L’armée libanaise intervient dans une ville abritant des rebelles syriens

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 16h31 HNE, le 3 février 2013.

BEYROUTH – L’armée libanaise a pris le contrôle d’une ville située non loin de la frontière syrienne après que des assaillants eurent tendu un piège à ses troupes, tuant deux soldats en plus de faire des blessés, a rapporté dimanche l’agence de presse contrôlée par l’État.

Des troupes spéciales ont installé des points de contrôle sur les routes menant à la ville d’Arsal, a signalé l’agence National News. L’armée s’est également déployée dans des champs entourant la ville afin d’empêcher les hommes armés qui ont orchestré ce guet-apens de s’enfuir.

L’armée libanaise a été prise au piège vendredi alors qu’elle tentait de mettre la main au collet d’un fugitif, Khaled Hamid.

Ce dernier est soupçonné d’avoir été impliqué dans l’enlèvement de sept touristes estoniens en 2011. Le rapt avait été perpétré dans la vallée de la Bekaa, dans l’est du Liban. Les Estoniens avaient été retenus captifs pendant environ quatre mois avant d’être libérés en juin 2011.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon certains responsables de la sécurité, Khaled Hamid s’est rendu en Syrie au cours des derniers pour combattre aux côtés des rebelles syriens qui tentent de renverser le président Bachar al-Assad, lequel s’accroche au pouvoir depuis le début de l’insurrection qui s’est transformée depuis en véritable guerre civile.

On retrouve de nombreux sympathisants des rebelles syriens à Arsal, une ville sunnite. Depuis le début du soulèvement en Syrie, la ville est devenue un sanctuaire pour les rebelles et un refuge pour des centaines de familles syriennes ayant fui les violences.

Certains craignent que le conflit syrien ne se propage au Liban. Des affrontements meurtriers entre partisans et opposants du régime syrien ont éclaté à plusieurs reprises au Liban, ajoutant aux tensions intercommunautaires déjà présentes dans le pays.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur la guerre civile en Syrie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur