Les Raptors éteignent Embiid et écartent les Sixers

101-96

Avec 25 points, Pascal Siakam a conduit les Raptors à la victoire. (Photo: Chris Young)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les Raptors de Toronto ont poursuivi leur série de matchs sans défaite à l’Arena Scotiabank, avec un septième succès en autant de rencontres. Cette fois, c’était certainement l’adversaire le plus difficile que les hommes de Nick Nurse ont eu à affronter jusque-là à la maison qui leur rendait visite en la personne des Sixers de Philadelphie.

Les images du tir victorieux de Kawhi Leonard au match 7 des finales de conférence de l’est étaient encore dans toutes les têtes au moment du coup d’envoi de cette rencontre qui a tenu toutes ses promesses.

Les Torontois ont fait honneur à leur statut de champion en titre et se sont imposés 101 à 96, réussissant l’exploit de tenir le meilleur joueur adverse, Joël Embiid à zéro point pour la première fois de sa carrière. Le plan défensif mis en place sur le Camerounais par Nick Nurse a été une réussite totale.

Marque de fabrique de l’équipe depuis le début de la saison, la défense des Raptors a encore été décisive en fin de match rendant ses adversaires muets sur les quatre dernières minutes de la rencontre.

Une rotation réduite, mais efficace

Avec pas moins de six joueurs absents de sa rotation, Nurse a réduit celle-ci à trois joueurs. Rondae Hollis Jefferson (16 points 10 rebonds), Terrence Davis (11 points) et Chris Boucher ont contribué grandement à garder l’intensité défensive constante tout au long du match.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sans les points à l’intérieur d’Embiid, Philly s’en est remis à une adresse extérieure insolente de la part du trio Harris (18 points à 3/7 à 3-points)/Richardson (25 points à 5/9 à 3)/Scott (12 points à 3/5). L’adresse de loin étant un facteur très variable dans le cours d’un match, elle a quitté les visiteurs au pire moment du match. Ces derniers étant incapables de marquer de loin dans les instants décisifs du match.

Du côté des Raptors, le duo Siakam (25 points, 7 rebonds)/ VanVleet (24 points, 8 passes) a une nouvelle fois porté l’équipe en comptant sur le soutien d’Anunoby (12 points), Powell (10 points) et un Marc Gasol indispensable en défense et dans la fluidité du jeu (9 passes). Avec cette victoire Toronto reste dans le groupe très fermé des quatre équipes toujours invaincues à domicile. Au grand bonheur de ses partisans qui ont vibré comme aux plus grandes heures des phases finales au printemps dernier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le fil du match

Les Raptors démarrent très fort en défense n’encaissant pas le moindre point sur les 3 premières minutes de jeu (8-0). L’attaque est déjà en rythme avec VanVleet et Siakam qui comptent de loin (3/6 à 3-points) et Toronto mène 13-8 à la mi-parcours du premier quart. Après un temps mort de Brett Brown, Harris inscrit 6 points de suite puis Horford à 3-points. Les Sixers égalisent puis passent devant sur un tir de Korkmaz (17-19). Les Sixers dans le sillage des 11 points de Richardson gardent le contrôle du premier quart et virent en tête (28-34).

La défense torontoise revient plus forte en début de deuxième quart. Les visiteurs sont limités à 5 points en 7 minutes 30, Embiid n’inscrit pas le moindre point en première mi-temps. Les locaux repassent devant sur un panier d’Hollis-Jefferson (40-39). Philadelphie reste à portée de son adversaire grâce à un bon passage de Mike Scott et Toronto garde l’avantage, mais ne mène que 51-49 à la pause.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le troisième quart est dans un premier temps équilibré avec les deux formations qui se répondent coup pour coup. Les Raptors vont ensuite petit à petit prendre le dessus. OG Anunoby et Powell discrets au pointage en première mi-temps se montrent plus à leur avantage.

Toronto compte jusqu’à 7 points d’avance (70-63). L’adresse à 3-points de Mike Scott, auteur de deux tirs primés, garde encore et toujours les visiteurs dans le match (74-72). Harris marque, lui aussi de loin, pour répondre à Davis. Philadelphie recolle à 81-80 au terme du troisième quart.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La défense fait la différence

Les Sixers poursuivent sur leur lancée au niveau de l’adresse à 3-points et prennent le meilleur départ dans l’ultime période. Ils comptent 6 longueurs d’avance au moment où les deux entraîneurs remettent leur cinq de départ, pour finir le match avec 5 minutes à jouer. Après des tirs primés de Powell et VanVleet, Toronto est de retour à 2 points (94-96). La fin de match est digne des séries éliminatoires de mai dernier.

La défense des Raptors va finalement faire la différence. Philadelphie ne marque pas le moindre point sur les quatre dernières minutes de la rencontre. Siakam inscrit un tir plus la faute.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les champions en titre repassent devant et ne seront plus rejoints. VanVleet finit le travail aux lancers tandis que Siakam, après une ultime défense décisive, met la cerise sur le gâteau avec un dunk au buzzer.

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Réactions

Joël Embiid (pivot des Sixers): « Je n’avais pas l’air fatigué et je n’étais pas fatigué. Leur système défensif a fait en sorte que je ne touche pas beaucoup la balle. Et ils m’ont forcé à prendre beaucoup de tirs difficiles. Ça n’a pas d’importance… Marc n’aidait pas sur les écrans que je posais, mais au poste, ils étaient là pendant que la balle était en l’air. Quand vous ne rentrez pas vos tirs, c’est dur… J’ai essayé de profiter de ça. J’ai posé des écrans et j’ai essayé de garder la balle jusqu’à ce que mes coéquipiers soient ouverts. »

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pascal Siakam (ailier des Raptors): « (Dans les dernières minutes) nous avons été capables d’être physiques. Être physiques sur eux et ne pas leur laisser de tirs faciles. Bien sûr nous avons essayé de rendre les choses difficiles à Embiid. Ils ont mis beaucoup de tirs à 3-points, donc nous devions nous assurer que nous sortions sur les tireurs. Je pense que c’est ce que nous avons fait à la fin et pour réaliser les stops dont nous avions besoin. »

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur