Les aborigènes d’Australie: une filiation unique

Fermiers indigènes d'un protectorat de la période coloniale à Victoria en 1858. (Photo: Antoine Fauchery, Richard Daintree - http://www.egold.net.au/objects/DEG000050.htm)

Fermiers indigènes d'un protectorat de la période coloniale à Victoria en 1858. (Photo: Antoine Fauchery, Richard Daintree - http://www.egold.net.au/objects/DEG000050.htm)


13 mars 2017 à 22h24

Il y a 50 000 ans, des humains sont arrivés en Australie… et leurs descendants y sont toujours. Ce sont les aborigènes d’aujourd’hui, que la génétique vient de relier à une seule et unique migration — une filiation qui, par sa durée et sa résilience, est unique au monde.

L’ADN qui a servi à l’étude, parue la semaine dernière dans Nature, provient de 111 échantillons de cheveux d’aborigènes recueillis entre 1926 et 1963. La surprise ne réside pas dans les 50 000 ans — les plus anciens fossiles australiens avaient déjà cet âge — mais dans le fait qu’un seul groupe de gens ait pu peupler les quatre coins de ce continent, et y rester ensuite dans un relatif isolement.

Isolement du continent par rapport au reste du monde, mais isolement aussi entre eux: plusieurs des groupes aborigènes ont développé au fil des millénaires des cultures distinctes, au point où, après l’arrivée des Européens, on a longtemps présumé l’existence de plusieurs migrations survenues à différentes époques.

Leurs gènes mitochondriaux — qui ne sont transmis que par la mère — ne trahissent en fait aucun apport d’une autre population jusqu’aux 10 000 dernières années. Un fait qui, s’il se confirme, tranche avec l’histoire des migrations en Europe et en Asie, où de nouvelles populations se sont mêlées aux plus anciennes à intervalles réguliers.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur