La viande artisanale fait sensation


23 mai 2017 à 15h21

Il y a cinq ans, Mike Mckenzie, un passionné de salami et les viandes fumées, décidait de se lancer dans la production de ses propres aliments en créant Seed to Sausage, une entreprise de transformation, de vente au détail et de distribution de viande située à Sharbot Lake, un petit village du comté de Frontenac, au nord de Kingston.

M. Mckenzie suit ses propres directives: produire les aliments les plus délicieux possible, faire de la qualité et de la cohérence une priorité, s’approvisionner en produits locaux et en viande provenant d’animaux élevés humainement, utiliser le moins d’additifs possible. Ces exigences sont rapidement devenues sa recette du succès.

Voyages gastronomiques

Il a fallu du temps pour mettre l’entreprise sur pied. Avant de s’installer dans l’Est de l’Ontario, M. Mckenzie a beaucoup voyagé. Amateur de viande, il a goûté différents salamis partout où il allait, ce qui lui a permis d’affiner son goût et ses préférences.

«Lorsque je suis arrivé en Ontario, je me suis rendu compte que personne ne faisait de bon salami dans le coin, et j’y ai vu une occasion en or», explique-t-il. «Je suis autodidacte: j’ai beaucoup appris au fil de mes essais et erreurs, mais j’aime beaucoup apprendre des autres aussi. Nous offrons maintenant plus de 58 produits différents, et nous créons un ou deux nouveaux produits chaque semaine. Mon but est simple: produire de la viande délicieuse et unique.»

Acheter un abattoir

Apprendre à gérer une entreprise n’a pas été une mince affaire. M. Mckenzie a commencé par acheter un abattoir pour transformer la viande, et la salubrité alimentaire et la réglementation sont rapidement devenues partie intégrante de ses activités quotidiennes.

Il a fait évoluer l’entreprise, qui est aujourd’hui le fournisseur de choix de restaurants de Toronto, Ottawa et Kingston. Les viandes de Seed to Sausage sont même servies à Rideau Hall et à la Chambre des communes.

Pour les gros acheteurs au détail, les petits établissements privés et les clients locaux fidèles, M. Mckenzie, sa famille et ses 23 employés offrent toute une gamme de produits allant du chorizo et du bacon fumés au hickory à l’ancienne aux saucisses à la sauge et aux pommes, en passant par le prosciutto de canard.

Travail-famille

«J’ai du mal à réaliser que nous sommes arrivés si loin aujourd’hui», dit M. Mckenzie.

Il travaille dur pour concilier travail et vie de famille, et comme de nombreux entrepreneurs, son entreprise lui fait passer des nuits blanches. «Je veux que les clients soient satisfaits, et lorsqu’ils ne le sont pas, ça m’empêche de dormir», admet-il.

«Je me suis rendu compte que dans ce milieu, les possibilités sont infinies», ajoute-t-il. «Depuis le début, je me réjouis dès qu’un nouveau client ou une nouvelle occasion se présente, et je suis toujours surpris lorsque des possibilités de ce genre s’offrent à nous.»

En plus du magasin au sein de la boucherie de l’entreprise et du magasin de vente au détail d’Ottawa, on peut trouver les produits de détail de Seed to Sausage dans les magasins d’alimentation spécialisée ou locaux d’Ottawa et de Kingston.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur