Les Raptors fêtent une dernière fois leur titre jusqu’au bout de la nuit

130-122 après prolongation.

Première victoire de la saison pour les Raptors de Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

La saison de NBA est repartie sur les chapeaux de roue pour les Raptors de Toronto. Les champions ont profité de l’ouverture de la saison face aux Pelicans de La Nouvelle-Orléans, pour recevoir leurs bagues et mettre au plafond de l’aréna Scotiabank la première bannière de champion de l’histoire de la franchise.

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le fil du match

Après la cérémonie, place au jeu. Côté NOLA, Alvin Gentry lance un cinq de petite taille avec Ball, Holiday et Redick titulaires aux côtés du duo Favors/Ingram. Avec une bonne adresse longue distance, les visiteurs prennent le meilleur départ (4-13). Ils forcent Nick Nurse à prendre un temps mort après moins de quatre minutes de jeu.

Des tirs primés de VanVleet titulaire à l’arrière et Lowry relancent la machine torontoise (12-15). Les entrées d’Ibaka et Powell donnent plus d’intensité défensive aux Raptors qui passent devant (20-19). Mais après les 12 premières minutes de jeu, ce sont les Louisianais qui gardent les commandes du jeu grâce à leurs rotations efficaces (27-30).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans le sillage de Nicolo Melli auteur de trois tirs à 3-points, les Pelicans prennent le large en début de deuxième quart, face à des Torontois qui balbutient en attaque (8 pertes de balle). Ils prennent 11 points d’avance après 5 minutes dans la deuxième période (33-44).

Nurse s’adapte au jeu adverse en passant lui aussi à un cinq de petite taille composé de VanVleet, Lowry et Davis. Ce changement porte ses fruits et TO revient à 4 longueurs (46-50) puis égalise sur un double pas de Lowry en contre-attaque (52-52). Comme en premier quart, les Pels finissent mieux et sont devant à la pause (56-61).

Toronto reprend l’avantage au retour des vestiaires et semble petit à petit prendre le contrôle du match. VanVleet et Siakam gèrent l’attaque pendant que la défense monte d’un ton. La Nouvelle-Orléans s’accroche et reste au contact au bénéfice d’une nouvelle bonne fin de quart temps (88-86).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

NOLA s’échappe TO revient

Les visiteurs poursuivent sur leur lancée et vont faire plus que rester dans le sillage des champions. Leur défense se resserre et le jeu d’attaque est déjà très fluide pour un premier match de saison régulière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À 4 minutes de la fin, ils mènent 103-109. Dans le sillage d’un Siakam monstrueux, les Raptors égalisent (110-110) puis repassent devant après des lancers de Lowry (112-110). Il reste alors 2 minutes aux Raptors pour sécuriser la victoire.

Les Pelicans ne le l’entendent pas de cette oreille et vont même reprendre l’avantage avant que VanVleet n’égalise en sortie de temps mort sur un système bien exécuté.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il reste 30 secondes, Holiday est muselé par OG Anunoby et rate son tir. Temps mort Raptors et 9 secondes pour gagner le match. Norman Powell hérite du ballon de la gagne, mais son tir à 3-points est trop long. Prolongation (117-117).

La période supplémentaire voit les Raptors emmenés par un Fred VanVleet en mode finales NBA finalement s’imposer au bout de la nuit sur le score de 130-122. Quelle soirée, et ça ne fait que commencer!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’analyse

Face à une équipe de La Nouvelle-Orléans qui mise tout sur l’attaque et qui a aligné un cinq de petite taille pour jouer très vite, les Raptors se sont laissés embarquer dans un match offensif, oubliant souvent l’aspect défensif qui est leur marque de fabrique.

Heureusement, ils ont été capables de la retrouver dans les instants décisifs à l’image de la défense d’OG Anunoby sur Jrue Holiday au terme du temps réglementaire ou plus généralement en prolongation.

En attaque, ils ont pu compter sur l’énorme duo Siakam (34 points, 18 rebonds et 5 passes)/ VanVleet (34 points, 5 rebonds, 7 passes). Les deux anciens champions de G League avec les 905 ont bien été épaulés par Kyle Lowry (22 points), d’abord discret en début de match puis décisif à la fin avec 5 points inscrits en prolongation.

Peu adroits à 3-points, les Torontois ont fait la différence en comptant dans la raquette. Ils ont inscrit 56 points à l’intérieur (28/60) contre seulement 38 pour leurs adversaires, plus adroits de loin (19/45).

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

 

Le francophone du match

Auréolé d’un contrat maximum à hauteur de 130 millions de dollars sur quatre ans – qui prendra effet la saison prochaine – Pascal Siakam a désormais de nouvelles responsabilités à assumer. Le moins qu’on puisse dire c’est que le Camerounais ne les a pas fuies. Auteur d’un match très complet, il n’a qu’une chose à regretter, c’est d’avoir pris six fautes qui l’ont empêché d’avoir son mot à dire en fin de match. S’il a confié en conférence de presse d’après match ne pas se fixer l’objectif d’être joueur étoilé, nul doute qu’en continuant d’aligner de tels chiffres, il sera de la partie à Chicago en février prochain. La route est encore longue, mais cette première est pleine de promesses tant le joueur semble avoir encore progressé dans son maniement du ballon et son adresse de loin.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur