L’attention au terroir produit les meilleurs vins

Le propriétaire de La Ferme du Mont de passage au laboratoire de dégustation du collège George Brown

Stéphane Vedeau au collège George Brown le 24 novembre. (Photos: Laurie Humbert)


27 novembre 2017 à 11h00

La Ferme du Mont, domaine viticole créé par Stéphane Vedeau dans le Vaucluse, dans le sud de la France au début des années 2000, produit des vins d’excellence, aux appellations renommées.

Le producteur de vin a construit lui-même son domaine de 50 hectares, selon la qualité des sols et du terroir. Son activité, il ne l’a pas reçue en héritage, il l’a choisie.

D’après Thomas Noitsis, président d’Eurovintage spécialisé dans l’importation de vins et autres alcools en Ontario, «c’est au terroir que Stéphane Vedeau porte de l’attention, avant la qualité de tout autre critère».

Au laboratoire de dégustation du Collège George Brown, rue King Est, les deux hommes ont présenté vendredi les rouges Côtes du Rhône 2011, 2013, 2014 et 2015, le «Jugunda» de Gigondas 2015, le blanc «La Truffière», Côtes du Rhône 2016, et les très bons «Vendage» et «Capelan» de Chateauneuf du Pape, 2015 et 2013.

eurovintage la ferme du mont

Tous ont pour cépage le grenache, et sont produits sans usage de pesticides ni de produits chimiques.

Les vins de la Ferme du Mont sont d’ailleurs salués par la critique, notamment par le célèbre chroniqueur Robert Parker, qui n’accorde jamais moins de 90 points aux vins présentés ici.

«Mais qu’est-ce qui rend ce Gigondas si bon?», demande une des dégustatrices présentes ce jour-là. «C’est moi», répond Stéphane Vedeau, pince sans rire.

De l’humour, une connaissance sans faille de ses vins, de leur pH et acidité, ainsi qu’une fierté non dissimulée de ses terres: Stéphane Vedeau a pu présenter ses vins avec succès à une assemblée satisfaite.

«Le véritable défi est de créer élégance et fraîcheur, afin de contrebalancer la richesse naturelle fournie par les fruits du domaine», explique-t-il. «J’observe et accompagne simplement le fruit pour maintenir cette balance – c‘est mon métier. C’est tout.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur