Les bons coups de la Loi sur les services en français


29 novembre 2011 à 11h29



«La Loi sur les services en français de l’Ontario n’est pas à la hauteur des attentes de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme mais a néanmoins contribué énormément à améliorer la réalité et la politique linguistique canadienne.»


«Elle reconnaît symboliquement le bilinguisme en Ontario. Elle est la première à concrétiser l’approche territoriale en matière de bilinguisme au Canada. Par sa négligence du rôle important des municipalités en matière de bilinguisme, elle a provoqué les institutions municipales à majorité francophone à assumer davantage de responsabilités en cette matière. Son préambule positif et proactif innove en matière de législation linguistique. Enfin, elle crée un poste d’ombudsman indépendant pour assurer sa mise en œuvre.»


C’est par cette introduction que Daniel Bourgeois, directeur général de l’Institut Beaubassin, a débuté sa rétrospective des bons coups de la Loi sur les services en français, lors du colloque organisé par la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, les 17 et 18 novembre dernier, pour commémorer le 25e anniversaire de l’adoption de cette loi ontarienne.


Rappelant qu’en 1986, l’Ontario était de loin la province dominante sur les plans économique, politique et démographique, il a affirmé qu’elle était la province exemplaire pour faire face aux Loyalistes et à la devise One nation, one language des Orangistes.


En 1969, le Nouveau-Brunswick avait démontré l’erreur de la conception territoriale provinciale du bilinguisme canadien selon laquelle le français se limitait au Québec et l’anglais régnait sur le reste du pays.


Mais l’assaut néo-brunswickois a eu peu d’importance nationale. Et, en 1986, le Manitoba était toujours anglophone.


Lent mais efficace, le leadership ontarien en matière de langues officielles a eu énormément de poids. Il a entre autres servi de modèle à l’Île-du-Prince-Édouard et à la Nouvelle-Écosse qui, en 1999 et 2004 respectivement, adoptaient leur version d’une loi sur les services en français.


«Il est difficile d’imaginer la politique linguistique canadienne de nos jours sans la Loi sur les services en français de l’Ontario.»


Détenteur d’un doctorat en analyse des politiques publiques (Université Laval), d’une maîtrise en administration publique et d’un baccalauréat en science politique et en économie, Daniel Bourgeois dirige l’Institut Beaubassin, un institut qui mène des recherches fondamentales et appliquées en politiques publiques.


Il a auparavant dirigé l’Institut canadien de recherche en politiques et administration publiques et été chercheur au sein de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques et analyste de politiques à la ville de Moncton.


Il a aussi été conseiller scolaire et conseiller municipal.


On peut rejoindre Daniel Bourgeois au siège de l’Institut Beaubassin, 41, rue Courteney, Moncton (Nouveau-Brunswick) E1C 9L2; téléphone: (506) 382-0829; courriel: [email protected]; site Internet: www.Beaubassin.com/index-f.html

Pour plus de renseignements:

Texte intégral de l’intervention de Daniel Bourgeois

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Réforme du système de santé: n’oubliez pas les services en français

santé
La décision attendue du gouvernement de l’Ontario de procéder à une réforme structurelle du système de santé serait «une opportunité d’améliorer l’accès aux services...
En lire plus...

14 février 2019 à 16h16

Cybersécurité: quelques clés pour protéger votre vie privée

vie privée
La radio communautaire franco-torontoise CHOQ-FM lance une nouvelle série de capsules vidéos pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux dangers qu’il peut représenter pour leur...
En lire plus...

14 février 2019 à 15h00

Les langues officielles enfin inscrites dans la Loi sur le divorce

La nouvelle Loi canadienne sur le divorce, dont l'ébauche a été adoptée en troisième lecture par la Chambre des communes le 6 février, confirme...
En lire plus...

14 février 2019 à 13h00

Au terminus McCowan, l’un des plus grands centres commerciaux au pays

Nous poursuivons notre tour d'horizon des extrémités du métro torontois à la station McCowan. Cette semaine, Visite Express à l'extrême-Est de la ville pour...
En lire plus...

14 février 2019 à 11h00

Le plus grand gratte-ciel obstruera la vue des Torontois

La construction du gratte-ciel de 306 mètres, nommé The One, qui se situera à l’angle des rues Yonge et Bloor et dont l’achèvement est...
En lire plus...

14 février 2019 à 9h00

Des ados veulent se faire vacciner sans le consentement de leurs parents

vaccin, vaccination
Défiant l’autorité de ses parents, un adolescent de l’Ohio a décidé de se faire vacciner — après avoir découvert qu’il ne l’avait jamais été,...
En lire plus...

14 février 2019 à 7h00

Ce qu’on comprend de l’affaire SNC-Lavalin Jody Wilson-Raybould jusqu’à maintenant

Un mois après le remaniement ministériel dans lequel Jody Wilson-Raybould a été rétrogradée, on comprend mieux ce qui s’est passé en coulisses face au...
En lire plus...

13 février 2019 à 20h40

Un vent d’optimisme sur Cinéfranco jeunesse

Larcelle Lean
Avant même le début du festival, un peu plus de 9 000 spectateurs sont déjà attendus au Famous Player place Canada pour la 10e...
En lire plus...

13 février 2019 à 13h13

Franco Foot va jouer dans un tournoi international

Dès samedi, Franco Foot entame la sélection de joueurs de moins de 17 ans pour participer au Tournoi International Toronto Azzurri SC, qui se tiendra...
En lire plus...

13 février 2019 à 11h00

Les jeunes plongent dans l’arène politique

Chaque année, des simulations parlementaires rassemblent des centaines de jeunes francophones désireux de se plonger dans le système politique canadien, d’aiguiser leurs compétences oratoires...
En lire plus...

13 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur