Le passage du Nord-Ouest sur un bateau à l’énergie solaire

L'Aquilon

Anne Quéméré à bord de l’Icade. (Photo : Frank Betermin)


7 août 2018 à 16h10

La navigatrice française Anne Quéméré tente de franchir le passage du Nord-Ouest sur un bateau propulsé par l’énergie solaire.

Elle a déjà traversé le Pacifique et l’Atlantique en solo, mais le passage du Nord-Ouest lui a jusqu’ici résisté, et deux fois plutôt qu’une. 2018 sera-t-elle la bonne année pour Anne Quéméré?

L’aventure a pourtant débuté plutôt mal alors que son bateau, l’Icade, devait arriver par barge à Tuktoyaktuk le 20 juin. Mais les pluies ont augmenté le niveau du Mackenzie et ont apporté un grand nombre de morceaux de bois flottants, rendant hasardeuse toute navigation, et ce n’est que le 2 juillet que la barge est arrivée à Inuvik, d’où Anne Quéméré a finalement commencé son périple.

Coups de main

«Ça fait partie de l’aventure», explique Anne Quéméré, rejointe sur la passerelle de la barge le 4 juillet.

«Les gens sur le remorqueur qui troquait la barge m’ont offert à diner. Quand je vois le genre de coup de main que j’ai eu, c’est ça l’aventure, c’est un partage de vie avec des gens que je ne reverrai peut-être jamais. C’est ça aussi le but, de se laisser surprendre par ce qui arrive.»

Anne Quéméré a quitté Inuvik le 6 juillet et, un mois plus tard, le 7 août, elle était rendue à la hauteur du parc national Tuktut Nogait. On peut la suivre sur la page Facebook Arctic Solar ou sur son site internet anne-quemere.com.

Parler de l’Arctique

Anne Quéméré ne s’embarrasse pas de grands discours lorsqu’on lui demande ce qui motive cette périlleuse odyssée de 3500 kilomètres entre Inuvik et Iqaluit. «J’aime ça, dit-elle simplement, j’aime être sur l’eau.»

Ce qui ne l’empêche pas de vouloir communiquer sur l’Arctique, méconnu selon elle, et de partager de l’information sur la culture de ses peuples. Elle s’est d’ailleurs arrêtée à Tuktoyaktuk, et veut rejoindre Cambridge Bay dans quelques semaines.

Ce qui n’empêche pas non plus un certain engagement environnemental. Pour son expédition, elle a donné une seconde vie à l’Icade, muni d’une aile de kite, avec lequel elle avait traversé le Pacifique en 2011, et qui est maintenant équipé de 10 mètres carrés de panneaux solaires.

Pas beaucoup de trafic

Mme Quéméré espère se rendre à Iqaluit avant la mi-septembre, avant que les glaces ne soient trop envahissantes.

Elle a quelques fruits pour les premiers jours, de la nourriture lyophilisée pour trois mois. Elle qui mange peu de viande ne compte pas pêcher, craignant qu’un fil puisse se prendre dans l’hélice du moteur électrique.

Malgré ce que certains disent, il n’y a pas beaucoup de trafic dans le sinueux passage du Nord-Ouest. Anne Quéméré sait déjà qu’elle croisera un bateau de croisière français — le Ponant —, quelques voiliers.

Le danger, dit-elle, ce n’est pas les collisions. «Ce sont les gros coups de vent. À 30 nœuds ça peut être compliqué. Et il y a les avaries potentielles. (…) Mais ça ne peut pas être pire que le Pacifique. Je suis quelqu’un d’optimiste.»

Un père breton chez les Inuits

En plus du Pacifique, la navigatrice a traversé l’Atlantique aller-retour. À la rame!

Mais ses tentatives précédentes de rallier Tuktoyatuk à Iqaluit — en kayak ont été frustrées par l’excès de glace en 2014 et par la mauvaise météo l’année suivante. Condamnée au sol lors d’un de ses voyages, elle en a profité pour repeindre l’église de Tuktoyaktuk.

Et découvrir, au pied d’un bateau en bois, une tombe portant un nom breton, comme le sien: Père Robert Le Meur (1920-1985). Anne Quéméré a enquêté sur ce prêtre arrivé chez les Inuits au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Elle a rencontré son neveu et en a tiré L’homme qui parlait juste, paru chez Arthaud début 2018.

Le titre du livre est la traduction du surnom que donnaient les Inuits au Père Le Meur. «Il a passé 40 ans de sa vie ici», explique Anne Quéméré. «J’ai lu ses lettres. Il voulait être enterré ici. C’était un homme magnifique.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le tournoi de golf Gilles-Barbeau rapporte 16 500 $ à CAH

CAH
Un événement généreux sous un soleil radieux
En lire plus...

19 septembre 2018 à 11h44

Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Concert Orelsan
Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 9h00

Non, les étirements après l’entraînement ne réduisent pas les courbatures

exercices, sports
L’une des méthodes dont les effets bénéfiques ont été observés est l’immersion dans un bain d’eau glacée.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 7h00

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Un match complètement fou entre Toronto FC et Los Angeles Galaxy

Toronto FC - Los Angeles Galaxy
Le Toronto FC accueillait Los Angeles Galaxy ce samedi soir dans son antre du BMO Field pour une rencontre décisive dans la course aux...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 12h00

Hommage à la «robe Dôme» d’Iris van Herpen au ROM

Stylianos Pangalos
Le musée a accueilli le réalisateur Stylianos Pangalos et l'architecte Philip Beesley pour une ciné-conférence sur le thème de l'art, de la mode et...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 11h00

Pénurie d’enseignants : les professionnels de l’immersion prennent les devants

immersion
Campagne de valorisation de la profession et portail de recrutement
En lire plus...

18 septembre 2018 à 9h00

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur