Le Comité exécutif vote pour un casino, mais ce n’est pas gagné au Conseil

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le comité exécutif de Toronto s’est prononcé en faveur de la construction d’un casino au centre-ville. Le gouvernement du maire Rob Ford recommande au Conseil municipal de donner son aval au projet, mais un tel vote est loin d’être acquis.

Rob Ford n’a convaincu que neuf des treize membres du Comité exécutif – pourtant composé exclusivement d’alliés politiques – d’appuyer un projet de mégacasino.

Certains membres du Comité souhaitaient que le vote soit reporté, tant que la Ville ne saura pas combien d’argent elle recevrait en redevances annuelles, mais sans succès. Deux des quatre membres du Comité qui ont voté contre se sont dit moralement opposés aux jeux de hasard organisés.

Des dizaines d’opposants ont pris la parole devant le Comité exécutif, lundi, pour dénoncer la congestion routière et la hausse de la criminalité qu’entraînerait, selon eux, l’ouverture d’une maison de jeux au centre-ville. (Le palais des congrès, entre les rues Front et Lakeshore, et l’emplacement d’Ontario Place, sont les deux endroits considérés.)

Le conseiller municipal Adam Vaughan – candidat probable à la mairie en octobre 2014 – a brandi devant le Comité des études sur la criminalité et le blanchiment d’argent dans les villes ayant des casinos.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans l’autre camp, des représentants syndicaux et des promoteurs ont vanté les mérites du projet qui pourrait créer 10 000 emplois.

Selon le maire Ford, Toronto devrait recevoir au moins 100 millions $ par année de la Société des loteries et des jeux de l’Ontario. D’autres commentateurs estiment que la métropole toucherait seulement une vingtaine de millions, selon la formule de financement à laquelle la première ministre Kathleen Wynne a promis de ne pas modifier pour Toronto.

OLG, l’agence provinciale des jeux et loteries, doit présenter au gouvernement une nouvelle formule de calcul des redevances avant la fin du mois. La Société, dirigée par Paul Godfrey, avait été critiquée par la première ministre Kathleen Wynne après avoir promis d’accorder 50 à 100 millions $ à Toronto. Mme Wynne ne veut pas donner l’impression que la Ville Reine recevrait un traitement de faveur.

La vraie bataille se déroulera au Conseil municipal, théoriquement partagé presqu’également entre partisans et adversaires du maire Rob Ford, mais où l’opposition réussit depuis plusieurs mois à contrer les projets du maire.

Les Torontois eux-mêmes, qui ont déjà rejeté un projet de casino lors d’un référendum en 1997, seraient encore très divisés sur la question.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur