La démolition est l’ennemi du patrimoine culturel

La démolition est l’ennemi du patrimoine culturel

Gilles Huot, passionné du patrimoine historique


23 avril 2018 à 14h00

«Une ville sans édifices est comme une personne sans mémoire» a cité Gilles Huot pour illustrer l’importance de la rénovation du patrimoine. Pour cet habitant du quartier Cabbagetown, on n’a pas à démolir le passé pour préserver notre culture.

Gilles ne se définit pas comme un spécialiste, mais comme un passionné d’histoire du patrimoine. À travers les photographies de son quartier, ce salarié des services en français du gouvernement de l’Ontario, conférencier du mois de la Société d’Histoire à l’Alliance française, nous a fait découvrir l’importance de conjuguer passé avec avenir.

La préservation est une bonne idée… qui est arrivée trop tard à Toronto, selon lui. La loi à ce sujet n’a été votée qu’en 1975. Et encore, elle a mis du temps à s’installer.

Protéger l’histoire

Cabbagetown n’est protégé que depuis 2002, alors que celui-ci enferme les édifices les plus historiques de Toronto. «Entre 2010 et 2014, ce sont plus de 7000 propriétés historiques qui ont été rénovées», précise Gilles Huot.

La question ici est celle du «paysage urbain». La ville est construite selon une harmonie particulière, les bâtiments dépendent des artères où elles se trouvent.

La démolition est l’ennemi du patrimoine culturel

Des districts préservés

Depuis lors, le gouvernement de l’Ontario a mis en place une désignation patrimoniale des édifices. Avant, cela se faisait individuellement, aujourd’hui, tout est mis en place par district. À Cabbagetown, il y en a trois principaux par exemple.

Cette désignation encouragera au mieux la rénovation des bâtiments parfois laissés à l’abandon. Pour les habitants, cela représentera également des restrictions. Gilles qui habite dans un district préservé témoigne de cela.

«Pour changer  les parties visibles d’un édifice, il faut demander une autorisation à la ville, et souvent c’est refusé.» Mais au-delà d’un besoin individuel, la rénovation à Toronto est importante pour garder une trace de ce «petit village devenu ville commerciale».

Petite ville devenue grande

Pour le passionné d’histoire du patrimoine, l’urbanisation remonte principalement à l’arrivée du chemin de fer à Toronto dans les années 1850, qui a permis une émancipation de la Ville Reine. Quand cela a apporté une plus grande densité de population, la ville a connu un réveil trop tardif pour comprendre les enjeux de son patrimoine.

Gilles Huot s’est d’ailleurs engagé à la cause en créant l’Association pour la préservation de Cabbagetown. Pour lui, aujourd’hui, il est nécessaire de sensibiliser les habitants à leurs quartiers, pour leur permettre de l’apprécier et de les protéger.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Fayza Abdallaoui quittera le MOFIF

MOFIF AG Démission Fayza Abdallaoui
En présentant le premier Livre Blanc du MOFIF, Fayza Abdallaoui a aussi annoncé son départ de la présidence.
En lire plus...

14 novembre 2018 à 17h00

Mars sur Terre, ou l’île Devon

Mars
Le Nunavut est une autre planète, ne serait-ce que par la minéralité du paysage et l’isolement géographique.
En lire plus...

14 novembre 2018 à 11h00

Vos jeunes font-ils au moins 60 minutes d’activité physique par jour?

sport
Selon l’Organisme mondial de la Santé (OMS), les enfants de 5 à 17 ans devraient faire au moins 60 minutes par jour d’activité physique...
En lire plus...

14 novembre 2018 à 9h00

Regardez-moi dans les yeux

On se sent obligé d’enseigner à de futurs employés, ou à des gens qui veulent sortir de leur solitude, qu’il est important d'établir un...
En lire plus...

14 novembre 2018 à 7h00

Les Leafs surclassent les Kings de Los Angeles (5-1)

Maple Leafs
En déplacement à Los Angeles, les Leafs ont facilement battu les Kings ce soir sur le score de 5-1.
En lire plus...

14 novembre 2018 à 1h01

Nationalisme ≠ suprémacisme

11 novembre 2018
Donald Trump s’est proclamé «nationaliste», le mois dernier, alors que pour Emmanuel Macron, le patriotisme est «l'exact contraire» du nationalisme, une «trahison»...
En lire plus...

13 novembre 2018 à 17h25

Un ex-Témoin de Jéhovah raconte

secte religion
Gaëtan a été élevé parmi les Témoins de Jéhovah. À 24 ans, suite à une sévère dépression, il quitte le mouvement. C’est le début...
En lire plus...

13 novembre 2018 à 9h00

Des médecins opposés aux trous de balles dans leurs patients

tuerie
La NRA vient apparemment de décider que c’était une bonne idée de s’attaquer aux médecins.
En lire plus...

13 novembre 2018 à 7h00

Des francophones bien vivants et qui le disent

Francophones hors Québec
Même, L’itinéraire, le magazine montréalais des itinérants, s’intéresse aux francophones hors Québec.
En lire plus...

12 novembre 2018 à 17h05

Les meilleures façons de tuer la francophonie ontarienne

Ne pas faire de la place aux jeunes, aux immigrants et aux francophiles est un bon moyen de ne pas intéresser les gens à...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 14h10

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur