Le Conseil de la coopération de l’Ontario s’installe à Toronto

Après Ottawa et Sudbury


14 avril 2015 à 9h27

Le CCO (Conseil de la coopération de l’Ontario) ouvre de nouveaux bureaux au 192 avenue Spadina. Point de convergence et d’échanges pour les coopératives, les entreprises sociales et les organisations à but non lucratif de toute la région Centre-Sud-Ouest, le CCO se lance un nouveau défi.

«Notre projet consiste à aider les entreprises collectives à se développer. Cela comprend le développement d’affaires, l’aide au financement par des prêts ou des subventions de la part de plus de 300 partenaires (organismes à but non lucratif, entreprises collectives, ministères, etc.) ou encore le réseautage», explique Julien Gérémie, directeur du développement.

Le 30 avril, le CCO lancera un programme de microfinance pour les entreprises collectives, qui pourront bénéficier jusqu’à 40 000$ sous forme de prêts et de 16 000$ sous forme de subventions.

«Notre activité est comparable au réseau de développement des entreprises privées, mais pour les collectivités. Il s’agit de les accompagner dans la création ou le développement de leur entreprise.»

«On ne peut pas dire qu’il existe une concurrence anglophone: même si notre activité est d’abord francophone, le CCO accueille les entreprises anglophones et bilingues afin de positionner ces entreprises dans la communauté francophone, pour créer des partenariats ou renforcer la communauté», a-t-il poursuivi.

En parallèle, le CCO est affilié au programme Jeunesse Canada. «Le but est de donner aux employeurs un accès aux subventions pour que les jeunes puissent bénéficier de jobs d’été. Des capsules radio ont également été montées par le CCO pour parler d’économie sociale et solidaire, avec de nombreux intervenants majeurs du secteur.»

Le CCO compte pour l’instant deux personnes à son bureau de Toronto: Julien Gérémie lui-même et Clément Panzavolta. On envisage d’accueillir un nouveau membre d’ici l’automne 2015.

Pourquoi Toronto?

Déjà en place à Ottawa et Sudbury, Toronto est le troisième bureau du CCO.

«C’était plus pratique d’être sur place pour travailler. Cette installation répond à une demande de plus en plus forte en matière d’accompagnement dans la région de Toronto. Et depuis notre installation début avril, cela se passe plutôt bien puisqu’on a décroché deux contrats d’envergure et quelques groupes d’entrepreneurs semblent intéressés», indiquent Julien Gérémie et Clément Panzavolta.

Avec une cinquantaine de projets dans tout l’Ontario, le CCO est présent depuis 1964, soit plus de 50 ans. «Nous voulons participer au maximum à l’activité communautaire ici, et devenir une organisation clé. C’est déjà un peu le cas dans le nord de l’Ontario, c’est pour cette raison que nous partons à la conquête du Centre-Sud-Ouest.»

«Par le passé, nous avons beaucoup travaillé avec les gouvernements fédéral et provincial, c’est aussi ce qui nous a permis de venir à Toronto plus facilement. La réussite des autres bureaux, notamment à Ottawa lance un nouveau défi de venir se positionner dans la région du Grand Toronto», a détaillé Julien Gérémie.

Et de préciser: «Nous couvrons une assez vaste région. Nos premiers projets seront à Toronto, Hamilton, la région du Niagara et le comté de Simcoe. Nous sommes présents dans toute la province, mais notre bureau de Toronto couvre le Centre-Sud-Ouest. C’est aussi depuis Toronto que seront gérés nos projets provinciaux.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur