La Cité collégiale sera désignée en vertu de la Loi sur les services en français

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans le cadre du 25e anniversaire de la Loi sur les services en français (LSF), la Cité collégiale a entrepris en novembre dernier une évaluation des tenants et aboutissants d’une désignation du collège en vertu de la LSF. L’étude vient d’aboutir.

Au terme de cette évaluation, le conseil d’administration du Collège s’est donc engagé par résolution dans un processus de désignation en vertu de la LSF, qui lui permettra d’acquérir une meilleure protection juridique à l’égard de ses programmes et services, tout en maintenant son autonomie actuelle en matière de gestion de ses cours et programmes d’études.

Créée en 1989, soit trois ans après l’adoption de la LSF, la Cité collégiale a comme mandat d’offrir aux francophones de l’Ontario une formation collégiale de qualité, en français.

Dans les faits, tous ses cours et programmes d’études postsecondaires sont offerts en français exclusivement. Donc à priori, la nécessité de se soumettre à une telle désignation ne semblait pas être requise.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La résolution adoptée à l’unanimité par le conseil d’administration mandate Mme Lise Bourgeois, la présidente de la Cité collégiale, à entreprendre des démarches auprès des instances gouvernementales afin d’obtenir une désignation en vertu de la LSF qui maintient son autonomie de gestion actuelle en matière de gestion de ses cours et programmes d’études. Cette autonomie de gestion n’est pas clairement établie dans le règlement d’application actuel de la LSF.

«Quand on vit en situation minoritaire, il est primordial d’avoir des garanties juridiques qui protègent notre mission. Par ailleurs, il est aussi important pour un collège comme la Cité collégiale de protéger et de maintenir son autonomie de gestion à l’égard de ses cours et programmes d’études afin d’en assurer la qualité et la pertinence auprès de ses diverses clientèles» d’affirmer la présidente, Mme Lise Bourgeois.

De son côté, le président du conseil d’administration du Collège, M. Jean Bartkowiak, précise que «le monde du travail est en constante évolution». «Les cours et programmes d’études développés il y a cinq ou dix ans ne correspondent plus toujours aux besoins actuels du marché du travail. Il est essentiel pour la Cité collégiale d’assurer sa pérennité tout en protégeant et en maintenant les outils de gestion qui lui permettent d’offrir à ses étudiants les meilleurs cours et programmes qui soient, tout en s’assurant qu’ils s’adaptent aux attentes des employeurs, et ce en tout temps.»

La Cité collégiale espère être en mesure de déposer sa demande officielle de désignation au cours de l’automne prochain.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur