La moitié des francophones de Toronto plus à l’aise en anglais

Statistique Canada: portrait des francophones de l'Ontario

Partagez
Tweetez
Envoyez

La Division de la statistique sociale et autochtone de Statistique Canada vient de rendre public un portrait des francophones de l’Ontario. Les chiffres confirment que, dans son ensemble, la communauté franco-torontoise se démarque grandement de la communauté franco-ontarienne. Ainsi, les couples sont à 60% français/anglais et 50% des effectifs franco-torontois sont nés à l’extérieur du Canada.

Dans son étude, Statistique Canada fait surtout usage de deux critères, soit celui de langue maternelle et celui de première langue officielle parlée. Ce dernier critère est de plus en plus utilisé pour définir les groupes linguistiques dans les travaux portant sur les minorités de langue officielle.

«En effet, les mutations qu’a connues au fil des ans la composition de la population canadienne tendent à entraîner une redéfinition ou un élargissement de la notion de groupe ou de communauté francophone dans la mesure où un nombre significatif de personnes dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais font tout de même une utilisation prédominante ou courante du français dans leur quotidien.»

Entre 1971 et 2006, la population francophone en Ontario, définie selon la première langue officielle parlée, passe de 504 050 à 537 595.

4,5% de la population

Le chiffre de 2006 inclut 497 150 Ontariens dont la première langue officielle parlée est le français et 
80 890 Ontariens dont le français et l’anglais sont la première langue officielle parlée. Ces 537 595 francophones représentent 4,5% de la population ontarienne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On sait que l’Ontario est la province qui compte le plus grand nombre de francophones à l’extérieur du Québec. Même si leur proportion dans l’ensemble de la population ontarienne est inférieure à 5%, les Franco-Ontariens représentent une proportion beaucoup plus élevée de la population dans les régions limitrophes du Québec.

Ainsi, la part relative des francophones d’Ottawa et du Nord-Est représente respectivement 17% et 25%.

Quant à la région de l’Est, bien que seuls 14% des francophones de la province y résident, leur poids relatif au sein de cette région atteint 41%. Les francophones de Toronto, eux, représentent 8,7% des francophones de la province, mais seulement 1,9% de la population municipale.

La langue des parents

Entre 1971 et 2006, le pourcentage de couples formés de deux parents français a chuté de 56,6% à 32%. Le pourcentage de couples formés d’un parent français et d’un parent anglais a augmenté de 37,5% à 59,4%.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À Toronto, en 2006, il n’y avait que 19% des parents qui étaient tous deux français; les couples formés d’un parent français et d’un parent anglais s’élevaient à 59,1%; les couples formés d’un parent français et d’un parent d’une tierce langue représentaient 22,9%.
Ce sont là les pourcentages les plus élevés pour toute la province.

En anglais à Toronto

L’enquête comprenait une question sur la langue principale des répondants, c’est-à-dire celle dans laquelle ils sont le plus à l’aise pour parler. On y apprend que 50% des francophones de Toronto déclarent être plus à l’aise en anglais qu’en français alors que 67% déclarent parler l’anglais le plus souvent à la maison.

L’enquête a aussi mesuré l’utilisation du français dans l’ensemble des domaines de la sphère publique; cela inclut les médias, les institutions et les commerces, le travail, le réseau immédiat et les amis à l’extérieur du foyer.

Le taux varie grandement d’une région à l’autre. Ainsi, le «français seulement» est utilisé entre 4% et 15% dans l’Est, à Ottawa ou dans le Nord-Est, alors qu’il n’est aucunement utilisé de façon exclusive à Toronto.
Dans la Ville Reine, voici le taux d’utilisation de la langue chez les francophones: «surtout le français» à 3%, «le français et l’anglais» à 19%, «l’anglais surtout» à 34% et «l’anglais seulement» à 44%.

Bilinguisme: déséquilibre

En 2006, si 88% des personnes de langue maternelle française ont déclaré une connaissance des deux langues officielles, cette proportion n’était que de 8,6% chez les personnes de langue maternelle anglaise et de 6,7% chez les personnes de tierce langue maternelle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Chez ces dernières, 8,2% des personnes, pour la plupart des immigrants récents, ont déclaré pouvoir soutenir une conversation ni en français ni en anglais.

Nés hors de l’Ontario

Les Franco-Torontois sont souvent nés hors de l’Ontario, alors que moins d’un francophone sur cinq dans l’Est et environ un sur six dans le Nord-Est sont nés dans une autre province ou territoire au Canada (principalement au Québec).

La population francophone de Toronto est composée pour la moitié de personnes nées à l’extérieur du pays, alors qu’à Ottawa et dans le reste de la province ces proportions se situent à 15% et 18% respectivement.

C’est à Toronto qu’on trouve le moins de personnes francophones nées en Ontario, soit 23,2% comparativement à 59,6% pour l’ensemble de la province.

Les personnes francophones nées à l’extérieur du Canada représentent 49,8% des effectifs, comparativement à seulement 13,6% pour l’ensemble de la province.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur