La dualité linguistique pour enfin briser les solitudes


11 octobre 2005 à 0h00

Dans son premier discours à titre de gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean nous conviait à un grand projet de société. «Briser le spectre de toutes les solitudes et instaurer un pacte de solidarité entre tous les citoyens qui composent le Canada d’aujourd’hui»: il y a là tout un programme.

Le message de Madame Jean a été reçu avec beaucoup d’enthousiasme, ce qui n’est pas surprenant. La société canadienne se diversifie de plus en plus, et comme résultat, un débat s’amorce sur les fondements mêmes de l’identité cana-dienne. Qu’est-ce qui fait de nous des Canadiens et Canadiennes? De quelle manière nos principes fondateurs s’adapteront-ils à l’évolution de notre société? Sommes-nous toujours si différents de nos voisins du Sud, et comment assurons-nous la préservation de cette spécificité?

La semaine dernière, Statistique Canada révélait que nous sommes maintenant plus de 32 millions dans ce pays, une hausse redevable en grande partie à l’immigration. Cette nouvelle donne rend très actuel et pertinent un questionnement sur notre identité.

Ce débat est essentiel parce qu’il représente la dynamique propre au Canada. C’est un dialogue constant entre, d’un côté, la richesse issue de notre diversité, et de l’autre, la force identitaire qui nous vient de notre histoire, des grands principes fondateurs de notre pays. Le Canada a besoin de la richesse que nous apportent tous ces nouveaux arrivants, tout comme il a besoin de la cohésion qui émane de notre identité historique. Cet enrichissement est mu-tuel.

Au fur et à mesure que la mosaïque canadienne se fait plus diversifiée, il est important de réaffirmer, en tant que nation, les grandes valeurs qui font notre fierté et notre spécificité. C’est ainsi qu’on pourra instaurer un pacte de solidarité entre toutes les composantes de la société canadienne.

C’est là que la dualité linguistique prend toute son importance. Si un principe caractérise bien la spécificité de l’identité canadienne, c’est celui des deux langues officielles. Et c’est un principe qui demeure‑ porteur d’avenir pour la société canadienne. D’abord parce qu’à une épo-que où l’ubiquité des contenus américains à la télévision, à la radio et dans l’imprimé en fait craindre plusieurs pour «l’âme» de notre pays, la dualité linguistique de-meure un facteur de souveraineté culturelle pour le Canada, et même d’identité nationale.

Ensuite, parce que la promotion de la dualité linguistique favorise une meilleure compréhension et un plus grand dialogue entre les composantes de la société canadienne, une meilleure intégration de tous ceux et celles qui reconnaissent que le Canada est un modèle de tolérance envers ses minorités, et constitue de ce fait un important facteur d’unité nationale.

Dans son Discours du Trône de l’automne 2004, le gouvernement de Paul Martin rappelait l’importance des valeurs que sont le multiculturalisme, l’égalité entre les sexes et la dualité linguistique. Il y réitérait par ailleurs son engagement à promouvoir la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle.

Dans la foulée du discours de Michaëlle Jean, le gouvernement fédéral doit continuer à travailler toujours plus activement à «briser les solitudes‑», en renforçant la dualité linguistique et en accroissant ses efforts pour assurer l’atteinte de l’égalité de statut et d’usage du français et de l’anglais au Canada.

Toute cette question doit cependant aller plus loin que le rôle du gouvernement fédéral. Lorsqu’on parle du grand principe de la dua-lité linguistique au Canada, on parle de la mise en valeur d’une francophonie canadienne vivante et dynamique, d’Est en Ouest.

À ce niveau, le Québec, foyer principal du fait français dans notre pays, doit assumer le rôle de leadership qui lui revient de droit dans cette francophonie. En agissant pour renforcer et favoriser le rayonnement du français partout au Canada, le gouvernement du Québec contribue à l’élimination de ces solitudes dont parle Mme Jean.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les meilleures façons de tuer la francophonie ontarienne

Ne pas faire de la place aux jeunes, aux immigrants et aux francophiles est un bon moyen de ne pas intéresser les gens à...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 14h10

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur