La ceinture verte bientôt au cœur de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

La ceinture verte pourrait s’étendre au cœur de Toronto dans les six prochains mois, d’après Paula Fletcher, la conseillère municipale qui a proposé de faire une demande auprès du gouvernement provincial en vue d’intégrer la vallée des rivières Don et Humber à cette étendue d’espaces naturels protégés comprenant 1,8 million d’acres de terres agricoles et écologiquement fragiles s’étendant de Niagara Falls aux environs d’Oshawa, passant au Nord du Grand Toronto.

Alors que la ceinture de verdure fête son 5e anniversaire, le Conseil municipal de Toronto a décidé à l’unanimité de présenter une demande d’expansion de cette zone au-delà de sa limite actuelle du parc de la rivière Rouge, suite à une proposition de Paula Fletcher. Le ministère ontarien des Affaires municipales et du Logement devra étudier la demande en se basant sur cinq autres critères.

La zone d’expansion proposée doit avoir un lien avec la ceinture de verdure, ce qui est le cas des deux vallées que la Ville de Toronto veut y ajouter. La demande doit s’inscrire dans la vision du Plan de la ceinture de verdure et atteindre au moins l’un des objectifs de ce Plan.

Elle doit comprendre un système du patrimoine naturel, un système agricole ou un système de ressources en eau et le lien fonctionnel de ce système avec la ceinture verte doit être démontré.

La zone d’expansion doit également intégrer les objectifs du Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe et ne doit pas nuire à la mise en œuvre d’initiatives provinciales complémentaires.

Grandes chances

Théoriquement, la zone proposée répond à ces critères. «À présent, les fonctionnaires vont mettre au point le dossier de candidature et je pense qu’on a de grandes chances d’être acceptés», assure Paula Fletcher à L’Express. «Si la demande est acceptée, ce sera quelque chose de durable puisque cette zone est protégée à perpétuité.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La zone a plusieurs objectifs dont la protection de l’agriculture, de l’environnement, la promotion de la culture, des loisirs et du tourisme, l’entretien de l’économie rurale et la mise en place d’une approche durable des projets d’infrastructures et de gestion des ressources naturelles.

Héritage naturel

«Toronto est la ville sur le lac, la ceinture verte est au-dessus de nous, mais on a les rivières et on ne reconnaît pas assez leur importance. C’est à ça que servira l’intégration de ces deux vallées à cet espace. Et cet héritage naturel sera protégé durablement, puisque seul le lieutenant-gouverneur peut changer ça», explique Paula Fletcher.

Au niveau des implications pour la Ville de Toronto, cela signifie que la ville s’occupera du plan de gestion et aura pour mandat la préservation de ce secteur.

La conseillère municipale à l’origine de la demande souligne également la prise de conscience que cela pourrait engendrer: «Grâce à cela, on fera partie d’un plus grand système écologique, ça permettra à de nombreuses personnes de réaliser l’importance de la préservation de leur environnement».

Si la demande est acceptée, la ceinture de verdure sera directement reliée aux réalisations futures du projet Waterfront dans le secteur Lower Donlands, à l’embouchure de la rivière Don sur le Lac Ontario.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur