Le Canada participera au Télescope de trente mètres

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le gouvernement canadien apportera pendant 10 ans un appui financier à hauteur de 240 millions $ au Télescope de trente mètres, projet international de construction d’un des observatoires les plus grands et les plus perfectionnés du monde, à Hawaï.

C’est le premier ministre Stephen Harper qui en a fait l’annonce lundi après avoir visité l’observatoire Gordon MacMillan Southam de Vancouver, accompagné de son ministre de l’Industrie, James Moore.

Le Canada travaillera ainsi à Hawaii aux côtés du Japon, de la Chine, de l’Inde et des États-Unis. Le télescope sera équipé de systèmes perfectionnés d’optique adaptative, qui permettront des corrections en fonction des turbulences atmosphériques (qui font «étinceler» les étoiles) et qui permettront d’observer clairement certains des objets et corps célestes les moins lumineux.

Lorsqu’il sera terminé, le télescope se trouvera dans un observatoire d’une hauteur équivalant à 22 étages, son miroir primaire aura un diamètre de 30 mètres, ce qui lui donnera une superficie à peu près égale à la celle de la moitié d’une patinoire de la Ligue nationale de hockey.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La plus grande partie du soutien fourni par le gouvernement pour le télescope sera dépensée au Canada, ce qui devrait créer des emplois en lien avec la construction et l’assemblage de composantes clés du télescope, notamment une enceinte en acier de précision par la société Dynamic Structures Limited, établie à Port Coquitlam, en Colombie-Britannique, et en lien avec des techniques d’optique adaptative de pointe, développées par le Conseil national de recherches du Canada en partenariat avec des entreprises canadiennes.

On s’attend à ce que des douzaines d’entreprises canadiennes développent des capacités de pointe et des produits transférables à de futures applications dans les secteurs de la santé, de la défense et des télécommunications.
La contribution du Canada permettra aussi aux chercheurs canadiens d’obtenir une partie du temps d’observation au télescope, lorsqu’il sera opérationnel, en 2023-2024.

Le Canada possède un savoir-faire de calibre mondial en astronomie et en astrophysique. L’Organisation de coopération et de développement économiques signale que depuis 1996, le Canada se classe au premier rang du G7 au chapitre du soutien des travaux de recherche-développement dans ses universités et ses collèges, proportionnellement à la taille de son économie.

Le premier ministre Harper a aussi annoncé récemment un nouvel investissement patrimonial de 1,5 milliard $, pour que la recherche canadienne soit à l’avant-plan de la scène mondiale avec le fonds d’excellence en recherche Apogée Canada.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur