Les candidats au Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud

Partagez
Tweetez
Envoyez

En vue du scrutin municipal et scolaire du 27 octobre 2014 en Ontario, une soixantaine de personnes se présentent à un poste de conseiller(e) scolaire pour le Conseil scolaire catholique de district Centre-Sud (CSDCCS) ou pour le Conseil scolaire Viamonde, les entités qui gèrent nos écoles de langue française à Toronto et dans la péninsule.

Le CSDCCS regroupe 45 écoles élémentaires et 10 écoles secondaires de langue française, où sont inscrits plus de 15 000 élèves, de Peterborough à Niagara, en passant par la baie Georgienne et Toronto. Le Conseil scolaire Viamonde est un réseau de 34 écoles élémentaires et 14 écoles secondaires de langue française qui accueille plus de 10 000 élèves, de la baie Georgienne à Windsor, en passant par Niagara et Toronto.

Il y a 12 sièges à combler, correspondant à 12 régions du centre-sud de la province, dans chacun des deux conseils scolaires. L’Express a demandé aux candidat(e)s d’envoyer leur photo, bio et littérature électorale pour cette liste. Voici les candidat(e)s pour le CSDCCS. Merci à toutes celles et tous ceux qui ont répondu.

* * *

TORONTO-EST

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Claude-Reno D’Aigle (siège au CSDCCS)

«Je me représente pour m’assurer que nos francophones puissent avoir une école secondaire dans Scarborough.»

Antoine Lutumba-Ntumba

Ingénieur civil de formation au Zaïre, membre de l’Ordre des enseignantes et enseignants de l’Ontario. Il travaille maintenant comme agent d’assurance. «L’éducation catholique francophone doit être enracinée dans les valeurs morales chrétiennes, valeurs basées sur l’amour, la justice et l’équité. Tout enfant du conseil francophone catholique a droit à un système d’éducation qui lui permettre d’être épanoui aussi bien intellectuellement que socialement. Nos élèves devraient bénéficier d’un apprentissage qui leur permet d’être compétitifs dans tous les domaines de la vie professionnelle.» www.antoinelutumba.com

(Mario Gunanayagam n’a pas répondu)

TORONTO-OUEST

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Nathalie Bedros

«J’amène au sein de l’équipe: pensée critique, habiletés de négociation, collaboration et habiletés d’écoute active, esprit créatif, sens de l’initiative, présence représentative (parent et enseignant), bilinguisme, désir profond d’excellence dans le rendement académique de nos enfants. Je suis infirmière de profession depuis 18 ans et enseignante au niveau collégial et universitaire dans un milieu francophone et anglophone depuis 4 ans.»

«Je suis aussi mère de 4 enfants faisant partie de notre conseil scolaire. Je connais les enjeux du jour au jour de nos élèves, de leurs parents et le corps enseignant. Notre foi catholique nous distingue et nous réunit. Je m’engage à mettre l’accent sur la réussite et le bien-être des élèves et à participer à la prise de décisions avantageuses pour l’ensemble du conseil tout en représentant les intérêts des électeurs de mon secteur Toronto Ouest.»

Robert Siani

«Je suis juriste de formation. Je travaille actuellement dans le département de conformité, gestion des avoirs de l’une des grandes banques canadiennes. Je suis marié et père de deux enfants qui fréquentent les écoles catholiques francophones du conseil. Je veux contribuer à transformer les écoles catholiques francophones de l’Ontario en modèles de référence dans le succès scolaire des enfants.»

«Je m’engage entre autres à: améliorer la qualité de l’enseignement dans nos écoles; oeuvrer à l’augmentation des outils technologiques dans les classes; m’assurer que les besoins urgents et les projets prioritaires dans nos écoles soient effectivement réalisés dans l’intérêt de nos enfants; accroître les ressources en personne et en matériel dans les écoles; accroître la réussite scolaire et promouvoir l’excellence dans nos écoles; oeuvrer à la création des centres francophones de formation professionnelle; accentuer l’enseignement des valeurs chrétiennes dans nos écoles; maintenir les écoles catholiques francophones saines et sécuritaires; veiller à la bonne gouvernance dans la gestion du CSDCCS et des écoles.» www.votezrobertsiani.com

(Marie Fontin n’a pas répondu)

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

DURHAM-PETERBOROUGH

Olga Lambert (siège au CSDCCS)

«Résidente de la ville d’Ajax depuis 1996, je me suis engagée dans la vie scolaire de mes enfants dès la maternelle. Après avoir occupée plusieurs au sein du conseil d’école, je suis devenue conseillère scolaire pour les régions de Durham, Peterborough, Northumberland and Kawartha-Lakes en 2006. Je représente un des plus larges territoires de mon conseil scolaire ce qui n’est pas sans des défis. Avec 4 écoles élémentaires et 1 école secondaire, nous avons aussi des réussites ; depuis septembre 2014, notre région est la seule à offrir le programme tant convoité du Baccalauréat International (BI) dans 2 de nos écoles élémentaires venant s’ajouter au celui du secondaire.»

«Ma Foi, ma Langue et ma Culture font de moi une franco-ontarienne convaincue et très engagée dans ma communauté. J’apporte les besoins de nos parents à la table du conseil et j’ai su tisser des liens avec les représentants de divers niveaux politiques et communautaires pour les sensibiliser aux besoins en éducation francophone catholique de Durham et ses municipalités. Les parents de notre région ont droit à une éducation francophone catholique de qualité et je vais continuer à travailler dans cet objectif.»

(Roger Brideau et Chanel Tarala-Chahine n’ont pas répondu)

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

YORK

Sawsan Armanious

«Je suis mère de deux enfants diplômes des écoles catholiques de la langue française de la région centre-sud. Installée depuis 30 ans dans la région de York, j’ai travaillé pendant 35 ans dans le secteur des produits pétroliers.»

«Mes engagements: Chaque élève devrait atteindre son plein potentiel académique. Un conseil scolaire transparent et efficace. Garantir le bon fonctionnement de la gestion du conseil scolaire. Encourager la promotion des centres d’apprentissage qui représenteraient une autre alternative pour nos enfants. Donner les directives à la direction de l’éducation du conseil scolaire de district catholique centre-sud pour s’assurer que l’éducation catholique francophone soit enracinée dans les valeurs morales chrétiennes; valeurs basées sur la compassion, l’amour, la justice et l’équité. Il faudrait donner à l’enseignement religieux la place qu’il mérite et montrer que c’est ce qui fait notre particularité.

«Oeuvrer à l’augmentation des outils technologiques dans les classes. Impliquer et consulter les parents dans les changements structurels ayant une influence sur la vie éducative de leurs enfants. S’assurer que le conseil communique régulièrement avec les parents.»

Caroline Bourret

«Je suis une femme d’affaires qui n’a pas la langue dans sa poche et qui ose dire tout haut ce que plusieurs pensent tout bas. Je ne fais pas de campagne, pas de publicité, en fait mon budget est 0$ et je suis très confortable avec cela!  Saviez-vous que les dépenses électorales peuvent être remboursées aux candidats selon le nombre de votes pour chaque candidat? Le résultat final est que c’est encore le payeur de taxe qui écope!»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Mon expérience en tant qu’auditrice et vérificatrice aidera sûrement le conseil scolaire à améliorer la gestion des budgets et à amener de nouvelles idées sur la table. Les gros chiffres ne me font pas peur, ça fait partie de mon travail normal. Mon but ultime est d’être en mesure d’aider la communauté francophone à obtenir de meilleurs services scolaires dans la région de York.»

(Kathleen Beal n’a pas répondu)

SIMCOE-MUSKOKA

Kyna Sivret

«Résidente de la région depuis 12 ans, mes enfants ont gradué des écoles catholiques de langue française de Borden et Barrie. J’ai été votre conseillère scolaire de 2003 à 2006. Je connais les enjeux de nos écoles tels que la baisse des effectifs en éducation spécialisée, les portatives, la rétention des élèves à Penetanguishene et à Lafontaine, et le manque de disponibilité des services francophones à Orillia, sans oublier le projet de nouvelle école à Collingwood. Les trois principaux enjeux demeurent notre foi, notre langue et notre culture.»

(Donald Blais n’a pas répondu)

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

DUFFERIN-PEEL

Geneviève Grenier

«Comptable professionnelle, j’agis depuis 5 ans en tant que trésorière au conseil d’école de mes enfants. Depuis 4 ans, je fais également partie du comité de vérification des finances du CSDCCS. Mes objectifs: La réussite scolaire et le bien-être de nos étudiants. Je veux que nos enfants aient accès à une éducation de qualité en français. Je veux aussi qu’ils évoluent dans un milieu catholique où les valeurs véhiculées à la maison soient présentes. Pour ce faire je veux m’assurer que les ressources du conseil soient gérées avec équité, responsabilité et efficacité. Je veux aussi trouver des moyens pour développer chez nos élèves le sentiment d’appartenance à la communauté franco-ontarienne.»

«Quelques priorités: révision des dépenses du conseil; je veux m’assurer que toutes les classes soient bien outillées afin d’assurer que nos élèves maîtrisent bien la technologie afin d’être prêts pour le marché du travail; s’assurer que nos écoles suivent le plan du Ministère et que ce plan soit communiqué aux parents; s’assurer également que nos élèves en difficulté reçoivent le support professionnel adéquat.»

Blaise Liaki

«Mon cheval de bataille est de remettre nos enfants au centre de nos priorités. Mon action sera axée autour de trois éléments: l’amélioration du problème de la surpopulation des élèves dans les salles de classe; l’accroissement du financement de l’éducation en faveur de l’enfance en difficulté; la promotion d’un climat scolaire sain, sécuritaire, inclusif et tolérant. Nos enfants doivent pouvoir bénéficier d’une éducation de qualité afin de s’épanouir et acquérir les aptitudes qui leur permettront de relever les défis auxquels ils seront confrontés dans l’avenir.» www.blaiseliaki.com

(Tammy Knibbs n’a pas répondu)

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

MISSISSAUGA

(Estelle Ah-Kiow et Innocent Watat n’ont pas répondu)

HALTON

Dominique Janssens (siège au CSDCCS)

«La communauté francophone de Halton connaît une croissance soutenue de sa population, ce qui produit non seulement les défis pour les écoles de ma région, mais aussi les enjeux du Conseil: construire de nouvelles écoles pour une plus grande capacité et gérer plus efficacement la surpopulation dans les écoles existantes; identifier et communiquer avec tous les élèves admissibles et les 12 000 résidents francophones et francophiles de la région; offrir des programmes et services de soutien aux familles et aux élèves nouvellement arrivés; convaincre le ministère de l’Éducation d’accélérer le processus d’approbation pour la construction de nouvelles écoles et de revoir sa formule de financement pour les nouvelles installations; mettre en place un système pour faciliter l’identification des ayants droit sur la liste des électeurs francophone catholique (FS en anglais); et modifier la Loi sur l’évaluation foncière pour ajouter une composante spécifique de revenus pour les conseils scolaires de langue française. En mettant les enfants avant tout dans toutes mes décisions, l’expérience acquise lors des cinq dernières années me permettra relever ces défis avec confiance, et cela dans un esprit d’entière transparence.» http://dominiquejanssens.wordpress.com

Rafik Morcos

«Je vis avec ma famille ici dans la région de Halton, spécifiquement à Oakville. Je suis diplômé en génie civil (structural) et ensuite j’ai eu un diplôme en gestion de projet. Étant francophone, catholique, papa pour un fils et une fille qui fréquentent l’école du conseil ici, je suis impliqué avec les jeunes, avec les parents et avec la communauté en général. Je suis inquiet que de nombreux parents retirent leurs enfants de nos écoles catholiques francophones pour les envoyer aux écoles publiques ou privées. C’est parce que le conseil ne met pas la qualité de l’éducation de nos jeunes en priorité. Une grande partie du budget va vers les nouveaux meubles, «re-décorer» les écoles, des tableaux de mosaïque coûteux, etc., au lieu de fournir les moyens éducatifs pour aider les professeurs à accomplir leurs tâches.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Mes buts et objectifs: nous assurer que tout élève atteigne son plein potentiel académique et humain; une meilleure gestion du budget, mettant en priorité le niveau d’éducation de nos jeunes, et le classement académique de nos écoles; assurer une transparence dans le fonctionnement du CSDCCS; établir un système accessible pour les parents et la communauté en général de communiquer leurs requêtes aux membres du conseil, et d’assurer les suivis nécessaires, dans des délais raisonnables; répartir équitablement les ressources humaines et pédagogiques dans les domaines de l’actualisation linguistique en français (ALF), le service de l’Enfance en difficulté (EED); donner la directive à la direction de l’éducation du CSDCCS pour s’assurer que l’éducation catholique francophone soit enracinée dans des valeurs morales chrétiennes, valeurs basées sur la compassion, l’amour, la justice et l’équité.» www.facebook.com/csdccs.rafik

HAMILTON-WENTWORTH

Marcel Levesque (siège au CSDCCS)

«Pour Marcel Levesque, la famille tient une place de premier plan. Il est marié à Éliette depuis 50 ans, père de trois enfants et grand-père de quatre petits-enfants. Toujours prêt à aider et à semer la joie autour de lui. A siégé au conseil scolaire catholique de hamilton de 1991 à 1998 et a présidé la Section de langue française en 1997-1998. Siège au Conseil scolaire de district catholique centre-sud depuis sa fondation en 1999 (président du C.A. en 2000). Marcel Levesque connait à fond les enjeux importants du CSDCCS – un autre mandat lui permettra de mener à bien plusieurs projets en voie de réalisation (p. ex. site de l’Académie catholique Mère Teresa).»

«Grâce à sa participation au sein d’organismes francophones depuis plusieurs années, Marcel Levesque connait bien les francophones de Hamilton, leur histoire, leurs besoins et leurs droits. Membre du C.A. du Centre de santé communautaire Hamilton-Niagara depuis 2011. Trésorier du club de l’Âge d’Or Notre-Dame depuis deux ans. Membre du club des Campeurs franco-ontariens depuis 30 ans, président pendant deux ans. Grand Chevalier du Conseil Saint Frère André de la Paroisse Notre-Dame du Perpétuel-Secours depuis deux ans, membre du Conseil depuis sa fondation en 1984.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mulomba Samuel Kalonji

«Mes objectifs: Une éducation religieuse basée sur les valeurs d’amour, de compassion, de partage et de dignité, soulignant l’importance de la prière dans la vie de chaque élève. S’assurer que l’école soit un environnement accueillant et encourageant. S’assurer de la représentation des différentes cultures dans la prise de décision et la composition du personnel du Conseil. S’assurer de la transparence dans le processus d’embauche et les pratiques budgétaires. Établir un système permettant aux parents de communiquer leurs plaintes au Conseil et assurer un suivi.» http://labonneauberge.org

WATERLOO

Jean-Paul Jemetio Feudjio

«Je suis marié. J’ai une formation de chimiste. Je suis présentement membre du conseil d’école élémentaire Mère Élisabeth Bruyère. Je suis très impliqué dans les activités extra scolaires comme Halloween, le déjeuner de Noël. J’ai aussi été bénévole pour des sorties éducatives des enfants.»

«Mes priorités sont les suivantes: Continuer la promotion de l’éducation catholique francophone en Ontario. Consulter les parents, les élèves, les communautés culturelles et de porter les préoccupations de ces groupes a l’attention du conseil. Aider et participer dans l’élaboration des programmes et des activités et plus spécifiquement les programmes pour les enfants ayant des besoins spéciaux. Travailler et consulter les directions d’écoles pour mettre sur pied des stratégies ayant pour but aider à élever le niveau académique des élèves dans nos écoles catholiques francophones, afin qu’ils aient les meilleures chances d’être admis dans les universités et collèges. Ma principale préoccupation sera les mathématiques et l’écriture.»

«Je m’engage à discuter avec les directions d’école de la possibilité d’instaurer des programmes éducatifs tels que les mathématiques en ligne ou encore faire du tutorat. À rencontrer les directions d’écoles qui ont obtenu de bons résultats en mathématiques et en écriture et faire des recommandations au conseil scolaire.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dorothée Petit-Pas (siège au CSDCCS)

«Depuis les 22 dernières années, j’ai gagné amplement d’expériences étant conseillère scolaire, vice-présidente de 1999 à 2000, présidente de 2003 à 2007, et dernièrement élue présidente du CSDCCS. En tant que présidente de l’AFOCSC, l’association des huit conseils catholiques francophones de l’Ontario, j’ai défendu l’article 23 avec fierté à plusieurs reprises. Les 4 dernières années, j’ai eu le plaisir d’être la présidente du CCED, comité consultatif enfance en difficulté. Je vous assure que je vais continuer à être présente dans les activités communautaires visant à promouvoir l’existence de notre communauté francophone catholique.»

«J’ai à cœur la réussite de tous les élèves. Je vise à fournir tous les outils nécessaires pour y arriver afin de viser l’excellence. Je vise à donner à vos enfants une éducation de qualité, les services nécessaires la réussite de chaque enfant, des édifices scolaires semblables à celle de la majorité, un personnel de très haute qualité et un transport sécuritaire pour tous les enfants. Je suis toujours à l’écoute des parents qui nous confient leurs enfants.»

LINCOLN-NIAGARA

Melinda Chartrand (siège au CSDCCS)

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Épouse de Jean Chartrand, direction d’école à Niagara pendant 20 ans. Mère de Danielle, enseignante au secondaire et de Michelle, médecin. Enseignante de patin de fantaisie pendant 25 années, fonctionnaire publique au palier fédéral et provincial depuis 30 ans. Présidente de l’association des conseils scolaires catholiques de l’Ontario pendant 3 années. Vice-présidente de l’association nationale des conseils scolaires francophones depuis 2 ans. Bénévoles communautaires engagées à la paroisse Immaculée–Conception, au Club La Salle, au Centre multiculturel du Folk Arts Festival, SOFIFRAN en plus de nombreux organismes.»

«Je suis intéressée à compléter un quatrième terme pour le CSDCCS dans le but de promouvoir l’excellence de nos écoles et de contribuer à leur croissance. Mon objectif est de favoriser une éducation de qualité pour nos élèves dans des édifices à la fine pointe technologique en plus de collaborer avec nos nombreux partenaires au niveau régional et municipal. Notre plus grand défi: offrir un service de transport qui permet de se rendre à l’école dans un temps raisonnable.»

(Sahar Samaan n’a pas répondu)

WELLAND

Wafik Abadir

«Je suis avocat depuis 1995. J’ai terminé toutes mes études en français, incluant une Maîtrise en Droit des Affaires. Mes deux enfants fréquentent les écoles du CSDCCS. Je me présente car je suis concerné de l’état de l’éducation catholique et religieuse dans notre province. Je suis aussi concerné que les écoles élémentaires et secondaires du CSDCCS, que nos enfants fréquentent, se situent à un rang très bas en Ontario. À Welland et Port Colborne, nous avons trois écoles élémentaires. Elles performent faiblement et se situent au bas de la liste des écoles selon le rapport de l’Institut Fraser. La seule école secondaire éprouve des défis selon le même rapport. Il est temps de changer!»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Je vous promets de dévouer tous mes efforts et toutes mes ressources pour changer la manière de fonctionnement du conseil scolaire. Je ferai le monitorage et m’assurerai que nos enfants bénéficient de toutes les dépenses. Je m’assurerai que les écoles de Welland deviennent une priorité et que plus d’enseignants qualifiés soient embauchés. Comme résultat, nos enfants auront accès à une meilleure éducation et de meilleurs résultats seront atteints. Ceci augmentera les chances d’admission aux institutions postsecondaires. Je veillerai à ce que vos préoccupations comme parents soient entendues et suivies. Le processus sera transparent et j’organiserai des rencontres régulières afin d’adresser vos inquiétudes.»

(Jules Letourneau n’a pas répondu)

* * *
À LIRE AUSSI: Les candidats au Conseil scolaire Viamonde

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur