Les agriculteurs francophones veulent léguer leurs fermes à leurs enfants

Partagez
Tweetez
Envoyez

Lorsque l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) s’est rendu compte que 80% des producteurs franco-ontariens souhaitaient transférer leur ferme à leurs enfants mais que seulement 20% avaient travaillé à sa planification, elle a réalisé qu’ils faisaient face à un réel problème.

«En agriculture, il est désormais essentiel de planifier et de s’engager concrètement à séduire la prochaine génération à l’entreprise agricole familiale», mentionne Nadia Carrier, directrice générale de l’UCFO.

L’association veut donc mettre à la disposition des familles les outils, le savoir-faire et le support dont elles ont besoin pour poursuivre leur démarches, ajoute Mme Carrier. Grâce à une contribution de l’Institut de la gestion agricole, une nouvelle initiative de l’UCFO fait partie d’un plan plus vaste du regroupement agricole francophone visant à assurer un nombre continu de nouveaux producteurs et d’entrepreneurs agricoles pouvant maintenir une agriculture vivante et innovatrice.

Selon un sondage de l’UCFO, la majorité des familles a déclaré avoir besoin d’une «feuille de route» et de mieux connaître les outils et les sources d’information disponibles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’UCFO a donc développé trois ateliers de formation pour 53 familles agricoles situées dans l’Est et le Nord ontarien afin de les aider à comprendre les différentes composantes d’une planification de relève. Ces familles apprennent comment mettre en place un dialogue ouvert et sincère, et comment prendre le meilleur chemin, et ce, grâce à une panoplie d’options d’entreprise et d’imposition.

Le plus important pour les familles est d’en arriver à un plan d’affaires global, selon Peter Vander Zaag, producteur de pommes de terre à Alliston, en Ontario et président du comité consultatif de l’Institut de la gestion agricole. De concert avec le Conseil de l’adaptation agricole, l’Institut de la gestion agricole encourage le développement et l’adoption de pratiques d’entreprise pouvant dynamiser la croissance et la viabilité des fermes.

L’UCFO planifie d’autres ateliers l’automne prochain, et l’organisme va également publier un guide qui décrira comment 20 familles francophones ont développé leur plan de relève. «Nous devons cesser de croire que les fermes familiales sont laissées à elles-mêmes», mentionne Mme Carrier. «Il existe des approches d’affaires qui mènent au succès.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur