Le prochain juge de la Cour suprême est bilingue

Partagez
Tweetez
Envoyez

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille favorablement la candidature, annoncée par le Premier ministre Stephen Harper, la veille du déclenchement de la campagne électorale, du juge Thomas A. Cromwell de la Nouvelle-Écosse pour siéger à la Cour suprême du Canada. Le juge Cromwell comblerait le siège laissé vacant par le départ du juge Michel Bastarache.

«D’après ce que nous savons de lui, le juge Cromwell est non seulement bilingue, mais il est aussi reconnu pour sa grande compétence. Le Premier ministre et le ministre de la Justice ont fait un choix judicieux, qui envoie un signal clair quant à l’importance du bilinguisme comme compétence essentielle pour siéger au plus haut tribunal du pays», a déclaré la présidente du lobby francophone national, Lise Routhier-Boudreau.

La FCFA avait fait valoir dès l’annonce du départ à la retraite du juge Bastarache, que le bilinguisme devait faire partie des critères de sélection des juges à la Cour suprême. D’autres intervenants, comme le commissaire aux langues officielles Graham Fraser, les associations de juristes d’expression française, l’Association du barreau canadien et l’Assemblée nationale du Québec se sont également prononcés en faveur du bilinguisme des juges.

«Nous avons été nombreux à souligner, au cours des derniers mois, que le prochain juge devait pouvoir s’exprimer dans les deux langues officielles de notre pays. Il semble que nos efforts aient porté fruit et que nous ayons été entendus», a indiqué Mme Routhier-Boudreau.

Jusqu’à tout récemment, cependant, ni le ministre de la Justice Rob Nicholson ni le Premier ministre Harper n’affirmaient catégoriquement que le prochain juge, encore moins tous les futurs membres de la Cour suprême, seraient bilingues. Ils reconnaissaient simplement que c’était une qualification à considérer comme les autres. Le communiqué du Premier ministre ne mentionne d’ailleurs pas le bilinguisme du juge Cromwell, indiquant simplement qu’il «possède les compétences nécessaires».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur