Le Canada plus divisé que jamais? Au contraire!

157 Libéraux, 121 Conservateurs, 32 Bloquistes, 24 Néo-Démocrates, 3 Verts, 1 indépendante

Partagez
Tweetez
Envoyez

La carte politique canadienne redessinée par les élections fédérales d’hier peut laisser croire que le Canada est plus divisé que jamais:

– Le gouvernement libéral de Justin Trudeau est reconduit, mais minoritaire et quasiment absent des trois provinces des Prairies qui ont voté massivement conservateur.

– Les Conservateurs ont plafonné en Ontario à cause de l’impopularité du gouvernement provincial de Doug Ford, et dans le reste du pays à cause du déficit de charisme d’Andrew Scheer et de sa campagne hors focus.

– Au cours du prochain mandat, les Libéraux auront régulièrement besoin de l’appui du NPD de Jagmeet Singh, lui aussi affaibli, qui a presque tout perdu au Québec.

– Le Bloc québécois séparatiste, qu’on croyait moribond, est de retour en force, grâce à un chef dynamique et éloquent.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais ces divisions sont plus apparentes que réelles:

– La «menace» séparatiste québécoise, immédiate dans le temps de Lucien Bouchard, est inexistante aujourd’hui. Le Bloc est plutôt arrimé aux priorités «provinciales» du gouvernement nationaliste modéré de François Legault.

– Les Verts font à peine mieux qu’en 2015, récoltant 6% des suffrages et trois sièges (les deux mêmes qu’avant en Colombie-Britannique et un premier au Nouveau-Brunswick).

Mais c’est parce qu’ils ont colonisé le Parti libéral, le NPD et même le Bloc, qui ont tous juré de prioriser la lutte contre les changements climatiques, devenus une préoccupation majeure d’un grand nombre d’électeurs, notamment des jeunes. Il y a donc maintenant quatre partis verts à Ottawa!

– Mieux (ou pire, selon le point de vue), Maxime Bernier, le chef et seul député de son petit Parti populaire osant nier qu’on ait une grande influence sur le climat, a fortiori qu’il y ait «urgence», a été défait dans sa circonscription. Son mouvement est mort et, avec lui, toute dissidence ou originalité au Parlement dans ce débat pourtant complexe.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– Il y a aussi quatre partis «progressistes» à Ottawa, puisque Libéraux, Néo-Démocrates, Verts et Bloquistes promettent, à un pipeline près, le même genre de programmes sociaux et d’interventions dans l’économie.

Malgré le recul qu’il vient d’encaisser, Justin Trudeau n’a pas hésité, après minuit, à proclamer que «les Canadiens ont rejeté la division et la négativité, et ont voté pour un agenda progressiste et pour la lutte aux changements climatiques»…

C’est peut-être le même discours qu’il aurait prononcé s’il avait redécroché une majorité, mais il reflète la réalité: près des deux-tiers des Canadiens ont voté pour la même vision.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur