Le mythe du père Noël: les enfants aiment découvrir eux-mêmes la vérité

Les enfants aiment découvrir la vérité par eux-mêmes. (Photo: Igor Mojzes | Dreamstime)


19 décembre 2017 à 16h28

La lettre envoyée au Pôle Nord, les miettes de biscuits sur le comptoir, les cadeaux qui apparaissent sous le sapin… S’il est un rituel familial qui occupe une place importante, c’est bien celui qui consiste à faire croire aux petits enfants que le père Noël existe.

Toutefois, un certain nombre de parents se montrent réfractaires: mentir à des enfants peut-il leur nuire?

Certains ne veulent tout simplement pas faire croire à leurs enfants une chose qui n’existe pas. D’autres le font pour des raisons éducatives: par exemple, le bonhomme à la barbe blanche promeut la surconsommation, ce qui ne correspond pas à leurs valeurs.

Enfin, certains parents ont surtout peur de nuire au bon développement de leurs enfants, estimant qu’ils ne feront plus confiance aux adultes quand ils se rendront compte de la duperie.

L’âge de l’imaginaire

Selon Serge Larivée, professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, les parents n’ont pas à craindre les répercussions négatives s’ils font croire à leurs enfants que le père Noël existe.

«C’est un conte de fées qui cadre très bien avec la pensée magique caractéristique de la petite enfance», explique le psychoéducateur qui a écrit des articles sur la question. «Chez les petits-enfants, le raisonnement logique n’est pas encore développé. Ils s’en remettent à leurs parents.»

De plus, jusqu’à l’âge d’environ 8 ans, les enfants se fient à ce qu’ils voient pour distinguer le vrai du faux. Par conséquent, quand les adultes font des efforts pour entretenir le mythe du père Noël et laissent des traces dans la maison — comme des miettes de biscuits et des cadeaux sous le sapin — les enfants n’ont pas de raisons de douter de son existence.

L’âge de raison

C’est vers 7 ans qu’on observe la première chute importante dans la croyance au père Noël. «C’est l’âge de raison. À partir de ce moment, l’enfant a davantage de repères dans la réalité et est capable de mieux saisir certains concepts», déclare Serge Larivée.

Leurs observations personnelles et leur compréhension du monde leur permettent de mieux distinguer ce qui est impossible. Ainsi, plusieurs enfants cesseront de croire au père Noël par eux-mêmes, simplement en réfléchissant et en constatant les incohérences de cette histoire. Cela apporterait même un sentiment de fierté à la majorité d’entre eux.

«Bien évidemment, il ne faut pas se servir du père Noël pour faire peur aux enfants qui ne sont pas sages, prévient le psychoéducateur. Cela serait une forme de chantage!»

L’esprit critique

Pour certains jeunes, débusquer le mythe du père Noël est un rite de passage, le moment où ils deviennent «grands». Ils acceptent avec plaisir d’être les complices de leurs parents pour convaincre les plus jeunes d’y croire.

L’important, rappelle Serge Larivée, c’est d’aider l’enfant dans sa quête de vérité dès qu’il émet des doutes. Par exemple, s’il se demande comment les rennes font pour voler, on peut lui demander ce qu’il en pense.

«À l’époque d’Internet et des fausses nouvelles, je pense que c’est essentiel que les enfants développent leur esprit critique. Leur apprendre à réfléchir, à s’appuyer sur des faits pour développer leur pensée, à mettre en doute les réponses toutes faites, même quand elles viennent de leur entourage, c’est un apprentissage fondamental», conclut Serge Larivée.

Verdict

Entretenir le mythe du père Noël n’est pas une obligation parentale. Toutefois, si l’envie vous prend de perpétuer ce rituel, soyez sans crainte. Non seulement le mythe du bonhomme à barbe blanche ne nuira pas à vos enfants et ne minera pas leur confiance en vous, mais le fait de débusquer le pot aux roses pourrait même les aider à développer leur esprit critique. Et ça, c’est un beau cadeau à leur faire!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : les chutes du Niagara

12 août
L'une des principales attractions du Canada
En lire plus...

12 août 2018 à 7h00

Incompétence culturelle

Arabie saoudite Canada
L'Arabie saoudite n'a pas besoin du Canada: c'est à nous de maintenir les liens
En lire plus...

11 août 2018 à 9h00

Le Hobbit n’a pas laissé de descendants

caverne
L’île de Florès : la clef d’un mystère de l’environnement et de la génétique
En lire plus...

11 août 2018 à 7h00
La Maison Toronto

Appel aux bénévoles – Conseil d’Administration

La Maison Toronto - Vos compétences pour l’orientation et la gestion stratégique de l’organisme sont recherchées!!!  La Maison est à la recherche de femmes dynamiques dont la contribution aidera à son épanouissement et ...
En lire plus...

Boukman Eksperyans et Klô Pelgag en septembre

Dix jours de Francophonie en fête à la Distillerie, Isabel Bader, l’AFT et dans les écoles
En lire plus...

10 août 2018 à 9h00

Une théorie mathématique sur les hallucinations ?

peinture
Répétition de quatre motifs géométriques : spirale, tunnel, toile d’araignée et ruche
En lire plus...

10 août 2018 à 7h00

Le mégalodon toujours vivant? Un mythe aux dents longues

Trois fois plus gros qu’un requin blanc
En lire plus...

9 août 2018 à 13h00

François Guérin nommé au Tribunal de la sécurité sociale

Tribunal de la sécurité sociale du Canada
Il reste candidat au Conseil scolaire Viamonde pour la région de York
En lire plus...

9 août 2018 à 11h00

Les Autochtones sont passés de l’autonomie à la dépendance

Premières Nations
Yves Breton redécouvre le baron de Lahontan, «le plus grand écrivain de la Nouvelle-France»
En lire plus...

9 août 2018 à 9h00

Le jugement européen sur les OGM ajoute à la confusion

champ de blé
Haro sur les gènes étrangers ou manipulés
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur