Les aborigènes d’Australie: une filiation unique

Fermiers indigènes d'un protectorat de la période coloniale à Victoria en 1858. (Photo: Antoine Fauchery, Richard Daintree - http://www.egold.net.au/objects/DEG000050.htm)

Fermiers indigènes d'un protectorat de la période coloniale à Victoria en 1858. (Photo: Antoine Fauchery, Richard Daintree - http://www.egold.net.au/objects/DEG000050.htm)


13 mars 2017 à 22h24

Il y a 50 000 ans, des humains sont arrivés en Australie… et leurs descendants y sont toujours. Ce sont les aborigènes d’aujourd’hui, que la génétique vient de relier à une seule et unique migration — une filiation qui, par sa durée et sa résilience, est unique au monde.

L’ADN qui a servi à l’étude, parue la semaine dernière dans Nature, provient de 111 échantillons de cheveux d’aborigènes recueillis entre 1926 et 1963. La surprise ne réside pas dans les 50 000 ans — les plus anciens fossiles australiens avaient déjà cet âge — mais dans le fait qu’un seul groupe de gens ait pu peupler les quatre coins de ce continent, et y rester ensuite dans un relatif isolement.

Isolement du continent par rapport au reste du monde, mais isolement aussi entre eux: plusieurs des groupes aborigènes ont développé au fil des millénaires des cultures distinctes, au point où, après l’arrivée des Européens, on a longtemps présumé l’existence de plusieurs migrations survenues à différentes époques.

Leurs gènes mitochondriaux — qui ne sont transmis que par la mère — ne trahissent en fait aucun apport d’une autre population jusqu’aux 10 000 dernières années. Un fait qui, s’il se confirme, tranche avec l’histoire des migrations en Europe et en Asie, où de nouvelles populations se sont mêlées aux plus anciennes à intervalles réguliers.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Incursion en terre berbère

La vallée de l'Ourika dans les Monts Atlas au Maroc.
Dans la vallée de l’Ourika
En lire plus...

15 janvier 2018 à 10h00

Isabelle Fleury à L’heure de pointe

Isabelle Fleury
De Sudbury à Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h30

Une nouvelle Clinique de psychothérapie francophone

Monique Ryan, Isabelle Bonsaint, Catherine Desjardins.
Trois Torontoises passionnées
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h00

Une nuit de débats sur le sommeil

Un débat dans le cadre de la Nuit des idées à Berlin l'an dernier.
Une initiative française mondiale à l’Université de Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 8h00

Ne pas être Kathleen Wynne: le principal atout de Patrick Brown?

Patrick Brown
Élections en Ontario le 7 juin
En lire plus...

15 janvier 2018 à 7h00

Les Libéraux misent gros sur le salaire minimum

HotBlack Coffee au 245 rue Queen Ouest.
La campagne des élections du 7 juin est commencée
En lire plus...

15 janvier 2018 à 6h00

L’examen théorique de conduite en arménien

permis-de-conduire-g1
21e langue
En lire plus...

15 janvier 2018 à 5h30

Les absents ont toujours tort?

Résultats de recherche d'images pour « empty teacher desk »
Un milliard économisé ici, un milliard encourru là...
En lire plus...

15 janvier 2018 à 5h00

La variété met du piquant dans la vie

Steve Zinger et Rob Bianchin dans leur entrepôt de Blendtek, qui abrite des centaines d’ingrédients, comme de l’huile de tournesol biologique à haute teneur en acide oléique. (Photo: Kinsey Winger)
Protéine de chanvre et de citrouille, farine de céréales anciennes, huile de tournesol, sirop de riz brun...
En lire plus...

15 janvier 2018 à 1h00

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt?

C'est plutôt le nombre d'heures et la qualité du sommeil qui comptent. (Photo: Wattanaphob | Dreamstime)
C'est plutôt le nombre d'heures et la qualité du sommeil qui comptent
En lire plus...

14 janvier 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur