La francophonie ontarienne à l’honneur à la galerie Céline-Allard


28 août 2007 à 12h52

Jusqu’au 31 août, la galerie Céline-Allard du Centre francophone de Toronto accueille La francophonie ontarienne: d’hier à aujourd’hui, une exposition retraçant les moments forts d’une communauté qui fêtera bientôt ses 400 ans d’existence. L’exposition, inaugurée à Ottawa en avril 2007, est une initiative de l’Office des affaires francophones, en collaboration avec le Muséoparc Vanier. Le Regroupement des organismes du patrimoine franco-ontarien assure quant à lui la diffusion de l’exposition qui devrait passer par une dizaine de villes ontariennes au cours de l’année.

«C’est une belle exposition qui présente beaucoup d’informations sur la communauté franco-ontarienne», explique Sophie Bernier, coordonnatrice du volet culturel au Centre francophone. Les créateurs de l’exposition ont fait «une recherche poussée afin de présenter les moments importants d’une communauté qui est établie depuis 1610».

En effet, l’exposition est une véritable mine d’or de renseignements. Données historiques et photo d’archives se côtoient agréablement sur une dizaine de grands panneaux colorés relatant les étapes-phares du développement de la francophonie ontarienne de ses débuts jusqu’à aujourd’hui. L’exposition est présentée en français au Centre francophone, mais une version anglaise est également en tournée en Ontario en ce moment.

L’information sur chaque panneau est présentée de façon claire et concise. On y parle entre autres des premiers explorateurs de la Nouvelle-France, de l’établissement de forts îlots francophones dans le Nord-ouest et l’Est de l’Ontario et du rôle qu’a joué le clergé dans l’établissement de ces communautés. La participation de la communauté francophone au développement économique de la province est également mise en lumière.

En plus de mettre en valeur plusieurs figures historiques importantes, l’exposition présente également les institutions qui ont contribué à l’essor de la communauté francophone en Ontario: l’Association canadienne française d’éducation (ACFÉO), les journaux francophones tel Le Droit d’Ottawa et le réseau des Caisses Populaires pour ne nommer que celles-là.

Ces organisations ont eu un impact majeur sur l’émergence d’une identité et de revendications canadiennes françaises en Ontario. Plusieurs panneaux portent d’ailleurs sur les luttes qu’ont menées les Franco-Ontariens en termes d’éducation, de reconnaissance linguistique, et d’accès à des services en Français. On y dresse un inventaire des avancées et des réalisations dans ces domaines en soulignant entre autres, la fondation du Collège Boréal, la mise sur pied de TFO et la création de nombreuses manifestations culturelles et compagnies théâtrales depuis les années 1960.

Un tel condensé d’informations pourrait facilement devenir aride pour les visiteurs or ce n’est pas le cas. Les créateurs de l’exposition ont réussi à créer un portrait de la communauté franco-ontarienne à la fois éducatif et inspirant, riche et agréable à découvrir. On présente aux visiteurs une communauté résiliente et dynamique qui a su se battre pour conserver sa culture et sa langue tout en restant ouverte sur le monde.

«J’aime beaucoup le fait que les créateurs aient fait une belle place aux nouveaux francophones de l’Ontario», explique Sophie Bernier. «Au cours des deux dernières décennies, le visage de la francophonie ontarienne a changé avec la présence de nouveaux arrivants qui apportent une nouvelle énergie et créent un renouveau dans la communauté. Je trouve que c’est bien reflété dans cette exposition».

L’exposition laisse également entrevoir un avenir prometteur pour la communauté francophone de la province en affirmant que «la francophonie ontarienne, c’est plus d’un demi million de personnes, une contribution économique, culturelle et sociale, des réalisations dynamiques et un engagement communautaire ancrés dans la volonté d’assurer son développement concerté et durable». Voilà qui a de quoi inspirer.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’identité linguistique canadienne sur les bords de la Tamise

colloque
Parmi les universitaires britanniques spécialistes du Canada, une quinzaine pourraient se dire «québécistes».
En lire plus...

25 septembre 2018 à 7h00

Le Club Richelieu Toronto honore Denis Rioux

Club Richelieu Toronto
Ce dimanche, le Club Richelieu de Toronto rendait hommage à Denis Rioux, désormais ex-président, et célébrait la passation des pouvoirs au nouveau président, Michel...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 17h01

Anciens combattants : délais plus long pour les francophones et les femmes

Anciens combattants Canada
Lenteur à répondre aux demandes d’aide médicale des vétérans: 19 semaines pour les demandes en anglais, 52 pour le français!
En lire plus...

24 septembre 2018 à 15h00

CSI : Éléphants

Les braconniers opèrent surtout au Gabon, au Congo et en Tanzanie.
En lire plus...

24 septembre 2018 à 14h00

Proposez des candidatures au 10e Gala Trille Or

Adieu les prix masculin et féminin : le Trille Or «Artiste solo» récompensera le ou la meilleur.e artiste tous genres confondus
En lire plus...

24 septembre 2018 à 12h00

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur