La démolition est l’ennemi du patrimoine culturel

La démolition est l’ennemi du patrimoine culturel

Gilles Huot, passionné du patrimoine historique


23 avril 2018 à 14h00

«Une ville sans édifices est comme une personne sans mémoire» a cité Gilles Huot pour illustrer l’importance de la rénovation du patrimoine. Pour cet habitant du quartier Cabbagetown, on n’a pas à démolir le passé pour préserver notre culture.

Gilles ne se définit pas comme un spécialiste, mais comme un passionné d’histoire du patrimoine. À travers les photographies de son quartier, ce salarié des services en français du gouvernement de l’Ontario, conférencier du mois de la Société d’Histoire à l’Alliance française, nous a fait découvrir l’importance de conjuguer passé avec avenir.

La préservation est une bonne idée… qui est arrivée trop tard à Toronto, selon lui. La loi à ce sujet n’a été votée qu’en 1975. Et encore, elle a mis du temps à s’installer.

Protéger l’histoire

Cabbagetown n’est protégé que depuis 2002, alors que celui-ci enferme les édifices les plus historiques de Toronto. «Entre 2010 et 2014, ce sont plus de 7000 propriétés historiques qui ont été rénovées», précise Gilles Huot.

La question ici est celle du «paysage urbain». La ville est construite selon une harmonie particulière, les bâtiments dépendent des artères où elles se trouvent.

La démolition est l’ennemi du patrimoine culturel

Des districts préservés

Depuis lors, le gouvernement de l’Ontario a mis en place une désignation patrimoniale des édifices. Avant, cela se faisait individuellement, aujourd’hui, tout est mis en place par district. À Cabbagetown, il y en a trois principaux par exemple.

Cette désignation encouragera au mieux la rénovation des bâtiments parfois laissés à l’abandon. Pour les habitants, cela représentera également des restrictions. Gilles qui habite dans un district préservé témoigne de cela.

«Pour changer  les parties visibles d’un édifice, il faut demander une autorisation à la ville, et souvent c’est refusé.» Mais au-delà d’un besoin individuel, la rénovation à Toronto est importante pour garder une trace de ce «petit village devenu ville commerciale».

Petite ville devenue grande

Pour le passionné d’histoire du patrimoine, l’urbanisation remonte principalement à l’arrivée du chemin de fer à Toronto dans les années 1850, qui a permis une émancipation de la Ville Reine. Quand cela a apporté une plus grande densité de population, la ville a connu un réveil trop tardif pour comprendre les enjeux de son patrimoine.

Gilles Huot s’est d’ailleurs engagé à la cause en créant l’Association pour la préservation de Cabbagetown. Pour lui, aujourd’hui, il est nécessaire de sensibiliser les habitants à leurs quartiers, pour leur permettre de l’apprécier et de les protéger.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur