Le NPD oublie les francophones!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le NPD plaide pour des juges bilingues à la Cour suprême, mais quand vient le moment de lancer une invitation aux Franco-Ontariens, le chef Thomas Mulcair leur parle uniquement en anglais. C’est ce qu’il a fait en me téléphonant samedi dernier pour m’inviter à un rassemblement le 27 septembre à Toronto.

Il y a deux ou trois semaines, le chef du NPD m’avait aussi téléphoné et obligé d’entendre son message unilingue anglais. J’avais porté plainte au bureau national du parti, mais cela n’a évidemment rien donné puisqu’il a fait la même gaffe samedi dernier.

Il est pourtant facile de demander aux gens s’ils veulent une invitation en anglais (press 1) ou en français (appuyer sur 2).

Lorsque j’ai téléphoné au bureau du NPD dans ma circonscription de Spadina-Fort York (Olivia Chow) pour porter plainte, personne ne pouvait me parler en français. Quand j’ai téléphoné au bureau national du NPD à Ottawa, la seule personne qui se débrouillait un peu en français était là pour recevoir des dons.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Lors du débat des chefs, jeudi dernier, le NPD n’a évidemment pas daigné s’adresser aux francophones hors Québec, et ce même si le débat était diffusé à l’antenne de Radio-Canada, donc partout à travers le pays.
La FCFA a déploré le comportement des chefs conservateur, libéral et néo-démocrate lors de ce débat.

J’ai voté NPD depuis de nombreuses élections, tant au fédéral qu’au provincial. Or Thomas Mulcair m’a convaincu samedi de ne pas lui accorder ma confiance. Dommage, Olivia, car tu es une bonne candidate, mais pas dans le bon parti.

** * *
À lire aussi dans L’Express:
Des réactions franco-torontoises à l’élection de Justin Trudeau
Une nouvelle saison politique (François Bergeron)
Félicitons notre premier ministre franco-ontarien (Gérard Lévesque)
Trudeaumanie 2.0 (François Bergeron)
Moins d’élus francophones à l’extérieur du Québec (Paul-François Sylvestre)
Finalement, il n’y a pas que l’économie… (François Bergeron)
Trois candidatures franco-torontoises (François Bergeron)
Le gouvernement Harper a bafoué les droits linguistiques (Gérard Lévesque)
Qui a peur du niqab? (François Bergeron)
Pierre Elliott Trudeau et Stephen Harper, deux fossoyeurs? (Paul-François Sylvestre)
Un enjeu en trois dimensions (François Bergeron)
Politique et religion: la démarcation s’estompe (François Bergeron)
L’économie des stupides (François Bergeron)
Ce Sénat que Harper aurait pu abolir (François Bergeron)
C’est quoi la droite? (François Bergeron)
Thomas Mulcair par lui-même: moi aussi, je suis un bon Jack (François Bergeron)
Rien de gagné pour personne (François Bergeron)
Une campagne originale sur un enjeu tradititionnel (François Bergeron)
Les candidats devraient se positionner sur l’accès à la justice (Gérard Lévesque)
Une longue période électorale qui va coûter cher aux contribuables (Gérard Lévesque)
«Sorry, I don’t speak French» (Paul-François Sylvestre)
Regard franco sur les prochaines élections (Paul-François Sylvestre)
La FCFA veut des engagements «simples»
Les retombées des «moments» Duceppe et Péladeau (Gérard Lévesque)
Gilles Duceppe derechef (François Bergeron)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur