Les limbes

Partagez
Tweetez
Envoyez

J’avais oublié la terrible nouvelle. Je viens de me la rappeler en lisant mon catéchisme retardataire qui m’assure que les enfants non baptisés vont dans les limbes.

Si vous pratiquez, comme moi les lectures saintes, vous vous souvenez que les limbes étaient une sorte de salle d’attente, avant le Jugement dernier. À ce moment-là seulement – qui n’est peut-être pas demain – Dieu (le Père) aurait décidé si on pouvait laisser le jeune limbiste, à sa droite, entrer au Paradis ou, s’il était à sa gauche, le pousser carrément en Enfer. Mais on vient de lui simplifier le travail.

En effet, un décret de l’Église, signé Benoît XVI, du 20 avril 2007, a décidé de supprimer les limbes. Drôle de panique! Que faire de tout ce monde dont la plupart des âmes attendaient depuis des siècles.

On ignore comment ça s’est passé. Dieu avait-il été prévenu à temps? A-t-il réagi immédiatement, prenant peut-être des décisions hâtives et s’attirant des reproches? En tout cas, l’avenir est sombre pour tous les non baptisés qui n’auront plus jamais l’espoir d’un répit limbatique et seront immédiatement condamnés à la damnation ou au bonheur éternels.

Vous savez sans doute, comme le rappelle Cité Laïque* de septembre 2007, p.9, qu’il y avait, depuis le XIIe siècle, deux sortes de limbes. Il y avait celles pour les «patriarches» – les justes, morts avant la résurrection du Christ car, jusque là, on manquait de personnel pour leur ouvrir les portes du Paradis – et il y avait celles pour les enfants. Ma seule crainte est qu’une prochaine bulle fasse encore plus de vagues: la suppression du Purgatoire!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce lieu incertain est l’équivalent de limbes pour adultes pas encore tout à fait en règle avec Dieu. Heureusement! L’Église avait institué les indulgences, prières qui peuvent raccourcir la peine de la personne qui attend son tour pour entrer en Paradis et qui rapportent gros au clergé. (Voir Le Manuel des Indulgences**).

Apparemment les limbes étaient exclusivement une invention des catholiques. Pour toutes les autres religions, paradis ou enfer étaient et restent les seules solutions, avec divers raffinements.

Ainsi, les musulmans qui sont les plus généreux au sujet du paradis (72 vierges à déflorer à l’arrivée et du thé au jasmin pour les dames) sont terribles pour l’Enfer: Les damnés «y goûteront ni fraîcheur ni breuvage hormis une eau bouillante et un pus, comme rétribution équitable» (sourate 78, versets 21 à 26). Cependant, unanimité des cultes pour tout ce qui attend le pécheur ou la pécheresse: on brûle. Ce que Victor Hugo résumait ainsi: «Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. À en croire les religions, Dieu est né rôtisseur» (Choses vues, 1887).

Pour revenir à l’abolition des limbes, cela fait partie de l’incessant progrès de l’Église catholique au cours des siècles. Ainsi deux exemples de son féminisme: Le concile de Mâcon*, en 585, décidant que la femme appartenait au genre humain et la proclamation de 1853 affirmant que Marie avait conçu sans pécher, alors que, à cette époque-là, tant de filles auraient bien voulu pécher sans concevoir.

Je me replonge vite dans mon catéchisme, qui reste une inépuisable source de joies.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

*Édité par Le Mouvement Laïque, CP 32132 succ. Saint André, Montréal, H2L 4Y5

** Le Pied de Dieu, Toronto, GREF, pp. 152-155.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur