La Commission Boucar: plaidoyer pour un «raccommodement raisonnable»


22 avril 2008 à 22h21

En attendant le rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, voici les conclusions de La Commission Boucar pour un raccommodement raisonnable. Tel est le titre de l’essai publié le mois dernier par l’humoriste Boucar Diouf.

Né au Sénégal, Boucar Diouf arrive au Québec en 1991, à l’âge de 25 ans, pour des études supérieures en océanographie à l’Université du Québec à Rimouski. Il y décroche son doctorat et y enseigne pendant huit ans. Depuis, il partage sa vie avec une chouette blanche de la Gaspésie (qu’il appelle son harfang des neiges) qui lui a donné un petit chocolat au lait prénommé Anthony.

Diouf vit toujours à Rimouski et il se définit comme «un Québécois pure laine vierge de mouton noir minoritaire visible le jour et invisible la nuit».

Devenu humoriste en raison d’un talent évident, Boucar Diouf estime que la situation des communautés noire, juive, arabe ou italienne peut être traitée à la blague, «à condition de le faire dans une perspective humaniste et intégrante». Ici, il donne raison à Eugène Ionesco, pour qui «là où il n’y a pas d’humour, il n’y a pas d’humanité».

Tout au long de cet essai sur un sujet brûlant d’actualité, Boucar Diouf ne mâche pas ses mots. Il les digère bien pour mieux les régurgiter. À tous les nouveaux arrivants au Québec qui tiennent à instruire leurs enfants uniquement en anglais, Diouf leur dit: «Rappelez-vous que votre passeport canadien vous autorise à vous établir dans la province anglophone de votre choix. Par conséquent, cessez de brandir la Charte canadienne des droits et libertés pour satisfaire vos caprices.»

Lorsqu’il s’agit de convaincre des candidats à l’immigration, Diouf déplore qu’«on vante le caractère accueillant et l’esprit d’ouverture des Québécois, sans mentionner à ces nouveaux arrivants qu’ils devront adhérer à leurs valeurs fondamentales».

À titre de nouvel arrivant, Diouf en a appris des vertes et des pas mûres lorsqu’il a mis les pieds au Québec. Côté bouffe, par exemple, il s’est fait servir «des pets-de-sœur, du fromage en crottes et une bûche à l’érable».

Lorsqu’il est entré dans un bar, il a pu écouter une conversation entre deux amis où le premier dit: «Quand y m’en a crissé un, je m’en suis contrecrissé. Mais y m’en a recrissé un autre, faque là, j’ai dû décrisser.». Le second lui répond: «Crissant, ça! T’as crissement ben faite de décrisser, tu parles d’un câlisse de petit crisse, toé!»

Après seize ans de vécu québécois, Boucar Diouf est convaincu que le «raccommodement raisonnable» consiste, au fond, à «trouver des façon harmonieuses de cohabiter avec les autres dans une saine interculturalité». Le sport montre que cela est possible. Au cours d’un duel entre le Canadien et les Maple Leafs, «les francophones font bloc contre les blokes».

Mais Canadiens français et anglais deviennent des chums lorsque le Canada affronte les États-Unis. Et quand une équipe de d’Amérique du Nord reçoit les All Stars soviétiques, le continent au complet se ligue pour donner une raclée aux troupes de la Russie.

Au cours des séances de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, Boucar Diouf a trouvé que la presse a eu tendance à carburer au sensationnalisme. On a monté en épingle les intervenants (largement minoritaires) dont les propos exacerbaient les tensions plutôt que de les apaiser. L’humoriste est d’avis que, pour raccommoder ou mettre fin à la querelle, «il faut choisir une aiguille qui coud plutôt qu’un couteau qui tranche».

L’ouvrage de Diouf cite Tahar Ben Jelloun pour nous apprendre que Ghetto est le nom d’une petite île en face de Venise. En 1516, les juifs de Venise furent envoyés dans cette île pour les séparer des autres communautés. D’où les mots ghetto et ghettoïsation. Cela dit, «le racisme n’a pas de frontière. C’est le vice le mieux partagé au monde: chaque race, nation ou groupe ethnique se l’impute l’un à l’autre.»

En conclusion, l’auteur-humoriste n’hésite pas à clamer que les Québécois qu’il fréquente «se disent prêts à accommoder sans restriction toute personne qu’ils auraient appris à connaître et à apprécier». Il termine son plaidoyer en décrivant merveilleusement bien son propre processus d’intégration à une autre culture.

Cela équivaut «à parcourir un bouquin plusieurs fois. La première lecture permet de se familiariser avec les personnages. À la seconde, notre attention se porte davantage sur l’histoire. Et après la troisième, si nous arrivons à la raconter avec passion, c’est que cette histoire est dorénavant la nôtre et que les personnages sont devenus des membres de notre propre famille.»

Boucar Diouf, La Commission Boucar pour un raccommodement raisonnable, Les Éditions Les Intouchables, Montréal, 2008, 176 pages, 14,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La future fusée de la NASA a-t-elle encore une utilité?

science
La NASA prépare depuis 2011 une nouvelle fusée géante, appelée SLS, censée ramener les Américains en orbite, sur la Lune et même les envoyer...
En lire plus...

Le budget d’un gouvernement aux abois

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau profite d’une augmentation de ses revenus légèrement plus forte que prévu, ces deux dernières années, pour les réinjecter...
En lire plus...

21 mars 2019 à 16h30

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur