Le français du Québec n’est pas un dialecte


13 juin 2006 à 0h00

Je viens de lire la lettre de M. Patrick Bouteculet (!) à propos du «Parisian French» et du «Canadian French» (L’Express du 6 juin).

Être Français et porter un nom qui peut donner lieu à d’amusants quolibets donne-t-il le droit d’insulter tous les Québécois?

En fait, je suis d’accord avec lui sur plusieurs points: le français parisien n’existe pas. Si les anglophones qui posent cette fameuse question entendaient les Parigots parler dans leur «patois», ils n’y pigeraient que dalle.

Je conviens aussi avec lui que bien des Québécois et des Canadiens-Français parlent mal le français qu’ils truffent d’anglicismes et d’autres barbarismes.

Mais sachez que cette idée d’un «Parisian French» qui vaudrait mieux que le reste du français n’est pas une invention des Québécois, mais bien des Anglais qui se le font dire par les professeurs français des écoles anglaises et d’immersion.

Je suis Québécoise et je n’ai jamais entendu parler de «Parisian French» avant de déménager à Toronto. Comme M. Bouteculet, ils ont des complexes qui leur font dire bien des choses pour essayer de dénigrer une population sans laquelle, me plaît-il de vous le signaler, il n’y aurait pas de Canada français et donc pas de travail en français pour vous comme traducteur.

Un bon traducteur devrait avoir un minimum de connaissances générales sur l’histoire de ce pays et, contrairement à ce que vous dites, cette histoire regarde tout le monde qui vit ici peu importe votre nationalité.

Les Québécois ont leur parler coloré à l’occasion, mais dire que le français du Québec est un dialecte, ma foi, comme on dit en bon québécois, c’est le boute du boute. Vous en avez du «culet»!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut
«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut...
En lire plus...

17 février 2018 à 13h00

Stérilisation planétaire

Stérilisation planétaire extinction
Il y a 252 millions d’années avait lieu l’une des plus grandes extinctions de masse de l’histoire de notre planète. Étrangement, elle pourrait avoir...
En lire plus...

17 février 2018 à 11h00

À quoi ressemblait la première fleur?

la première fleur
Quelle forme une fleur peut-elle prendre et ne pas prendre? C’est une des énigmes auxquelles pourrait répondre un projet international visant à comprendre à...
En lire plus...

17 février 2018 à 9h00

Vivre près de 46 usines: du «racisme environnemental»

Laurence Butet-Roch
L'exposition «Nos ancêtres étaient des chefs»
En lire plus...

16 février 2018 à 16h28

De samedi à lundi: les bus et trains GO gratuits pour les enfants

Metrolinx GO Transit bus train
L’ensemble du réseau de bus et de trains de banlieues GO sera gratuit pour les enfants de 12 ans et moins pendant le long...
En lire plus...

16 février 2018 à 14h09

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur