La fameuse robe bleu et noir

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le web s’est enflammé, récemment, pour un débat hors de l’ordinaire. Pas question de politique, de sport, de météo ou de faits divers. Non. La grande question qui est devenue virale sur les réseaux sociaux était celle de la couleur d’une robe.

Une photo qui a circulé sur Internet présentait une femme, de dos, vêtue d’une robe que l’éclairage faisait paraître tantôt blanche avec des lisières dorées, tantôt bleue avec des lisières noires. La perception des couleurs n’était, semble-t-il, pas la même selon les personnes.

Alors sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, chacun y allait de son verdict quant à la couleur de la robe. Certains disaient qu’elle était blanc et doré, d’autres disaient qu’elle était bleu et noir.

Mais à peu près personne n’a accordé correctement l’adjectif de couleur utilisé pour qualifier cette robe. Sur Facebook, j’ai d’ailleurs fait un clin d’œil à mes amis qui avaient donné leur opinion sur la fameuse robe, en mentionnant que je ne pouvais pas dire avec certitude quelle était la couleur de cette robe, mais qu’elle était soit «bleu et noir», soit «blanc et doré».

La règle des adjectifs de couleur coordonnés est complexe. On entend par «adjectifs de couleur coordonnés» ces qualificatifs qui sont liés par «et» ou par des «virgules». Exactement comme dans «une robe bleu et noir».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les adjectifs de couleur coordonnés s’accordent ou non, selon le sens que l’on donne à la phrase. Aussi écrira-t-on: des robes rouge et jaune si on veut parler que chaque robe contient du rouge et du jaune.

À l’opposé, on écrira: des robes rouges et jaunes si on veut parler d’un lot de robes dans lequel il y a des robes entièrement rouges et des robes monochromes jaunes.

Suivant la même logique, on écrira des drapeaux bleus, blancs, rouges si on veut parler de trois couleurs de drapeaux différentes. Dans ce cas, on veut dire qu’il y avait des drapeaux bleus, des drapeaux blancs et des drapeaux rouges. Si on avait voulu dire qu’il y avait plusieurs drapeaux français, par exemple, on aurait écrit: des drapeaux bleu, blanc, rouge.

Cette règle d’accord vaut aussi bien pour le nombre que le genre. Quand on parle donc d’une robe bleu et noir, on veut dire qu’il s’agit d’une robe qui contient du bleu et du noir.

La même invariabilité s’applique lorsque l’adjectif de couleur est composé de plusieurs mots. Et dans cette catégorie, il y a des sous-catégories.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais ce qu’on doit retenir, c’est que ces adjectifs sont tous invariables. On retrouvera donc des adjectifs auxquels on a apposé un autre adjectif: des robes jaune pâle, des soies rouge vif.

Notons que l’adjectif qui modifie l’adjectif principal de couleur peut être placé avant, comme dans des fauteuils vieux rose.

Demeurent aussi invariables les adjectifs doubles joints par un trait d’union: des draps rouge-orangé, des tailleurs bleu-vert.

Ajoutons à cela les adjectifs auxquels on appose un nom qui vient les préciser, sans trait d’union évidemment: des chandails vert pomme, des yeux bleu outremer.

Ça, c’était pour les adjectifs composés et pour les adjectifs coordonnés. Pour ce qui est des adjectifs simples, l’accord est loin d’être… simple!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Qu’entend-on par «adjectifs simples»? Ce sont en fait les adjectifs se rapportant aux couleurs les plus courantes: bleu, rouge, noir, jaune, vert, blanc, brun, gris… Comme tous les adjectifs, ils s’accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rapportent. Ainsi, on écrira: des pommes vertes, des yeux bleus, une robe noire.

Outre les adjectifs de couleur très courants, on compte aussi certains adjectifs issus parfois de noms communs, comme fauve, mauve, rose, pourpre, incarnat, écarlate, beige, écru, vermeil ou bai.

Les adjectifs de couleur issus d’une langue étrangère demeurent pour leur part invariables. On écrira donc: des pantalons kaki ou des cheveux auburn.

Les noms employés comme couleurs doivent demeurer invariables. On pense à jade, cerise, argent, rouille, sable, vanille, crème, ivoire et bien d’autres. Lorsque de tels noms sont employés adjectivement, on n’accorde pas.

Un truc pour retenir l’invariabilité? On n’a qu’à dire: des yeux noisette, donc des yeux de la couleur de la noisette. Ou encore: des draperies saumon, donc des draperies de la couleur du saumon. Le truc n’est pas infaillible, mais il nous rappelle généralement qu’on emploie adjectivement un nom.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et c’est là qu’on retrouve les exceptions mentionnées plus haut: fauve, mauve, pourpre, incarnat, écarlate, rose et quelques autres, qui s’accordent.

À l’opposé, il faut absolument retenir deux noms employés comme adjectifs et qui désignent fréquemment des couleurs. Ce sont marron et orange, qui doivent demeurer invariables.

Voyez, l’accord des adjectifs de couleur est un des chapitres les plus horrifiants de la grammaire française. On peut donc pardonner à tous ceux qui n’ont pas su accorder correctement la robe bleu et noir ou encore la robe blanc et doré…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur