La cheminée du Père Noël


22 décembre 2008 à 16h10

On ne pense pas assez au Père Noël. Pourtant, tout en cheminant vers cette fichue cheminée, je me disais que sa grande grosse abracadabrante grotesque construction de brique et de broc devait disparaître de la Galerie d’art de l’Alliance française de Toronto. C’est vrai, elle obstruait le passage et parfois, quand vous vouliez vous faufiler malgré tout, elle se rapprochait, vous coinçant, un verre de vin à la main, entre elle et le mur, les soirs de réception. Vous savez, au moment où une autre main amicale vient justement secouer la vôtre – oui, celle qui tient fébrilement votre verre. En fait, il y avait plusieurs moyens d’éradiquer cette masse de briques. Mais, vous avez raison, on ne pense pas assez au Père Noël.

On a d’abord imaginé de demander à tous les écrivains et à leurs robustes confrères, qui fréquentent régulièrement l’Alliance, de venir faire une corvée de démolition tous les week-ends. Remporter chez soi, de temps en temps, un panier de briques historiques aurait dû être excitant. Mireille était prête à en remporter deux sacs. Mais il y a toujours des êtres fragiles parmi les intellectuel(le)s – sauf Marc qui avait apporté de la dynamite dans ses sacoches de vélo – mais ça aurait fait trop de bruit et on l’a branché sur ses éclairages. Et puis, il y avait encore des réticences au sujet du Père Noël.

Néanmoins, cette idée fixe d’obstacle sur un chemin de penseurs/penseuses, suivait son cours. Il suffirait sans doute d’utiliser un peu de magie. On a donc crié très fort, un soir de Halloween, tous ensemble: ABRACADABRIQUES! Mais nos voix n’étaient pas assez fortes pour faire éclater la brique. C’est là que les maçons démolisseurs sont apparus. Quelle Histoire!

Il avait fallu creuser, plus profond que le soubassement, en direction du Pacifique, un trou énorme. Quand ça a commencé à sentir le pétrole, Jean-Claude Duthion, le directeur, qui est écolo, a dit d’arrêter. Entre temps, la cheminée avait disparu, remplacée par un large trou dans le toit! Et c’est là qu’Il est apparu! Qui? Vous l’avez deviné! Le Père Noël!

On l’apercevait, à califourchon sur une étoile. C’est triste, un Père Noël sans cheminée. On voyait bien qu’il faisait une drôle de tête, le bonnet de travers, le regard fixé sur ce trou béant dans le toit de l’Alliance. Moi, je me sentais coupable. J’ai écrit plusieurs histoires sur lui, dans le passé: le Noël du Petit Chaperon rouge, les œufs de Pâques du Père Noël, le Noël du Petit Jésus… Je lui ai toujours donné le beau rôle, mais je voyais bien qu’il était embêté et m’en voulait à cause de ce tas de briques disparu, Il fallait faire quelque chose.

Je suis vite allé à mon ordinateur et ai pianoté sur Internet: Père.Noë[email protected]. (Essayez, ça marche, souligné en bleu ciel!) Bon. Je me suis excusé, j’ai pris tous les torts sur moi, disant combien tout le monde était navré.

Trente secondes plus tard, j’avais la réponse: «Ne vous inquiétez pas. J’apporterai ma propre cheminée.»

Je me dis «il est fou»! Il doit bien avoir mon âge et je ne me vois pas trimballer, même au ciel, une cheminée de secours sur le dos, en plus de la hotte de jouets! Je réponds aussitôt: «Pas d’imprudence à votre âge!»

Et voilà sa réplique: «Pas de panique. Le petit me prête son âne et Saint Joseph.»

Je rétorque aussitôt: «Laissez tomber Saint Joseph. Il est nul. Mais amenez le gamin. On peut en avoir besoin pour un miracle. Amenez aussi Saint-Christophe.»

Je connais bien Saint Christophe, c’est le patron des conducteurs automobiles. Mon père a eu, dans sa voiture, une plaque gravée à l’effigie du saint protecteur, avec ces mots: «Regarde Saint Christophe et va-t-en rassuré». Ça n’a pas marché pour mon père, mais ça devrait aller pour le père Noël si le petit Jésus les accompagne!

On imagine facilement la suite. Saint Christophe, à l’arrivée, vérifie les bougies du traîneau, donne du foin, à l’âne tandis que Jésus épate la galerie en faisant passer tout le monde à travers les murs. Le père Noël sort les cadeaux pour les élèves méritants de l’Alliance, et du champagne pour les fanas des jeudis littéraires.

Il a finalement laissé sa cheminée de secours près de l’âne et de Saint Christophe, sur la pelouse et, venu rejoindre tout le monde, se rend compte maintenant qu’il est plus facile de danser dans la galerie sans avoir à tourner autour d’une cheminée!

* Toute ressemblance avec une personne de connaissance ne peut être que fortuite.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

S’installer et vivre à Toronto: mode d’emploi

Vue de Toronto du lac Ontario
Dans le nouveau guide français « S'installer à Toronto », Nathalie Prézeau livre de précieux conseils aux expatriés souhaitant venir vivre dans la Ville-Reine....
En lire plus...

19 mars 2019 à 14h41

Les Raptors se relancent aisément face aux Knicks

Les Raptors de Toronto se devaient de réagir après avoir perdu à Détroit, pour la troisième fois en trois confrontations face à l’équipe désormais...
En lire plus...

19 mars 2019 à 10h45

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur