L’environnement, la santé et l’équilibre budgétaire au cœur des préoccupations

Partagez
Tweetez
Envoyez

En tête des priorités que devraient avoir nos gouvernements figurent la protection de l’environnement (78%), les investissements en santé (74%) et le maintien de l’équilibre budgétaire (73%). C’est ce qui ressort du sondage administré par le Conseil de l’unité canadienne (CUC) auprès de 3201 Canadiens et dont les résultats ont été présentés la semaine dernière au Club canadien de Toronto par le président de l’organisme, Michel Desjardins.

Les finances publiques occupent une place prépondérante au palmarès. Aux côtés du maintien de l’équilibre budgétaire figurent l’augmentation des investissements en enseignement et en formation (4e position), le remboursement de la dette nationale (8e position) et la réduction des impôts (9e position). «Après avoir financé des déficits budgétaires pendant une génération, les Canadiens semblent bien déterminés à appuyer l’assainissement des finances publiques», analyse Michel Desjardins.

L’objectif de cette vaste étude, initulée Portraits du Canada 2005, est de permettre aux décideurs politiques de mieux connaître l’opinion des Canadiens sur une série d’enjeux actuels. Avec un échantillonnage de 3 201 Canadiens, la marge d’erreur n’est que de 1,7%.

L’effet du scandale des commandites a été sondé. Résultat: «Ses révélations [de la commission Gomery] n’auront fait qu’alimenter le cynisme d’un certain public, dont les désillusions face à la classe politique persistaient au moment de notre sondage cet automne. [Mais] si les Canadiens semblent à première vue ne pas tenir leurs dirigeants politiques en haute estime, leurs opinions sont moins tranchées qu’il n’y paraît», soutient Michel Desjardins.

Ainsi, ce sont plus de 7 Canadiens sur 10 qui croient que les politiciens ne disent pas toujours la vérité. Parmi les trois paliers de gouvernement, c’est aux administrations municipales que les répondants font le plus confiance, suivies des gouvernements provinciaux, puis fédéral.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plus de 60% des Canadiens disent préférer un gouvernement minoritaire. «Cette réaction est symptomatique de la méfiance qu’inspirent présentement les dirigeants politiques aux Canadiens. […] En élisant un gouvernement minoritaire, les Canadiens envoient un avertissement aux dirigeants politiques: soyez à l’écoute!», soutient Michel Desjardins.

Le scandale des commandites a également eu une retombée positive, affirme le président du CUC. «Pour 55% des Canadiens, les travaux de la commission Gomery prouvent que les abus de pouvoir font l’objet d’enquêtes et que certains correctifs sont apportés.»

Autre résultat significatif: plus la question sur l’avenir politique du Québec se précise, plus les appuis à la séparation diminuent.

49% des Québécois voteraient «oui» à un référendum si la question était la même que lors du référendum de 1995. Si les Québécois devaient se prononcer sur la notion d’un pays souverain sans offre de partenariat politique, mais assortie d’une proposition d’accord de libre-échange avec le reste du Canada, ils répondraient «oui» à hauteur de 47%. Si la question réfère à un pays indépendant plutôt que souverain, l’appui baisse à 40%. Et une nouvelle chute à 34% survient lorsque les Québécois sont questionnés sur l’appui à un projet de pays complètement indépendant.

Le sondage s’est également penché sur la question de l’identité canadienne. «Dans l’ensemble, une très forte proportion de Canadiens estiment que l’assurance-maladie, les deux langues officielles, les opérations de maintien de la paix et Radio-Canada sont des traits fondamentaux de notre identité, au point où leur disparition modifierait la nature du pays», rend compte Michel Desjardins.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sur la question de l’arbitrage religieux, les Canadiens s’opposent au fait que la communauté musulmane ait recours à un tribunal religieux, et ils s’opposent à ces dispositions pour toute autre communauté religieuse. «En résumé, les Canadiens pensent généralement que les droits individuels consacrés par la primauté du droit doivent l’emporter sur l’arbitrage religieux», soutient le président du CUC.

Dans cette ère post-11 septembre 2001, le CUC a questionné les Canadiens sur les mesures de prévention du terrorisme et sur la protection des libertés civiles. 54% des Canadiens désirent privilégier la protection des libertés civiles même si certains risques de terrorisme doivent demeurer.

Pour consulter l’ensemble des résultats de Portraits du Canada 2005: http://www.cric.ca/

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur