La Louisiane: un exemple pour la Ville de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

À la Ville de Toronto, est-ce qu’on connaît les employés en mesure de communiquer en français ? Est-ce que l’administration municipale encourage ses employés à offrir des services en français ? Est-ce que des insignes appropriés sont utilisés pour aider les résidants et touristes francophones à identifier les employés municipaux en mesure d’offrir des services en français ? Toronto reçoit-elle sa juste part de touristes et d’investissements financiers en provenance des pays francophones ?

Le Conseil municipal de la Ville de Toronto a mis en place un programme d’examen de l’ensemble de ses services. Les conseillers élus l’automne dernier prendront-ils des décisions en lien avec notre statut de métropole d’un pays ayant deux langues officielles et de capitale d’une province dont les tribunaux ont le français et l’anglais comme langues officielles?

Bientôt, nous connaîtrons le sort réservé au Comité français de la Ville de Toronto dont l’existence est présentement menacée par l’équipe dirigée par le maire Ford. Y aura-t-il amélioration ou réduction des services en français ?

À mon avis, Toronto aurait profit de s’inspirer de la Louisiane. Cet État américain valorise la présence de francophones sur son territoire et sait qu’il est dans son intérêt de favoriser le maintien de sa francophonie et d’encourager davantage les investissements par les sociétés françaises. À elles seules, les compagnies basées en France ont d’ailleurs investi plus d’un milliard huit cent millions de dollars en Louisiane.

Selon le recensement fédéral américain (2000), 4,7% de la population louisianaise parle le français à la maison. La Louisiane vient tout juste de se doter d’une loi sur les services en français. Adoptée à l’unanimité le 12 mai dernier par la Chambre des représentants puis, encore à l’unanimité, le 13 juin par le Sénat, le texte a été signé le 20 juin dernier par le gouverneur de l’État et est devenue loi.

La loi mandate le ministère de la Culture, des loisirs et du tourisme pour travailler en concert avec le Conseil pour le développement du français en Louisiane afin d’identifier les employés de tous les ministères de la Louisiane qui sont en mesure de communiquer en français et de fournir des services dans cette langue ou d’assister d’autres employés chargés d’offrir des services aux francophones.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le texte législatif prévoit le développement de procédures pour la mise en œuvre des services en français et l’utilisation d’insignes indiquant

«Bienvenue» ou «Bonjour» afin de faciliter l’identification des employés aptes à fournir des services en français. Il vise à encourager les bureaux de congrès et les bureaux de tourisme de toutes les régions de l’État à mettre en œuvre un programme similaire; il anticipe la remise annuelle d’un sceau d’excellence au ministère, bureau ou organisme qui aura le mieux atteint les objectifs du programme.

L’intention du législateur de cet état américain est de fournir des services gouvernementaux en français aux citoyens et aux touristes francophones, d’assister les résidants louisianais qui parlent français à obtenir des services gouvernementaux d’une façon qui contribuera à la permanence de l’historique héritage culturel français, d’appuyer les touristes français et, ainsi, promouvoir une augmentation du tourisme et un plus grand investissement en provenance des pays francophones.

Pour alimenter la réflexion des élus et fonctionnaires de Toronto, je compte revenir prochainement sur le sujet des services municipaux en français.

Texte de la Loi sur les services en français en Louisiane :
www.legis.state.la.us/billdata/streamdocument.asp?did=758147

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur