Fred VanVleet était inarrêtable, lundi soir. Il termine la rencontre avec 35 points, 8 rebonds, 2 interceptions et des pourcentages au tir excellents (13/20 au tir dont 6/9 à 3-pts).
  • Kyle Lowry est le Raptor le plus constant depuis le début de la saison. Il a encore été au niveau face aux Celtics avec 18 points, 5 rebonds et 5 passes en étant agressif en pénétration (7/8 aux lancers).
  • Chris Boucher (9 points, 6 rebonds, 2 interceptions, 2 contres) a encore montré de belles choses, la question de le titulariser en lieu et place d’un Aron Baynes fantomatique se pose fortement.

Les « moins »:

  • En dehors du premier quart et des cas individuels cités précédemment, collectivement les Raptors ont touché le fond. Boucher mis à part, le banc n’apporte absolument rien. Le secteur intérieur est très peu productif à l’image de Baynes (0 point à 0/5). L’Australien se montre incapable d’inscrire des tirs faciles sous le panier et est, en plus, dépassé en défense. Len apporte un peu plus de ce côté du terrain, mais est, lui aussi, très limité en attaque. On ne peut pas s’attendre à ce qu’il inscrive trois tirs primés à chaque match comme face aux Knicks. Il est clair et net que les départs de Gasol et Ibaka n’ont pas été compensés, que ce soit dans le jeu et dans le leadership qu’apportaient ces deux vétérans.
  • Pascal Siakam se cherche toujours. Il alterne passages prometteurs et retours à la médiocrité. Il semble que, dès qu’il rejoint le banc pour les premières rotations, lors de son retour sur le terrain, c’est un autre joueur qui a pris sa place. En troisième quart, on a de nouveau vu des bribes de l’ancien Siakam, avec un dunk en pénétration, des fautes provoquées. En revanche, son niveau défensif, habituellement régulier, a chuté comme celui de l’équipe. Au final ses statistiques offensives ne sont pas mauvaises: 22 points à 7/15 au tir dont 2/5 à 3-pts et 6/7 aux lancers, mais l’impact qu’il a sur le jeu reste négatif. Son +/- est le deuxième plus faible de l’équipe (-13).
  • LE +/- le plus faible de l’équipe avec -15 n’est autre que Norman Powell. Le sixième homme des Raptors est l’ombre de lui-même. Il a terminé le match avec 4 petits points, 1/6 au tir, aucun rebond, aucune passe. Très inquiétant…

Toute l’actualité des Raptors sur l-express.ca et chez notre partenaire dinostalk.com.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur