Les chasse-moustiques ne sont pas tous efficaces

Moustique (Photo: Dreamstime)


4 juillet 2017 à 12h46

Virus du Nil occidental, maladie de Lyme, Zika, Chikungunya, malaria, dengue. La liste des maladies que l’on peut contracter à la suite d’une piqûre d’insecte ne cesse de s’allonger. C’est pourquoi de plus en plus de personnes désirent se munir d’un chasse-moustiques efficace pour garder les insectes à distance et profiter de la belle saison au Québec ou à l’étranger.

Malheureusement pour les consommateurs, les répulsifs que l’on retrouve dans les commerces n’offrent pas tous la même protection et certains sont même carrément inutiles.

Les ingrédients

Parmi les produits que l’on retrouve couramment sur les tablettes, trois ingrédients sont reconnus comme étant sécuritaires et efficaces pour chasser les insectes par Santé Canada: le DEET, la picaridine (ou icaridine) et l’huile d’eucalyptus citronné (ou p-mentahne-3,8— diol, PMD).

Les deux premiers sont des répulsifs de synthèse, alors que l’huile d’eucalyptus citronné est le seul insectifuge d’origine végétale démontré comme étant efficace pour repousser les insectes.

Attention, il ne faut pas confondre l’huile d’eucalyptus citronné avec les mélanges d’huile d’eucalyptus et d’huile de citron qui ne sont pas des répulsifs.

La citronnelle

Bien qu’elle soit utilisée depuis très longtemps pour repousser les insectes, aucune étude scientifique ne confirme l’efficacité de la citronnelle contre les moustiques et les autres insectes.

Cependant, la réputation de la citronnelle n’est pas totalement injustifiée. Sa particularité: en concentration suffisante, elle a un pouvoir répulsif. Par contre, sa durée d’action est beaucoup plus courte que celles des ingrédients cités plus haut.

Sur le site de la Société canadienne de pédiatrie, on peut lire que la citronnelle offre une protection pendant une période approximative allant de 30 minutes à un maximum de 2 heures, alors que le DEET peut éloigner les moustiques pour une période allant jusqu’à 6 heures, selon sa concentration.

Pour ces raisons, on ne recommande pas la citronnelle aux personnes qui se rendent dans des zones à haut risque de contracter des maladies transmises par des insectes ou qui ont besoin d’une protection de longue durée.

Durée

La durée d’action d’un produit est déterminée par sa concentration en ingrédient actif. Plus un produit est concentré, plus longue sera sa protection.

Le DEET à 10% offre une protection de 3 heures ou moins. La durée d’action du DEET à 30% s’étend jusqu’à 6 heures. L’icaridine, pour sa part, repousse les moustiques pendant une période allant de 3 heures (10 %) à 10 heures (20%).

Enfin, l’huile d’eucalyptus a un effet répulsif de 5 heures ou moins, selon la concentration du produit. À noter que la durée d’action du produit peut être affectée par de nombreux facteurs, comme la sudation abondante et la baignade.

Moustiques et tiques

Parmi les ingrédients efficaces, seulement deux fonctionnent pour faire fuir à la fois les moustiques et les tiques: le DEET et la picaridine.

Pour ce qui est de l’huile d’eucalyptus citronné, on peut lire sur le site de l’Environnemental Working Group qu’elle offre une protection maximale contre les moustiques et les tiques moins longue que celle du DEET.

C’est pourquoi on la considère comme un insectifuge de deuxième ligne, après le DEET et l’icaridine. La citronnelle n’offre aucune protection contre les tiques.

Enfants et femmes enceintes

Les insectifuges ne devraient jamais être appliqués sur les bébés de moins de 6 mois. Ensuite, cela dépend du produit choisi et de sa concentration. On peut appliquer du DEET à 10% et de l’icaridine à 20% sur les enfants de 6 mois et plus.

L’eucalyptus citronné ne devrait pas être appliqué avant l’âge de 3 ans. La citronnelle, seulement sur les enfants de 2 ans et plus. On ne devrait pas appliquer de répulsif sur les mains des jeunes enfants, puisqu’ils ont tendance à les porter à leur bouche. En cas de contact avec les yeux, il est recommandé de rincer à grande eau.

Les femmes enceintes devraient s’en tenir au DEET dans une concentration maximale de 30% ou à l’icaridine dans une concentration de 20% ou moins.

Plusieurs fois par jour

Le nombre d’applications maximales recommandé varie en fonction de l’âge et du produit utilisé.

À titre d’exemple, le DEET à 10% devrait être appliqué seulement 1 fois par jour sur les enfants entre 6 mois et 2 ans, alors qu’on peut faire un maximum de 3 applications par jour chez les enfants de plus de 2 ans. On peut réappliquer le produit dès que les moustiques reviennent à la charge.

Pour les autres produits, on peut se référer au tableau que l’on trouve sur le Portail santé mieux-être du gouvernement du Québec.

Protection solaire

On ne recommande pas les crèmes et lotions qui combinent un chasse-moustiques et un écran solaire, car une crème solaire doit être appliquée plus généreusement et plus souvent qu’un chasse-moustiques.

On conseille d’appliquer d’abord la crème solaire et de la laisser pénétrer durant 15 minutes avant d’appliquer un chasse-moustiques.

Gadgets portatifs

Plusieurs études ont démontré que les bougies, les bracelets et les gadgets portatifs qui émettent des ondes sonores sont inefficaces.

Dans l’une des plus récentes, publiée en février 2017 dans le Journal Of Insect Science, les chercheurs de l’Université d’État du Nouveau-Mexique vont même jusqu’à les qualifier «d’huile de serpent des temps modernes».

Le seul gadget portatif ayant démontré une efficacité dans le cadre de cette étude contenait du methofluthrin, un insecticide considéré neurotoxique et potentiellement cancérigène par l’Agence américaine de protection de l’environnement.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur