Le Canada et la France lancent un ballon

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Agence spatiale canadienne (ASC) et le Centre national d’études spatiales (CNES), l’agence spatiale française, ont complété avec succès le premier lancement d’un ballon de recherche stratosphérique à partir de la base de Timmins en Ontario le 13 septembre à minuit. Ce vol était le premier à s’inscrire dans le cadre de l’entente de collaboration franco-canadienne signée le 30 septembre 2012.

Ce type de ballon atmosphérique contrôlé à distance peut emporter 1,75 tonne d’équipement dans la stratosphère, ne requiert aucun moteur ou combustible, est totalement récupérable et peut atteindre une altitude allant jusqu’à 42 km. Il peut servir à recueillir un large éventail de données importantes relatives à l’environnement terrestre et à l’atmosphère, ou encore à scruter l’univers à des fins de recherche astronomique.

«Cet effort conjoint entre la France et le Canada fournit aux scientifiques canadiens une plateforme nouvelle et abordable pour tester des technologies dans un environnement quasi spatial», a déclaré James Moore, notre ministre de l’Industrie et responsable de l’ASC. «Le projet des ballons stratosphériques permet des délais de lancement plus courts et est un outil responsable sur le point environnemental pour la recherche scientifique et le développement de technologies.»

«Ce lancement historique marque le début d’une nouvelle occasion pour le Canada», a souligné Walter Natynczyk, notre ancien chef des Forces canadiennes nommé récemment à la présidence de l’ASC.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Grâce à un modique investissement dans ces campagnes de ballons et à notre collaboration avec l’agence spatiale française et la ville de Timmins, des scientifiques et des ingénieurs canadiens auront accès à de fréquentes occasions de participation à ces vols à partir de 2014. L’ASC invite dès maintenant les chercheurs et les ingénieurs canadiens à proposer des charges utiles pour les prochaines missions de ballons stratosphériques.»

Le vol était le premier d’une série de deux vols et était dédié aux essais de la plus récente technologie du CNES en matière de ballons stratosphériques. D’une durée de dix heures, il s’est achevé tel que planifié à 6h40 le matin du 14 septembre.

Un second vol d’essai est prévu pour les prochains jours. Pour ce lancement, le CNES utilisera son plus gros ballon stratosphérique, qui mesure près de 324 mètres, soit la hauteur de la tour Eiffel.

La compagnie canadienne DPL Science testera alors un sous-système de puissance générique potentiellement réutilisable sur une nacelle lors de prochaines campagnes ou à bord de satellites. La compagnie canadienne Xiphos testera une nouvelle technologie de cartes miniaturisées de traitement de données. Xiphos souhaite qualifier cette technologie pour utilisation lors de futures missions spatiales.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur