Le virtuel remplace le face-à-face à Hamilton, London et Windsor

Une activité au Centre communautaire francophone Windsor-Essex-Kent... en temps «normal».
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le virus de la CoViD-19 chambarde le calendrier des activités de plusieurs centres communautaires francophones dans le Centre-Sud-Ouest de l’Ontario. Certaines activités sont reportées ou carrément annulées, tandis que d’autres initiatives sont encore possibles grâce au Web et aux réseaux sociaux. C’est notamment le cas à Hamilton, London et Windsor.

L’édifice dans lequel se trouve le Centre francophone Hamilton.

Hamilton

Le club de lecture du Centre francophone Hamilton devait se réunir à la Bibliothèque centrale de Hamilton le 2 avril pour discuter de la pièce de théâtre ABC Démolition, du dramaturge franco-ontarien Michel Ouellet. Qu’à cela ne tienne, la rencontre a eu lieu de façon virtuelle.

Julie Jardel

Il reste encore deux échanges au menu pour discuter des romans L’enfant qui savait parler la langue des chiens de Joanna Gruda le 7 mai, et Un été en Saskatchewan de Céline Giguère le 4 juin. La quinzaine de membres francophones et francophiles pourra lire ces ouvrages à condition que la bibliothèque rouvre son service de prêts, bien entendu.

Toujours à Hamilton, l’agente de projet Julie Jardel explique que «tout le monde est en train de s’ajuster pour faire face à la crise du virus; cela inclut les organismes, le milieu scolaire et les bailleurs de fonds».

Elle-même organise présentement une conférence virtuelle qui aura lieu le 17 mai prochain, à l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les jeunes ne sont pas oubliés, puisque le Centre francophone Hamilton travaille avec des élèves de l’école secondaire Georges-P. Vanier pour développer un plan d’affaires électronique en vue de transformer une roulotte en scène de spectacle. Cela s’inscrit dans le cadre d’un projet d’entrepreneuriat social.

Jean-Pierre Cantin

London

Le Carrefour communautaire francophone de London a dû reporter presque toute sa programmation printanière. Cela inclut les activités avant et après l’école, un spectacle de la chanteuse franco-ontarienne Mélissa Ouimet, un gala avec le groupe Swing et les soupers communautaires.

«Nos bailleurs de fonds ont tous autorisé ces reports», note le directeur général, Jean-Pierre Cantin. Il précise que le personnel était heureusement déjà formé et outillé pour le télétravail. «Il n’y a pas eu de fracture au niveau administratif.»

Quant aux services pour immigrants et réfugiés, ils continuent d’être livrés en ligne.

Didier Marotte

Windsor

Le Centre communautaire francophone Windsor-Essex-Kent a pu maintenir quelques activités de son Centre d’orientation des adolescents, qui s’adresse aux nouveaux arrivants francophones de 12 à 24 ans.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le directeur général, Didier Marotte, note que «40 jeunes, à 90% d’origine africaine, ont l’occasion de suivre en ligne des séances de cardio et de renforcement musculaire avec comme seul ‘équipement’ un chiffon, une serviette ou des chaussettes». Les prochaines sessions doivent avoir lieu les 8, 15 et 22 avril.

Kelsey Santarossa

L’ACFO Windsor-Essex-Chatham-Kent a vu plusieurs de ses activités annulées, notamment des cours de danse et des soirées sociales avec artistes visuels. Cela représente une importante perte de revenus, note la vice-présidente, Kelsey Santarossa.

«La situation actuelle nous oblige à revoir notre planification stratégique et à établir un nouveau dialogue avec nos bailleurs de fonds. Tout le monde est dans le même bateau!»

Virus oblige, le virtuel remplacera le face-à-face dans les semaines à venir. La présence électronique l’emportera sur le contact physique. De nouvelles règles du jeu s’écrivent chaque semaine depuis le début de la pandémie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur