L’art de rue sera interactif et universel

L'installation québécoise LOOP à Harbourfront

L'installation LOOP dans le parc York Street à Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’art de rue se doit d’être interactif, universel, et contrecarrer les diverses formes de pollution et de problèmes auxquelles les citadins sont exposés. Se faisant, il gardera une place de choix dans les villes, et restera apprécié des habitants.

C’est ce qu’on a entendu de dirigeants d’entreprises d’art public, réunis par le Bureau du Québec à Toronto la semaine dernière autour de l’installation LOOP, une oeuvre interactive qui se trouve dans le parc York Street (au nord de Front) depuis le 15 janvier jusqu’au 9 février.

Il s’agissait de comprendre comment concevoir une programmation urbaine qui rassemble et qui divertit, selon le modèle de la Ville de Montréal, à la recherche d’un  art public créé et financé de façon rentable.

Catherine Tadros, cheffe de poste du Bureau du Québec à Toronto, accompagnée des représentants de cinq entreprises québécoises, lors de la conférence sur l’avenir de l’art de rue à Toronto le 16 janvier.

Le Québec, pionnier du secteur

Le Québec est particulièrement pro-actif dans le domaine de l’art dans l’espace public, avec plusieurs milliers d’entreprises concernées par ce marché. Le gouvernement a pour ambition d’exporter et d’exposer son savoir-faire en la matière, non seulement au Canada, mais aussi dans le monde entier.

Depuis quelques années, 12 oeuvres du Partenariat du Quartier des Spectacles de Montréal ont été exposées dans 47 villes au Canada, aux États-Unis et en Europe, indique son représentant Guillaume Aniorté, un investisseur et professionnel reconnu de l’industrie des contenus et des médias numériques.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Du lien et de l’interaction

Olivier Girouard, le directeur artistique de la société Ekumen – qui a participé au projet LOOP – explique que l’objectif de l’art de rue doit aujourd’hui être de rassembler les habitants autour de réponses douces et ludiques aux problèmes quotidiens des citadins.

L’étalement urbain, le bruit, la pollution, la violence ou encore l’isolement sont autant de problèmes auxquels l’art doit être capable de «répondre». Mason White, architecte pour Lateral Office, prône lui aussi toujours plus d’interactivité dans les installations.

Thomas Payette, de HUB Studio, explique que son entreprise a pour ambition de «faire du monde une scène de théâtre», et de permettre à l’espace public de raconter des histoires et d’être un vecteur d’émotions.

Michael Jacques de JackWorld, ainsi que Sébastien Dellaire et Jakob Lorenz, pour Générique Design, témoignent cependant de la difficulté à imaginer des installations artistiques qui résistent aux aléas de l’espace public.

LOOP, un projet pour fédérer

Katherine Hebb, la responsable marketing du Waterfront Business Improvement Area de Toronto, indique que les objectifs d’installations comme LOOP sont de faire venir les Torontois – et les touristes – au centre-ville.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Grâce aux partages de photos sur les réseaux sociaux, à l’enthousiasme et à l’énergie déployées par les visiteurs, le secteur riverain peu fréquenté en hiver est mis en lumière.

Katherine Hebb, responsable marketing du Waterfront Business Improvement Area, explique l’importance de l’art de rue pour l’attractivité du secteur riverain de Toronto.

LOOP est à la fois une boîte à musique et un zootrope (jouet optique datant du 19e siècle). Le projet se veut une allégorie douce aux tribulations citadines, à savoir le bruit, les lumières, et une activité permanente.

Pour Guillaume Aniorté, cette installation répond à tous les enjeux de l’art de rue, puisqu’elle est universelle et originale, elle pousse les passants et les familles à essayer et s’y intéresser, elle ne nécessite aucune interface digitale ou technologique, et fonctionne nuit et jour.

En quelques mots, c’est la recette québécoise de l’avenir de l’art de rue!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur