Le Vieux-Port de Montréal met toutes voiles dehors!

La nouvelle activité Voiles en Voiles dans le Vieux-Port de Montréal.

11 août 2015 à 9h15

Pas d’arbres au Vieux-Port de Montréal? Qu’à celà ne tienne. Le consultant en parcours aériens Arbre en Arbre s’adapte et concocte, en partenariat avec le fabricant de décors ACMÉ, le superbe Voiles en Voiles. La nouvelle attraction ouvrait ses portes cet été, pour le plaisir des petits mousses téméraires… et au grand dam des poules mouillées.

Ceux qui n’ont qu’une journée pour explorer le Vieux-Port de Montréal en famille ne sauront où donner de la tête. Il leur faudra choisir parmi une gamme d’activités extérieures, intérieures, sportives ou culturelles. Chose certaine, Voiles en Voiles est l’attraction incontournable dont se rappelleront vos enfants.

L’hébertisme, vous connaissez?

L’hébertisme est une méthode d’éducation physique développée par George Hébert. L’éducateur français s’inquiétait de la spécialisation sportive dans les années 1920 et voulait élargir la définition du sport, incluant toute forme d’activité physique «ayant pour but la réalisation d’une performance et dont l’exécution repose essentiellement sur l’idée de lutte contre un élément défini».

En tant qu’officier de la marine, il aurait certainement approuvé les parcours d’hébertisme de Voiles en Voiles, établis entre deux larges navires dignes de Disney.

À l’abordage!

En attendant notre tour pour être équipés de harnais, nous avons tous le nez en l’air. Entre le bateau pirate et le bateau royal évoluent des gens de tout âge (avec crainte ou aplomb) dans cinq parcours aériens et deux parcours d’abordage (tyroliennes) à différents niveaux du sol.

En tout, on propose 61 sections aux courageux: échelles suspendues, filets plats, passerelles, rondins alternés, labyrinthes, Tyroliennes, passage de billots, pont de singe, balançoires, passage de sacs, ronds suspendus, filet en traversée, poutres suspendues…

Si vous êtes familier avec les parcours en forêt, vous serez ravi d’apprendre qu’ici, on n’a pas à attacher et détacher nos mousquetons à chaque tournant, ce qui rend l’expérience moins stressante pour les parents (les plus petits devront tout de même travailler un peu plus pour faire passer les poulies d’une étape à l’autre).

Cinq circuits d’hébertisme s’offrent à mes deux compagnons (adolescents de 13 et 15 ans) et moi-même: Échapper à la Pieuvrre (à deux pieds du sol), Mutinerie et Mission d’espionnage (13 pieds), Mission Sabotage (24 pieds) et Mission Barbe Rousse (35 pieds). Nous décidons de commencer par un circuit de 13 pieds pour nous réchauffer avant de faire celui de 24 pieds.

D’une mère à l’autre

Devant nous, trois fillettes peu assurées se serrent l’une contre l’autre. Leur mère les attend déjà sur le palier de la deuxième étape.

Nous ajustons nos casques, observons l’activité sur le pont du bateau royal, regardons les gens au sol (une large section permet aux parents de suivre des yeux leurs enfants). Entre-temps, deux des trois fillettes ont rejoint leur mère et celle-ci avise la préposée qu’elles n’iront pas plus loin.

Un sauveteur au t-shirt rouge avec croix blanche arrive à la rescousse, accroche son mousqueton à la ligne de vie, rejoint prestement les fillettes en détresse et les guide une à une jusqu’à la rampe de départ, au grand soulagement de la mère.

Le prochain en ligne, un minuscule bambin, a l’âge approuvé (5 ans et plus), mais à vue d’oeil, il n’a pas les jambes assez longues pour avancer sur les planches suspendues dans les airs. Le pauvre tente désespérément durant cinq longues minutes de faire l’épreuve, encouragé par sa mère qui le dirige du sol, jusqu’à ce que les parents dans la file d’attente se mettent à protester. (Nos bracelets donnent droit à deux heures d’activité et ils craignent ne pas en avoir pour leur argent.)

Le gamin abandonne. Puis vient le tour de mon compagnon à grandes pattes, qui gambadera d’une planche à l’autre comme une chèvre de montagne. Sa soeur le suit, prudemment mais sûrement. Puis les deux m’interpellent avec bienveillance.

Une femme à la mer!

Je plonge, mets le pied sur la première planche instable tenue par deux cordes, puis, comme dans un film, vois la distance s’agrandir entre le sol et moi. Toutes les cellules de mon cerveau reptilien me crient de faire demi-tour.

Je me concentre, atteins le premier poteau, en sueur et pompée d’adrénaline, mais tout de même fière de moi. Puis, un petit vent de panique s’empare de moi lorsque je vois devant moi les dix étapes suivantes. Je m’accroche alors au poteau comme une «tree hugger». Le reste est un peu vague…

Je me rappelle d’avoir crié à ma soeur, qui prenait des photos de nous d’en bas, que je détestais soudainement ma «job». Je me souviens d’avoir jappé après la préposée au sol qui m’avait gentiment lancé un «Ça va, madame?» (le «madame» n’ayant rien pour me faire relaxer).

D’un commun accord, à la fin du circuit, nous avons décidé de ne pas aller haut et les jeunes ont continué de s’amuser dans le circuit de deux pieds tandis que je prenais des photos des environs. Ce n’est qu’en rédigeant cet article que j’ai réalisé que nous venions en fait sur le parcours Mission Sabotage, à 24 pieds du sol!

Comme disait si bien ma nièce, qui avait déjà fait l’expérience des circuits aériens en forêt: «On a peur pendant qu’on le fait, mais après, on se rappelle seulement comment on était content d’avoir réussi le défi.» Voilà qui explique la popularité de la belle attraction avec vue prenante sur la coupole du Marché Bonsecours.

Comptez environ une heure entre le moment où on vous donne un harnais et on inscrit l’heure sur votre bracelet, et la fin d’un parcours (incluant l’attente au début du circuit). Deux heures vous permettront d’effectuer deux parcours et d’accumuler de l’adrénaline qui mettra quelques heures à s’estomper dans votre corps.

On conseille chaussures de sport, cheveux longs attachés et rien dans les poches (ils louent des casiers). Oubliez les jupes! (www.voilesenvoiles.com, ouvert tous les jours jusqu’au 7 septembre, puis les weekends jusqu’au 1er novembre 2015, 74$/famille de 4.)

Pendant que vous y êtes

Nous avons fait trois autres activités du Vieux-Port dans la même journée: SOS Labyrinthe, Tyrolienne MTL et Peur Dépôt), toutes voisines de Voiles en Voiles. Consultez www.vieuxportdemontreal.com pour les renseignements sur toutes ces activités.

Je ne recommande pas d’en faire autant. Ça ne nous a pas laissé de temps pour profiter des activités en plein air qui nous auraient bien tentés telles la location de pédalo ou de vélo, une marche le long du canal, ou encore la farniente sur la Plage de l’Horloge du Vieux-Port (du même principe que la Sugar Beach de Toronto) autour de l’horloge. (Ouvert jusqu’au 7 septembre, 2$/13 ans +, gratuit pour les 12 ans et moins, après 20h, accès aux 18 ans et plus seulement.)

SOS Labyrinthe

SOS Labyrinthe nous promettait 2 km de parcours. Il est situé au dernier étage du grand hangar industriel au bord de l’eau. De prime abord, nous trouvions le labyrinthe décevant, sans grand intérêt visuel. Puis, nous avons croisé les coins plus amusants (forêt de tiges noires ou de grands boudins suspendus, murs de sacs de jute ou de gros barils).

À force de nous retrouver plusieurs fois à notre point de départ, nous avons réalisé que ce labyrinthe était plutôt bien fait!

Le but n’étant pas de trouver la sortie le plus rapidement, mais plutôt de localiser quatre items dans le grand parcours, nous avons mis 20 minutes à en trouver un premier. On poinçonnait notre billet à chaque item et une machine a calculé notre temps à la sortie. (Nous avons mis 52 minutes. Le record serait de 26 minutes et des gens ont déjà mis 1h42 à compléter l’épreuve.)

Peur de vous perdre? Soyez sans crainte. En suivant les panneaux orange, on trouve facilement la sortie. (Ouvert 7 jours jusqu’au 23 août puis weekends et jours fériés jusqu’au 1er novembre; 50$/famille de 4.)

Tyrolienne MTL

En comparaison, l’activité de la Tyrolienne MTL a duré 45 secondes! Ce fut tout de même l’activité préférée de mes jeunes compagnons, après Voiles en Voiles. Quelques chiffres: départ à 80 pieds de hauteur, descente sur 1 200 pieds, âge minimum requis de 7 ans. (Ouvert cet été du vendredi au dimanche, 11h à 23h, et du lundi au jeudi, midi à 22 h; 17$ à 19.50$/personne.)

Peur Dépôt

Nous avons grandement rigolé dans l’attraction Peur Dépôt (qui n’est pas pour les claustrophobes!). En plus de nous préparer aux «dangers» se trouvant à chaque tournant de la série de conteneurs soudés les uns aux autres, il nous fallait nous soumettre régulièrement à une épreuve hilarante qui requiert de bons réflexes (pensez Twister debout).

Avis aux intéressés, poule mouillée ou non, on ressort un peu trempé de cette attraction.

Dans la file d’attente, on entendait la voix d’un homme au fort accent vanter avec humour la qualité de l’attraction. Il était de temps en temps interrompu par un cri de mort. «Ah, une autre cliente satisfaite», nous lançait alors la voix, d’un ton ravi. (Ouvert du mardi au dimanche jusqu’au 30 août, puis du vendredi au dimanche en septembre, et du jeudi au dimanche en octobre; 57$/famille de 4.)

* * *
À lire aussi dans L’Express:
Rodin au MBAM: la main de l’homme
Balade sur le toit vert de l’Hôtel Bonaventure
De l’art mur-à-mur à Montréal

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur