Le 150e dans le regard abstrait de Jean-Pierre Lafrance

À la galerie Thompson Landry

L'artiste Jean-Pierre Lafrance avec sa compagne Brigitte Hartmann.

L'artiste Jean-Pierre Lafrance avec sa compagne Brigitte Hartmann.


26 juin 2017 à 16h12

Jean-Pierre Lafrance ne décide jamais à l’avance à quoi ressembleront ces toiles. Ce que l’on voit, ce sont les conséquences de son état d’esprit à un moment donné. Et quel esprit! Trente-sept de ses oeuvres racontent une histoire en couleur à la galerie Thompson Landry dans le quartier de la Distillerie jusqu’au 9 juillet.

Jean-Pierre Lafrance est très connu dans le monde de l’art abstrait canadien. Originaire de Montréal, il a exposé plusieurs fois déjà chez Thompson Landry, ainsi qu’aux États-Unis et en Europe. «L’Europe aime la sculpture, j’y ai exposé plusieurs pièces déjà», nous raconte cet artiste-peintre-sculpteur.

Lafrance

De la couleur

Une lumière et un nombre incalculable de couleurs émanent des oeuvres de cet artiste qui admet volontiers être «un homme heureux!»

Pour cette exposition Une histoire en couleur, Jean-Pierre Lafrance représente le 150e du Canada, mais aussi les 375 ans de Montréal. C’est d’ailleurs une commande de Sylvain Landry, propriétaire de la galerie. Avec des titres annonciateurs tels que: Hudson Bay, Kanata ou encore Red River Rebellion, Une histoire en couleur rend hommage aux paysages canadiens.

Lafrance

L’artiste qui peint l’abstrait depuis plus de 40 ans n’est pas influencé par les choses de la nature. «Quand j’observe mes peintures, je retrouve très souvent la nature; je vis à la campagne, les émotions et peut-être mon inconscient me laissent reproduire les lacs, les paysages de chez moi.»

De l’abstraction

Jean-Pierre Lafrance reste émerveillé de voir ses œuvres à la galerie Thompson Landry. «Voir toutes mes œuvres exposées comme ça dans une galerie, c’est toujours un plaisir; je n’ai pas l’habitude de les voir toutes ensemble dans si bel espace.»

Par définition, l’abstraction est mentale et s’adresse volontiers à des intellectuels, mais tous peuvent apprécier cet accès dans l’imagination du peintre et de ses émotions profondes.

«J’ai des limites, mais s’il y’a quelque chose que je veux faire, je le ferai», nous dit l’artiste.

Lafrance

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Vieux jeu: affronter les fantômes du passé

Jacques Godin et Anthony Therrien dans Vieux jeu.
Partie parfaite pour Jacques Godin
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h30

Champion de la conservation des sols

Eric Kaiser ne se doutait pas que ses pratiques allaient devenir exemplaires.
Eric Kaiser voulait seulement empêcher sa terre de disparaître dans la baie
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h21

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur