Le droit de consulter un avocat pendant un interrogatoire


10 janvier 2012 à 11h15

En vertu de l’alinéa 10b) de la Charte canadienne des droits et libertés, chacun a le droit, en cas d’arrestation ou de détention, d’avoir recours sans délai à l’assistance d’un avocat et d’être informé de ce droit. Le détenu qui s’est vu accorder ce droit possède-t-il aussi en vertu de la Constitution le droit de consulter de nouveau un avocat pendant l’interrogatoire?

Cette question a été tranchée par la Cour suprême du Canada dans l’affaire R. c. Sinclair, [2010] 2 RCS 310, mais elle sera plaidée de nouveau le mois prochain alors que se déroulera à Toronto la Coupe Gale, le prestigieux concours national bilingue de plaidoirie.

Fondé en 1974, ce concours offre aux étudiants en droit l’occasion de plaider dans une cause de droit constitutionnel devant des panels de trois juges ayant pour mandat d’entendre l’appel d’une décision de la Cour suprême du Canada.

Les étudiants qui prennent part à cette activité peuvent plaider en français ou en anglais. Lors de l’épreuve éliminatoire, chaque équipe participe à deux procès simulés: un à titre de l’appelante et l’autre à titre de l’intimée. Les gagnants de l’épreuve finale détiennent durant une année le trophée offert par l’ancien juge en chef de l’Ontario, George Gale.

Les juges qui forment les panels proviennent de différentes régions du pays. Le panel des finalistes de 2011 était composé du juge en chef de la Cour suprême du Canada, Beverley McLachlin, de la juge Kathryn Feldman, de la Cour d’appel de l’Ontario, et de la juge Nicole Duval Hesler, de la Cour d’appel du Québec.

En 2011, les champions de la Coupe Gale ont été les représentants de la Faculté de droit de l’Université de Toronto.

La semaine dernière, le cabinet Lenczner Slaght Royce Smith Griffin s.r.l. et l’Association du Barreau canadien (ABC) ont annoncé leur engagement de commanditer pendant cinq ans le Concours de la Coupe Gale. En conséquence, cette compétition a été renommée le Concours de la Coupe Gale Lenczner Slaght-ABC.

Lorsque l’affaire Sinclair a été entendue en Cour suprême du Canada, les juges ont été très partagés (5 contre 3).

En sera-t-il de même les 24 et 25 février prochain, à Osgoode Hall, alors que s’affronteront les représentants de quinze facultés de droit?

Pour plus de renseignements:
Texte de la décision de la Cour suprême du Canada dans l’affaire Sinclair

Site Internet du concours

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur